Lépontique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lépontique
Période VIIe au IIe siècles av. J.-C.
Région Gaule cisalpine
Typologie supposée SVO, flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xlp
IETF xlp

Le lépontique est une langue celtique continentale parlée par les Lepontii dans une région de 100km environ autour de Lugano, donc dans la région des lacs entre le nord de l'Italie et le sud de la Suisse, du VIIe au IIe siècles av. J.-C. M. Lejeune et J. de Hoz considèrent cette langue comme une langue celtique différenciée alors que J. Eska pense lui qu'elle n'est qu'un dialecte du gaulois[1].

Identification du Lépontique[modifier | modifier le code]

Découvertes archéologiques[modifier | modifier le code]

L'alphabet lépontique de Lugano

La langue ne nous est connue que par de rares inscriptions gravées sur pierre et sur des objets. Ils ont été mis au jour dans une région centrée sur Lugano, y compris le lac de Côme et le lac Majeur (Lugano, Côme[a],[2],[3], Vergiate, Ornavasso), d'où le qualificatif d'« alphabet de Lugano » (ou alphabet lépontique)[4],[5],[6],[7] ,[8],[9],[10] pour décrire la nature des signes de ces gravures lapidaires ou de ces objets. On associe habituellement les inscriptions lépontiques à la culture de Golasecca[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'alphabet de Lugano est une modification de l'alphabet étrusque, plus précisément du nord étrusque. Il présente 20 graphèmes sous sa forme la plus ancienne, avec comme particularité la non-différenciation des occlusives sourdes et sonores (k/g, p/b, t/d). Cet alphabet note une « langue celtique de type P », c'est-à-dire que la labio-vélaire /kʷ/ indo-européenne est devenue un /p/. Une mutation analogue s'est produite en gaulois et en brittonique, mais pas en gaélique ni celtibère qui sont des langues de type Q[17],[18].

Controverses linguistiques[modifier | modifier le code]

Le regroupement de toutes ces inscriptions en une seule langue celtique est controversé. Certaines (y compris et surtout les plus anciennes) étaient supposées être rédigées dans une langue non celtique liée au ligure[19],[20]. Selon cette théorie, qui prévalait jusque vers 1970, le lépontique était le nom correct pour une langue non celtique du groupe italique, tandis que la langue celtique devait être appelée gaulois cisalpin.

