Léonard Motard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léonard Motard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
HonfleurVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Officier de marineVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Autres informations
Grade militaire
Distinction

Léonard Bernard Motard, né le  à Honfleur (Calvados) et mort le [1] à Honfleur, est un contre-amiral français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du marin François Motard, il s'engage à 15 ans dans la Marine nationale[2]. Il est promu officier, enseigne de vaisseau, à 22 ans, en 1793, puis lieutenant de vaisseau en 1794 et capitaine de frégate le , quelques jours avant le départ de l’expédition d’Égypte, à laquelle il prend part comme sous-chef d'état-major général sur le vaisseau amiral l'Orient, aux ordres de l'amiral Brueys[3]. Le , lors de la bataille d'Aboukir, il échappe de peu à l'explosion de l'Orient et, blessé à la jambe, est fait prisonnier[4] avant d'être échangé en décembre 1799. Il participe en 1801 à l'expédition de Saint-Domingue. En 1803, il se voit confier le commandement de la frégate La Sémillante (en). Il prend part à la bataille de Pulo Aura en 1804.

En récompense des services rendus, l'empereur Napoléon le fait commandeur de la Légion d'honneur en décembre 1809 et baron d'Empire en novembre 1810. En janvier 1811, il commande l'école spéciale de la marine à Toulon. Il est admis à la retraite en 1813[2] comme capitaine de vaisseau et finalement promu contre-amiral honoraire par le roi Louis XVIII en juillet 1814[3]. Il se retire à Honfleur, où il meurt en 1852.

Il est enterré dans le cimetière de Honfleur, où un mausolée lui a été construit grâce à une souscription locale[2].

Distinction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès no 301 du 26 mai
  2. a, b et c F. Leterreux, « L'étonnante sépulture du baron Motard », Le pays d'Auge, 29 octobre 2010.
  3. a et b Charles Bréard, Le vieux Honfleur et ses marins, biographies et récits militaires, Rouen, Imprimerie Cagniard (Léon Gy, successeur), (lire en ligne), p. 265
  4. Charles Théodore Beauvais de Préau et Jacques Philippe Voïart, Victoires, conquêtes, désastres, revers et guerres civiles des Français de 1792 à 1815, t. IX, Paris, C.L.F. Panckoucke, (lire en ligne), p. 98
  5. « Cote LH/1946/5 », base Léonore, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]