Lăpuș (Maramureș)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Roumanie
Cet article est une ébauche concernant une commune de Roumanie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lăpuș.
Lăpuș
Blason de Lăpuș
Héraldique
La posada de Lăpuș
La posada de Lăpuș
Administration
Pays Drapeau de la Roumanie Roumanie
Région Transylvanie
Județ Maramureș
Maire
Mandat
Ioan Buda (d)
depuis
Code postal 437 175
Indicatif téléphonique international +(40)
Démographie
Population 3 709 hab. ()
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ nord, 24° 01′ est
Superficie 8 655 ha = 86,55 km2
Fuseau horaire +02:00 (heure d'hiver)
+03:00 (heure d'été)
Divers
Cours d'eau Lăpuș
Fondation 1293
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte administrative de Roumanie
City locator 14.svg
Lăpuș

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

Voir la carte topographique de Roumanie
City locator 14.svg
Lăpuș

Lăpuș (Oláhlápos en hongrois, Wallachisch Laposch en allemand) est une commune roumaine du județ de Maramureș, dans la région historique de Transylvanie et dans la région de développement du Nord-Ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune ne se compose que du seul village de Lăpuș. Elle est située au sud-est du județ, dans la haute vallée de la Lăpuș au cœur des Monts Lăpuș (Munții Lăpușului), à 12 km au nord-est de Târgu Lăpuș et à 65 km à l'est de Baia Mare, la préfecture du județ.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Trois origines du nom ont été suggérées :

  • du nom roumain lăpuș de l'Œil de bœuf (Telekia speciosa) qui abonde dans le pays[1];
  • du mot hongrois lápos (pré humide, marais)[2];
  • du latin médiéval lapis (pierre, pierre tombale).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village date de 1293 sous le nom de Dragosfálva (Valea lui Dragoș), dans un document de la cour du roi André III de Hongrie qui confie la posade (vallée abritée et fortifiée, mais sans enceinte) à un certain Toma Denes, auparavant vassal des pétchenègues (alors installés en Moldavie et Valachie). C'était un joupanat transylvain régi par le jus valachicum, orthodoxe et roumanophone (oláhszég, vlaška, vlašina...). Ces « valachies » sont plus savamment appelées « Romanies populaires » par les historiens modernes[3] et leurs habitants, libres et non serfs, ont toujours farouchement défendu leurs droits et envoyé des combattants tant à la révolte de Bobâlna de 1437 qu'à la révolution transylvaine de 1784[4]. D'ailleurs, les montagnes du pays de Lăpuș furent un des grands foyers de la résistance anti-fasciste des années 1940-1944 et anti-communiste des années 1949-1953[5]. Par ailleurs Lăpuș a toujours eu le statut de lieu d'asile (sălaș ou descensus) et accueilli, par exemple, des rois de Hongrie, des princes de Transylvanie ou de Moldavie ayant perdu leurs trônes (la monarchie n'était pas héréditaire, mais élective dans ces pays dont les assemblées aristocratiques choisissaient les souverains).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1910, le village comptait 2 513 Roumains (88,9 % de la population), 236 Hongrois (8,4 %) et 63 Allemands (2,2 %)[6].

En 1930, les autorités recensaient 2 756 Roumains (91,4 %), 88 Hongrois (2,9 %) ainsi qu'une communauté juive de 95 personnes (3,1 %) qui fut exterminée par les Nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

En 2002, le village comptait 3 809 Roumains (99,5 %)[7].

Évolution démographique
1880 1900 1910 1930 1956 1977 1992 2002 2007
2 624 2 796 2 826 3 016 3 332 3 919 3 876 3 828 3 899[8]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est basée sur l'agriculture (4 285 ha de terres agricoles) et sur l'exploitation des immenses forêts (4 121 ha).

L'église en bois de la Dormition à Lăpus

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Monastère orthodoxe "Nașterea Maicii Domnului" (de la Nativité) reconstruit entre 1994 et 1996 sur les ruines de l'ancien monastère détruit en 1764 par les armées du général autrichien Adolf von Buccow, lors des révoltes des populations roumaines.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie de photos en noir et blanc de Magne Antonsen sur le village.

Carte administrative du județ de Maramureș.

Informations économiques sur la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dorin Ștef : Dictionnaire étymologique des localités du județ de Maramureș, Ed. Ethnologica, Baia Mare, 2016 sur [1].
  2. [2].
  3. Alexandru Avram, Mircea Babeş, Lucian Badea, Mircea Petrescu-Dîmboviţa et Alexandru Vulpe (dir.), Istoria românilor : moştenirea timpurilor îndepărtate (« Histoire des Roumains : l'héritage des temps anciens ») vol.1, éd. Enciclopedică, Bucarest 2001, (ISBN 973-45-0382-0).
  4. Coriolan Suciu, Dicționar istoric al localităților din Transilvania, éd. de l'Académie roumaine, Bucarest 1967-1968 et Mario Solomon sur [3]
  5. Georges Diener, article Résistance paysanne et maquis en Roumanie de 1945 à 1965, in : « Genèses » no 43, p. 145-158, éd. Belin, Paris 2001/2
  6. Les recensements de Transylvanie de 1880 à 2002
  7. la fiche de Lăpuș en 2002 sur le site de l'Institut National de Statistique de Roumanie
  8. La population de Lăpuș en 2007 sur le site de l'Institut National de Statistique de Roumanie