Léonce Girardot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Girardot.
Léonce Girardot
Léonce Girardot.jpg

Léonce Girardot en 1902

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
Nationalité
Activités
Léonce Girardot, vainqueur de Paris-Boulogne en 1899, sur Panhard.
Autre vue de la victoire à Boulogne en 1899.
Léonce Girardot vainqueur de la Course du Catalogue en février 1900, sur Panhard.
Léonce Girardot vainqueur de la Coupe Gordon Bennett 1901, sur Panhard 40 hp.
CGV (à D.), finale de baseball de Polo Grounds (NY, 1906).

Léonce Girardot dit Le Docteur de l'Automobile[1], ou L'éternel second[2] ( à Paris-) est un pilote automobile français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1901, il participe avec Fernand Charron[3] et Émile Voigt (né en 1871 à Lille) à la fondation de la société des Automobiles Charron-Girardot-Voigt (CGV) à l'ouest de Puteaux, dans de modernes locaux avec Étienne Giraud pour metteur au point (société dont Gordon Bennett sera l'un des premiers clients, et qui fabriquera notoirement des automobiles Alda (en) pour la compétition), qui deviendra Charron en 1906.

Il est agent des moteurs sans soupape Darracq et de Panhard & Levassor avenue des Champs-Élysées.

Le 16 juin 1905, il est victime d'un accident dans la descente de Sayat lors la coupe Gordon Benett[4] et met un terme à sa carrière de pilote.

Il reçoit un brevet américain pour un embrayage à friction amélioré pour automobiles et autres véhicules toujours en 1905[5].

Il fonde la société GEM (Société Générale d'automobiles Électro-Mécaniques) également à Puteaux, qui fabrique des automobiles hybrides électriques de 1907 à 1909. En 1911, il crée la société Léonce Girardot et Cie[6].

Il avait épousé Fanny Levasseur, fille de Pierre Émile Levasseur.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1898: 2e de la course Paris-Amsterdam-Paris sur Panhard
  • 1899: 1er de la course Paris-Rouen-Paris (Coupe de Périgord) sur Panhard 6 hp
  • 1899: 1er de la course Paris-Ostende sur Panhard 12 hp (ex-æquo avec Alfred Velghe sur Mors)
  • 1899: 1er de la course Paris-Boulogne sur Panhard 12 hp
  • 1899: 2e du Tour de France automobile sur Panhard 12 hp
  • 1899: 2e de la course Nice-Castellane-Nice sur Panhard 12 hp
  • 1899: 3e de la course Paris-Bordeaux sur Panhard 12 hp
  • 1900: 1er de la course du Catalogue sur Panhard 12 hp
  • 1900: 2e de la coupe Gordon Bennett sur Panhard 40 hp
  • 1901: 1er de la Coupe Gordon Bennett sur Panhard 40 hp (et participation encore en 1902)
  • 1901: 2e du Paris-Berlin sur Panhard
  • 1901: 3e du Grand Prix de Pau sur Panhard
  • 1902: 6e du circuit des Ardennes sur C.G.V.

(nb : en 1897, il termine déjà 16e de la course Paris-Dieppe sur Panhard, et 24e de la course Paris-Trouville sur Bollée)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Auto Racing Comes of Age: A Transatlantic View of the Cars, Drivers and Speedways, 1900-1925, Robert Dick, éd. McFarland & Co, chap. 1 Bennett, p.8, 2013 (ASIN B00FDVG4XI)
  2. Le Sport universel illustré du 6 juillet 1901, p.436.
  3. Partant avec ce dernier la même année aux États-Unis pour assister à quelques courses sur la région de New York, et notamment à Buffalo.
  4. Le Figaro, 17 juin 1905, p.3
  5. « Friction clutch for motor cars or other vehicles », USPTO, 1905 (consulté le 5 mai 2013)
  6. Le Figaro, 14 octobre 1911

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Garage-concession Darracq-Panhard de Léonce Girardot (au centre et à l'arrière-plan, 1899).