Lépide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aemilius Lepidus.
Lépide
Marcus Aemilius Lepidus.jpg
Fonctions
Maître de cavalerie
Dictateur
Sénateur romain (d)
Consul de la République romaine
Consul de la République romaine
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Marcus Aemilius LepidusVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Nationalité
Activités
Famille
Père
Fratrie
Conjoint
Giunia Seconda (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Statut

Marcus Æmilius Lepidus ou Lépide (latin : M•ÆMILIVS•M•F•Q•N•LEPIDVS[1]) (né v. 89 av. J.-C. – mort en 13 av. J.-C.), est un général et homme d'État romain. Descendant de la famille patricienne des Æmilii, il exerça les postes prestigieux de triumvir et pontifex maximus (44).

Biographie[modifier | modifier le code]

Grand admirateur de Jules César, il entame son cursus honorum (carrière des honneurs) en 49 av. J.-C. en tant que préteur urbain. Lorsque César poursuit Pompée en Espagne[2], il est en poste à Rome et gère si bien les relations sénatoriales qu'il est élu consul avec César en -46 lorsque celui-ci défait les dernières troupes restées fidèles à Pompée à l'est de l'Italie. Lorsque la dictature débute, en -44, César le nomme maître de cavalerie.

Cette alliance au pouvoir fut pourtant de courte durée, en effet son mentor est assassiné en -44, le 15 mars, aux ides de mars. Caius Cassius Longinus, l'un des conspirateurs, proposa de tuer également Lépide et Marc Antoine, mais Marcus Junius Brutus lui rétorqua que c'était une exécution, et non un coup politique. Après l'assassinat, Lépide, élu Pontifex maximus (grand pontife) en remplacement de César, s'allie à Marc Antoine pour contenir le Sénat. Mais ils apprennent que César a fait d'Octave, son petit-neveu, son fils adoptif et unique héritier. Ils doivent donc désormais compter avec lui. Les trois hommes se rencontrent donc sur une île, sur une rivière près de Mutina, où leurs armées respectives se font face sur les deux rives, et forment le Second Triumvirat. Leur union fut légalisée sous le nom de Triumvirs pour l'Organisation du Peuple par la lex Titia, contrairement à celui composé de Jules César, Crassus et Pompée, jamais formellement légalisé. Ils ont en effet écarté le Sénat et les consuls tout en annonçant la mort de la République. La durée légale de ce triumvirat étant de cinq ans, il fut renouvelé pour l'image en -38 par le traité de Tarente.

Après la pacification à l'est et la défaite de la dernière faction des républicains à la bataille de Philippes, le partage des provinces lui accorda l'Afrique romaine, d'où il lança une offensive concertée avec Marcus Vipsanius Agrippa contre la Sicile et Sextus Pompée. Après la bataille de Nauloque, celui-ci, défait, prend la fuite à Milet mais est finalement rattrapé et exécuté l'année suivante, en -35.

Lépide réussit à se tenir à l'écart des fréquentes querelles d'Octavien et Marc Antoine. Pourtant, après une erreur politique (il a voulu s'emparer de la Sicile après la défaite de Sextus Pompée), il est destitué de sa charge de triumvir par Octavien, sous l'accusation d'entente avec Sextus Pompée. Abandonné par ses troupes qui rallient l'héritier désigné de Jules César, il est relégué à Circei, sur la côte du Latium[3], jusqu’à sa mort vingt-quatre ans plus tard. Il conserve toutefois son titre de grand Pontife, puisque cette charge est confiée à vie à celui qui en est honoré. Le futur Auguste (Octavien), devenu l'unique dirigeant de Rome après la mort de Marc Antoine, put ainsi accéder au pouvoir suprême et fonder un nouveau régime, le Principat. Lépide mourut en 13 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Marcus Æmilius Lepidus, consul de Rome qui s'opposa au Sénat et fomenta une rébellion qui se solda par son décès, après avoir été défait par Pompée.

Son frère, Lucius Æmilius Paullus, ancien consul et fervent républicain, s'opposa à lui et manqua de peu de se faire exécuter. Ses bourreaux le laissèrent pourtant s'échapper et rejoindre Brutus. Il sera plus tard pardonné par Auguste.

Lépide fut marié à Junia Secunda (en) qui lui donna un fils, Lépide le Jeune. Celle-ci étant la sœur de Marcus Junius Brutus, Lépide dut les protéger, elle et Servilia Cæpionis, sa mère, après la bataille de Philippes. Elles risquaient en effet d'être exécutées, après la mort des derniers républicains.

Arbre généalogique et magistratures[modifier | modifier le code]

 
Salonia (2)
 
Caton
l'Ancien
 
Licinia (1)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius
Cato Salonianus
 
Marcus Porcius
Cato Licinianus
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Livius
Drusus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius
Cato (2)
 
 
 
 
 
 
 
Livia Drusa
 
 
 
 
 
Quintus Servilius
Caepio
(1)
 
 
 
 
 
Marcus Livius
Drusus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Atilia (1)
 
Caton
d'Utique
 
Marcus Junius
Brutus (1)
 
Servilia
Caepionis
 
Decimus Junius
Silanus (2)
 
Servilia
la Jeune
 
Quintus Servilius
Caepio
 
Marcus Livius
Drusus Claudianus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius Cato
 
Porcia
Catonis
 
 
 
Marcus Junius
Brutus
 
Junia
Prima
 
Junia
Secunda
 
Marcus Aemilius
Lepidus
 
Junia
Tertia
 
Gaius Cassius
Longinus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une descendante de
Pompée et Sylla
 
Marcus Aemilius
Lepidus Minor
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Manius Aemilius
Lepidus
 
Aemilia
Lepida II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Légende :

(1) : premier époux ou épouse
(2) : second époux ou épouse
pointillés : fils adoptif
italique : assassin de César

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Marcus Æmilius Lepidus, M(arci) F(ilius) Q(uinti) N(epos), fils de Marcus, petit-fils de Quintus ».
  2. Tom Holland, Rubicon. The Triumph and Tragedy of the Roman Republic, Abacus, 2004 (ISBN 0-349-11563-X), 316.
  3. Pierre Cosme, Auguste, maître du Monde – Actium, 2 Septembre -31 av J.-C., Tallandier.