Léon Lecornu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecornu.

Léon François Alfred Lecornu ou Le Cornu[1], né le 13 janvier 1854 à Caen et mort le 13 novembre 1940 à Saint-Aubin-sur-Mer, est un ingénieur et physicien français.


Biographie[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires au lycée de Caen, Léon Lecornu fréquente l’École polytechnique jusqu'en 1872, et est diplômé ingénieur de l’École des Mines[2],[1] en 1875. De 1878 à 1910, il exerce les fonctions d'ingénieur du contrôle technique des chemins de fer de l'Ouest et de l'État. Il soutient en 1880 une thèse de doctorat ès sciences consacrée à l'« Équilibre des surfaces flexibles[2]. » En 1893, il est nommé professeur à la faculté de Caen, puis à l’École des mines en 1900 et à l’École polytechnique 1904. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1910 (section de mécanique).

Il est le frère de l'ingénieur et cerf-voliste Joseph Lecornu.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cours de mécanique, Paris, Gauthier-Villars, 1914-1918
  • Dynamique appliquée, Paris, Doin, 1908
  • La mécanique, les idées et les faits, Paris, Flammarion, Bibliothèque de philosophie scientifique,1918
  • Les régulateurs des machines à vapeur, Paris, Dunod, 1904
  • Note sur le laboratoire aérodynamique Eiffel à Auteuil, Paris, Gauthier-Villars, 1914
  • Sur la métallurgie du fer en basse-Normandie, Caen, Le Blanc-Hardel, 1884
  • Sur l'équilibre des surfaces flexibles et inextensibles. Suivi de Propositions données par la Faculté, Paris, Gauthier-Villars, 1880, [lire en ligne]
  • Théorie mathématique de l'élasticité, Paris, Gauthier-Villars, 1929, réimp. 1967

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]