Léonide Chrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léonide Chrol
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Activités
Autres informations
Religion

Léonide Chrol, né le à Saint-Pétersbourg dans l'Empire russe et mort le , est un prêtre orthodoxe ordonné à Toulouse dans les années 1930, un artiste et un écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père, Trophim Chrol, est un haut fonctionnaire dans la Direction de la Monnaie, à Saint-Pétersbourg. Léonide a 15 ans quand la révolution d'octobre éclate et force sa famille à quitter la Russie, où ils s'exilent d'abord à Constantinople, puis en Serbie, Bulgarie et enfin en Pologne où la famille Chrol a des racines.

En 1925, Léonide s'installe à Paris pour étudier dans le tout nouvel Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge. Parallèlement à ses études théologiques, Léonide suivait des cours de grec, d’hébreu et de chinois à l’Institut des Langues Orientales[1].

Activité de prêtre[modifier | modifier le code]

En octobre 1934, Léonide est envoyé à Toulouse, dans une paroisse fondée en 1929 qui comprenait tout le Sud-Ouest de la France. Puis il est ordonné diacre le et accède au sacerdoce le . En 1941, le père Léonide s'installe à Montauban.

Le 19 août 1944, 2000 soldats Tchétchènes et des Ingouches qui étaient passés de l’Armée rouge à la Wehrmacht avec l’Armée Vlassov s'étaient installés à Montauban[2]. Craignant que des exactions ne surviennennt entre les soldats et la population, la préfecture demande au Père Léonide de traiter avec eux. Avec sa connaissance de la langue russe et allemande, le Père Léonide réussit à négocier une forme d’armistice[3],[1].

Activité artistique[modifier | modifier le code]

Le Père Léonide a composé des œuvres en papier découpé et coloré, formant des puzzles polychromes à double face qui s’assemblent et qui sont fixés entre deux plaques de verre. Ses œuvres sont exposées dans la collection de l’Aracine au Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut[4],[5].

Le Père Léonide rédige un ouvrage qu'il intitule Alpha et Oméga[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Musique et couleurs du père Léonide : documentaire basé sur la vie de Chrol par Vladimir Kozlov[7]

Autres[modifier | modifier le code]

La ville de Montauban rend hommage au prêtre en baptisant une avenue à son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://abitibi-orthodoxe.ca/page59.html
  2. Il s'agit de 2 000 soldats (qualifiés de Mongols par l'état nazi) transfuges de l'Armée rouge ; références : http://anocr82.free.fr/garnison/pomponne/pomponne_1.htm
  3. Deux mois avant, la 2e division SS « Das Reich » cantonnée à Montauban, a commis de nombreux massacres et exactions lors de sa progression du Midi de la France vers la Normandie – et notamment le massacre d’Oradour-sur-glane, qui fit 642 victimes, le 10 juin 1944.
  4. http://www.musee-creationfranche.com/?portfolio=chrol-leonide
  5. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=AUTR&VALUE_98=CHROL%20Leonide&DOM=All&REL_SPECIFIC=3
  6. Alpha et oméga : Essai sur le christianisme œcuménique intégral, Chez l'auteur, , 216 p. (lire en ligne)
  7. http://toulousecei.free.fr/article.php3?id_article=35

Liens externes[modifier | modifier le code]