Léopold Morice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morice.
Léopold Morice
Defaut.svg
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Fratrie

Léopold Morice, né à Nîmes en 1846 et mort à Paris en 1919[1], est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léopold Morice fait son apprentissage dans l'atelier de Auguste Bosc puis dans celui de François Jouffroy. En 1865, il est admis à l'École des beaux-arts de Paris. Son talent lui permet de remporter plusieurs médailles au cours de sa formation académique. Il débute au Salon des artistes français dés 1868, et expose à ce Salon jusqu'en 1913. Il est médaillé en 1875, troisième classe en 1879 et médaille d'or en 1883[2].

Il bénéficie de nombreuses commandes publiques en 1875, à Paris, Dunkerque, Nîmes, Pompignan, au Vigan et au Venezuela. Le Monument à la République, inaugurée sur la place du même nom à Paris en 1883, constitue une de ses œuvres les plus célèbres ; son frère Charles en réalisa les plans du piédestal. Il réalise, en 1910 et 1911, deux monuments à la mémoire de Louis-Joseph de Montcalm, un à Vestric-et-Candiac (Gard), lieu de naissance du général français, l'autre à Québec, lieu de sa mort.

Georges Bellerive dit de lui : « L'œuvre de monsieur Morice est toute d'inspiration et le place au premier rang des statuaires français. Son art très personnel donne la sensation vécue et atteint parfois le sublime. Il a de plus un talent d'une rare souplesse, car du même ciseau sont sorties tantôt des scènes grandiosement épiques, tantôt de gracieuses et exquises compositions »[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Le frère de Léopold Morice, François-Charles Morice (1848-1908), est architecte[2],[4]. Il est le grand-père du futur violoncelliste Pierre Fournier (1906-1986).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice artiste no 76986 du musée d'Orsay.
  2. a et b Catalogues du Salon des artistes français de 1884 et 1885. En ligne sur Gallica.
  3. Publication Les deux monuments à Montcalm.
  4. Également sociétaire des artistes français, il expose un Monument à la gloire de Léon Gambetta au Salon de 1885.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :