Léon Richer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Richer
Leon Richer c 1890.png
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Léon Richer (né en 1824 et mort en 1911) est un journaliste, franc-maçon[1], libre-penseur et féministe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a créé l’Association pour le droit des femmes (qui édite l'hebdomadaire Le Droit des femmes) avec Maria Deraismes en 1870[2]. En 1878, il est l'un des principaux organisateurs du Congrès international du droit des femmes qui se tient à Paris en 1878, organisé puis fondé en 1882 la Ligue française pour le droit des femmes, dont Victor Hugo est le premier président d’honneur. Défenseur d’un féminisme républicain et réformiste; il veut fixer la stratégie du mouvement, rôle que certaines femmes trouvent excessif. Il est opposé au vote des femmes qu'il juge soumises à la religion et à la réaction[3].

A été en correspondance avec Eugénie Niboyet.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Léon Richer et Adolphe Guéroult, Lettres d'un Libre-Penseur à un Curé de Village,... précédées d'une introduction par A. Guéroult, Armand le Chevalier, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Le tocsin, Madre, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Alerte ! par Léon Richer,..., A. Panis, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Propos d'un Mécréant: par Léon Richer,..., Paris, Panis, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Le livre des femmes, Bibliothèque Démocratique, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Lettres parisiennes: la politique en 1873, Librairie de la Société des gens de lettres, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Le divorce: projet de loi précédé d'un exposé des motifs et suivi des principaux documents officiels se rattachant a la question, Le Chevalier, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Un mariage honteux, par Léon Richer, E. Dentu, (lire en ligne).
  • Léon Richer, La femme libre, E. Dentu, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Le droit des femmes, (lire en ligne).
  • Léon Richer, Le code des femmes, E. Dentu, (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie de la franc-maçonnerie (Sous la direction d'Eric Saunier)
  2. Maignien et Sowerwine 1992, p. 65
  3. Maignien et Sowerwine 1992, p. 66

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Maignien et Charles Sowerwine, Madeleine Pelletier : une féministe dans l'arène politique, Paris, Les Éditions ouvrières, (lire en ligne), p. 66

Liens externes[modifier | modifier le code]