Léopold Plomteux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léopold Plomteux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
FlémalleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Distinction

Léopold Plomteux, né le à Flémalle et mort le dans sa commune natale, est un artiste peintre belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léopold Plomteux naît le à Flémalle Grande[1], dans un contexte familial qui favorise la peinture. Son frère René Plomteux signe sous le nom de Rener.

À seize ans, il suit des cours du soir à l'Institut Saint-Luc et, à partir de 1940, il est inscrit au cours supérieur de peinture monumentale à l'Académie royale des beaux-arts de Liège[2], où il profite de l'enseignement d'Auguste Mambour. À Liège, il fréquente André Frankin.

En 1950, Léopold Plomteux et Georges Collignon, Paul Franck, M. Léonard et Pol Bury fondent le groupe Réalité Cobra[3]. En 1951 naît Sabine, la fille qu'il a avec Christiane Mambour. En , il contribue aussi à la fondation du groupe Art abstrait[2]. En 1953, il est à Paris comme boursier du gouvernement français ; il y retrouve son ami écrivain et poète Henry Certigny, qui dédie plus tard une série de poésie à cette période de « jeunesse de bohèmes et de buveurs d'idéals »[4]. En 1968. Plomteux crée avec Frederick Beunckens l'Atelier d'expression libre de Flémalle-Haute[5].

En 1983, il est désigné comme administrateur délégué du Centre wallon d'art contemporain.

Il meurt le à Flémalle Haute[1],[6].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1951 : Liège, APIAW (exposition collective Réalité Cobra)
  • 1952-1957 : Édimbourg, Gand, Liège, Charleroi, Bruxelles, La Louvière, Toulon, Anvers, Paris, Léopoldville (expositions collective du groupe Art abstrait)
  • 1960 : Bruxelles, Galerie Saint-Laurent
  • 1966 : Liège, Galerie du Croissant d'or
  • 1966 : Liège, Galerie de l'Étuve
  • 1969 : Flémalle, Hôtel communal
  • 1976 : Liège, Société royale de beaux-arts
  • 1980 : Liège, Galerie Valère Gustin (gouaches et peintures des années 1960)
  • 1984 : Liège, Musée d'art moderne et d'art contemporain de Liège (rétrospective Léopold Plomteux)
  • 1987 : Lasne, International Art Gallery (huiles et gouaches récentes)
  • 1989 : Bruxelles, Galerie Bastien (œuvres des années 1950 à aujourd'hui)
  • 1989 : Verviers, Galerie Primaver (de 1950 à nos jours)
  • 1990 : Liège, Galerie Now (gouaches récentes)
  • 2008 : Oupeye, L'Espace culture Oupeye[7]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Hommage à Léopold Plomteux », sur lavenir.net, (consulté le 13 février 2016).
  2. a et b (en) « Léopold Plomteux », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787).
  3. Michel Hubin, « Quand Cobra était à Liège », sur lesoir.be, (consulté le 28 décembre 2018).
  4. Henri Certigny, Poèmes, Amay, Maison de le poésie, (ISBN 978-2-87406-394-7), p. 9
  5. Léopold Plomteux, Écume des ondes, Amay, Maison de la poésie, , 146 p. (ISBN 2-87406-079-8)
  6. « Décès de Léopold Plomteux », sur rtc.be, (consulté le 13 février 2016).
  7. « Léopold Plomteux : un pionnier de l'art abstrait », sur lavenir.net, (consulté le 13 février 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Jacqmin, « Léopold Plomteux », dans Jacques Parisse, Actuel XX : la peinture à Liège au XXe siècle, Bruxelles, Éditions Mardaga, (ISBN 978-2-802-10006-5, lire en ligne)
  • Joseph Philippe, Léonard Plomteux, Flémalle, La Châtaigneraie, , 45 p.
  • Marc Renwart, Serge Goyens de Heusch et Jo Delahaut, Léopold Plomteux : un maître de la peinture abstraite, Liège, Éditions du Perron, (ISBN 2-87114-092-8)
  • Marc Renwart, Léopold Plomteux : 55 ans de peinture, 55 ans de réflexion sur l'art (1937-1992), Liège, Édition Pierre Lesire, , 199 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]