Léon Frapié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léon Frapié
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait gravé d'après une photographie, publié dans l’Album Mariani (avant 1908).
Naissance
Paris
Décès (à 86 ans)
Paris
Distinctions
Auteur

Œuvres principales

Léon Eugène Frapié est un romancier français, né le à Paris où il est mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Frapié est le fils de Léon Marie Frapié, alors âgé de 28 ans, tourneur en cuivre puis bijoutier, et de Joséphine Robert[1].

Il collabore d'abord à des revues et à des quotidiens, puis écrit quelques romans. Mais c'est La Maternelle (prix Goncourt 1904) qui lui vaut la notoriété. Ce roman est une peinture émouvante et désabusée des mœurs enfantines dans une école des quartiers pauvres.

D'une manière générale, l'œuvre de Léon Frapié se rattache à la tradition du roman réaliste.

Au printemps 1924, il figure sur une liste électorale parisienne. La liste se compose de Mmes Airault, Aurel, Bertillon, Jacqueline Bertillon, Lita Besnard, Bousquet, France, Darget-Savarit, Léon Frapié, Camille du Gast, Suzanne Grinberg, Esther Lemaire-Crémieux, Marguerite Rochehrune, Maria Verone. Il s'agit d'une liste militante pour le droit de vote des femmes[2].

Nommé chevalier en 1913, il reçoit en août 1928 les insignes d'officier de la Légion d'honneur, puis en août 1949, est nommé commandeur[3].

Il réside jusqu'à sa mort au no 62 avenue de Clichy.

Depuis 1965, la rue Léon-Frapié dans le 20e arrondissement de Paris porte son nom.

Une école maternelle de Lille porte également son nom[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Institutrice de province (1897)
  • Marcelin Gayard (1902)
  • La Maternelle (prix Goncourt 1904)
  • Les Obsédés (1904)
  • L’Écolière (1905), recueil de contes
  • Sévérité (1906), comédie en 1 acte [en collab. avec Paul Louis Garnier]
  • La Boîte aux Gosses (1907)
  • La Proscrite (1907)
  • La Figurante (1908)
  • M'ame Préciat (1908)
  • A la noce (1908), pièce en 2 actes
  • Les Contes de la maternelle (1910)
  • Contes imprévus (1910)
  • La Liseuse (1911)
  • Le Dépensier (1911), pièce en 1 acte [en collab. avec Paul Louis Garnier]
  • La Mère Croquemitaine (1912)
  • L'Enfant perdu (1913)
  • Les Contes de la guerre (1915)
  • Le Capitaine Dupont - Les Ames tragiques - Les Ingénus - Fiancées - Les Cœurs aimants (1917)
  • Bonnes Gens. Nouveaux contes du temps de la guerre (1917)
  • Nouveaux Contes de la maternelle (1919)
  • Bloomfield and Co (1920), pièce en 1 acte [en collab. avec Georges Fabri]
  • Les Amis de Juliette (1922)
  • Marie d'août (1922), pièce en 3 actes
  • Les Filles à marier (1923)
  • La Virginité (1923)
  • Gamins de Paris : les ligues de bonté (1925)
  • La Divinisée, roman d'une femme (1927)
  • Le Métier d'homme (1929)
  • Les contes de Paris (1931)
  • Le Fluide (1933)
  • Le Garçon à marier (1934)
  • La Reine de cœur (1936)
  • Sentiments : contes (1937)
  • La Vedette à l'école (1946)
  • Marie Davril (1947), comédie radiophonique
  • Les Mères blanches, pièce en 4 actes

Scénario[modifier | modifier le code]

Collaboration[modifier | modifier le code]

La réédition de son roman, Marcelin Gayard, publiée aux éditions Calmann-Lévy, en 1908, est illustrée par Alméry Lobel-Riche[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui êtes-vous ?
  2. « Les femmes et les élections », Le Populaire de Paris,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  3. « Cote LH/1030/33 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  4. École maternelle Léon Frapié
  5. Léon Frapié, Marcelin Gayard, Paris, Calmann-Lévy, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]