Léopold Loustau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léopold Loustau
Naissance
Décès
(à 79 ans)
Chevreuse, Drapeau de la France France
Nom de naissance
Jacques Joseph Léopold Loustau
Nationalité
Activité
Formation
Maître

Jacques Joseph Léopold Loustau, né le à Sarrelouis en Allemagne et mort le à Paris, est un peintre français sourd du XIXe siècle, élève des célèbres peintres Hersent et Léon Cogniet

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le , Léopold Loustau est sourd, le fils d'un intendant général de l'Armée napoléonienne et de l'héritière d'un grand industriel de la métallurgie lorraine[1]. Il étudie à l'Institution des sourds-muets de Nancy à l'âge de 14 ans en 1829 et il reste jusqu'à 1831[réf. souhaitée]. Il étudie à l'École nationale supérieure des beaux-arts avec ses maîtres Hersent puis Léon Cogniet. Léon Cogniet donne des conseils de peintures mais Léopold refuse d'obtenir ces bénéfices seul, Léopold le convainc d'enseigner de la peinture aux autres sourds de l'Institut national des jeunes sourds et le maitre l'accepte. Parmi les élèves sourds, un peintre prometteur est Frédéric Peyson. Et l'artiste réalise beaucoup de tableaux de peintures et expose régulièrement au Salon de 1842 jusqu'à sa mort. Plusieurs tableaux sont achetés par l'État.

Léopold a une fille qui est mariée avec Henri Leguay en 1855.

Décès[modifier | modifier le code]

Le 4 juin 1894, il est mort d'un accident vasculaire cérébral au travail dans son atelier, « C’est en travaillant qu’il a été pris d’une congestion cérébrale. La mort a dû être instantanée, car nous l’avons trouvé à trois heures et demie, sur son fauteuil, dans la position d’une personne qui repose, sa palette tombée à droite et ses pinceaux devant lui... » écrit par Henry Leguay, beau-fils et maire de Chevreuse à cette époque[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait de François Antoine Poinsignon, 1850
  • Portrait de Victoire Louise Flamant, 1850
  • Portrait d’Ignace Antoine Poinsignon, 1850
  • L'horloger Monot sauvant l'abbée Sicard des massacres de Septembre 1972, en 1882

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'œil écoute sur le site Sens critique
  2. Léopold Loustau, notice nécrologique par Théophile Denis

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]