Léonien de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Léonien d'Autun)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léonien.
Saint Léonien
Abbé
Naissance Ve siècle
Pannonie (actuelle Hongrie)
Décès VIe siècle 
Vienne
Nationalité romaine
Fête 13 novembre

Léonien de Vienne est un Saint qui fut ermite et abbé à Vienne dans la vallée du Rhône. Il est né en Pannonie (actuelle Hongrie) au Ve siècle et il a vécu en Gaule pendant plus de quarante ans, à Autun puis à Vienne, où il est décédé et inhumé au VIe siècle. Fête le 13 novembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Sabaria, aujourd'hui Szombathely, ou en allemand Steinamanger, en Pannonie, actuelle Hongrie, au VIe siècle, patrie également selon Sulpice Sévère de saint Martin de Tours[1]. Léonien est fait prisonnier des Burgondes qui le ramènent à Autun, vers 487. Libéré, il s'enferme dans une cellule et accepte de parler avec les gens, sans toutefois que ceux -ci puissent le voir. Il part à Vienne (Isère), pour une raison inconnue, il procède de la même manière et attire un grand nombre de personnes qui le rejoignent et s'installent aux alentours de sa cellule. Il était de coutume que l'évêque choisît un saint homme qui se vouât à la réclusion à l'intérieur de la ville, pour servir d'intermédiaire entre le Ciel et la ville.

C'est ainsi qu'il gouverna quelques dizaines de moines, avec lesquels il fonda l'Abbaye Saint-Pierre de Vienne, avec le soutien du riche duc Ansemond[2]. Puis quelque temps plus tard, toujours avec le soutien financier du Duc, l'Abbaye de femmes, de Saint-André-le-Haut, à l'intérieur de la cité, qui comprenait une soixantaine de moniales[3].

Il décéda à Vienne et fut inhumé dans un sarcophage de marbre blanc, dans ce qui était autrefois l'église des Apôtres et qui est devenu l'Abbaye Saint-Pierre. Ce sarcophage est orné de rinceaux de vignes, sortant d'un vase, comportant deux anses et décoré de deux paons, symboles de la résurrection. L'inscription du couvercle, mettant en exergue les mérites du saint homme est du Xe siècle[4].

Fondations[modifier | modifier le code]

Fête, invocation[modifier | modifier le code]

  • Fête le 13 novembre
  • Saint des calendriers catholique et orthodoxe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Denis Diderot et d'Alembert, Encyclopédie, 1778
  2. Claude Fleury, Histoire ecclésiastique, 1722 (1re édition), p. 587, 624p., livre 29e et 1750 (2e édition), t.VI, p. 570
  3. Mabillon, Annales bénédictines, t.I, p. 31,32,36.
  4. Musée Saint-Pierre de Vienne

Source[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'Église Gallicane par les pères Longueval (S.J.), Fontenay, Brumoy et Berthier (Tome 2, 4e édition 1825) lire en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]