Cependant, depuis les travaux de Michel Lejeune, un consensus a établi que le lépontique devait être classé comme une langue celtique, peut-être aussi divergente que l'est le celtibère du gaulois, et dans tous les cas, bien distincte du gaulois cisalpin. Ce n'est que dans les années récentes qu'est apparue une nouvelle tendance à amalgamer le lépontique au gaulois cisalpin[21].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une épigraphie a ainsi été découverte à flanc de colline, au sein du faubourg cômois de Prestino di Como, à environ 20 kilomètres l'Ouest du Lac de Côme. Celle-ci a été attribuée aux alentours de la fin de la première moitié du Ve siècle av. J.-C.. Il s'agirait de la plus ancienne inscription en Lépontique recensée à ce jour.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eska 1998
  2. Kruta 2000, p. 553, index encyclopédique : Côme
  3. Kruta 2000, p. 554, index encyclopédique : Côme
  4. Lambert 2003, p. 79.
  5. Delamarre 2008, p. 54
  6. Lejeune 1984, p. 704
  7. Lejeune 1988, p. 705
  8. Lejeune, Pouilloux et Soyer 1988, p. 2
  9. Lejeune et Pouilloux Soyer, p. 3
  10. Laboratoire de l'ENS 2016
  11. Lambert 2003, p. 21
  12. Lorre et Cicolani 2010, p. 71
  13. Lorre et Cicolani 2010, p. 72
  14. Lorre et Cicolani 2010, p. 73
  15. Lorre et Cicolani 2010, p. 74
  16. Lorre et Cicolani 2010, p. 75
  17. Delamarre 2008, p. 55
  18. Delamarre 2008, p. 56
  19. Whatmough 1933
  20. Pisani 1964
  21. (en) Celtiberians: Problems and Debates. Francisco Burillo Mozota, Centro de Estudios Celtibéricos de Segeda, Seminario de Arqueología y Etnología Turolense, Facultad de Humanidades y Ciencias Sociales, Teruel. Journal of interdisciplinary Celtic studies, vol. 6 : The celts in the Iberian peninsula. 2005.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : Une approche linguistique du vieux celtique continental, Paris, Érrance, coll. « Hésperides », , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6)
  • (en) J. F. Eska, « The linguistic position of Lepontic », dans Proceedings of the Twenty-fourth Annual Meeting of the Berkeley Linguistics Society. Special Session on Indo-European Subgrouping and Internal Relations, vol. 2-11, Berkeley Linguistics Society,
  • Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise : Description linguistique, commentaire d'inscription choisies., Paris, Errance, coll. « Hespérides », , 248 p. (ISBN 2-87772-224-4)
  • Michel Lejeune, « Deux inscriptions magiques gauloises : plomb de Chamalières ; plomb du Larzac. », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 128, no 4,‎ , p. 704-705 (DOI 10.3406/crai.1984.14218, lire en ligne)
  • M. Lejeune, Recueil des inscriptions gauloises : Textes gallo-étrusques. Textes gallo-latins sur pierre, vol. II.1, Paris, CNRS,
  • Michel Lejeune, Jean Pouilloux et Yves Soyer, « Étrusque et ionien archaïques sur un plomb de Pech Maho (Aude) », Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 21,‎ , p. 2 (DOI 10.3406/ran.1988.1323, lire en ligne)
  • Christine Lorre (dir.) et Veronica Cicolani (dir.), Golasecca : du commerce et des hommes à l'âge du fer (VIIIe-Ve siècle av. J.-C.), Paris, Réunion des Musées Nationaux, , 176 p. (ISBN 978-2-7118-5675-6)
  • (it) V. Pisani, Le lingue dell'Italia antica oltre il latino, Turin, Rosenberg & Sellier, , 2e éd.
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, histoire et dictionnaire : des origines à la romanisation et au christianisme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1005 p. (ISBN 2-221-05690-6)
  • (en) J. Whatmough, The Prae-Italic Dialects of Italy : The Raetic, Lepontic, Gallic, East-Italic, Messapic and Sicel Inscriptions, vol. 2, Cambridge, Harvard University Press,
  • [ENS2016] Laboratoire de l'École normale supérieure d'histoire, d'archéologie, d'épigraphie et des traditions culturelles, « Celtique, écritures - IVe s. av. J.-C. / - Ier s. ap. J.-C. : Lépontique : Inscription de Prestino » [html], Antiche scritture del Mediterraneo, Scuola Normale Superiore Laboratorio di Storia, Archeologia, Epigrafia, Tradizione dell'antico, (consulté le 18 mai 2016)

Compléments[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lectures approfondies[modifier | modifier le code]

  • Eska, J. F. and D. E. Evans (1993). « Continental Celtic », in The Celtic Languages, ed. M. J. Ball, 26–63, Londres: Routledge. (ISBN 0-415-01035-7)
  • Gambari, F. M. and G. Colonna, « Il bicchiere con iscrizione arcaica de Castelletto Ticino e l'adozione della scrittura nell'Italia nord-occidentale », Studi Etruschi, 1988, volume 54, p. 119–64.
  • Lejeune, M., « Documents gaulois et para-gaulois de Cisalpine », Études Celtiques, 1970–71, volume 12, p. 357–500.
  • Lejeune, M., Lepontica, Paris : Société d'Éditions 'Les Belles Lettres', 1971.
  • Lejeune, M., « Vues présentes sur le celtique ancien », Académie royale de Belgique, Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 1978, volume 64, p. 108–121.
  • Tibiletti Bruno, M. G. (1978). « Ligure, leponzio e gallico », in Popoli e civiltà dell'Italia antica, VI. Lingue e dialetti, ed. A. L. Prosdocimi, p. 129–208. Rome : Biblioteca di Storia Patria.
  • Tibiletti Bruno, M. G. (1981). « Le iscrizioni celtiche d'Italia », in I Celti d'Italia, ed. E. Campanile, p. 157–207. Pisa : Giardini.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]