Léon Dostert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon Dostert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
Formation
Université Johns-Hopkins
École du service extérieur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Léon Dostert, né le et mort le , était un érudit français qui prit la nationalité américaine en 1941, et un ardent défenseur de la traduction automatique. Il est à l'origine d'innovations durables dans le domaine de la traduction, telles que la méthode simultanée lors du procès de Nuremberg, qui est encore utilisée aujourd'hui lors de rassemblements internationaux et au sein d'institutions internationales telles que les Nations unies, le Conseil de l'Europe, la Commission européenne et le Conseil ou le Parlement européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Il naît à Longwy, en France, au début du XXe siècle. Son enfance est marquée par la Première Guerre mondiale, et déjà ses capacités en langues étrangères apparaissent. Son village, situé à la frontière belge, est envahi par l'armée allemande, avant d'être libéré par son homologue américain. Dostert maîtrisait l'allemand et l'anglais avant la fin des hostilités. Sa maîtrise des deux langues était telle qu'il travailla comme traducteur pour les Allemands et les Américains[1].

Orphelin avant le déclenchement de la guerre, Dostert était très apprécié des troupes américaines pour lesquelles il travaillait ; si bien qu'en fait, quelques-uns d'entre eux financèrent son éducation aux États-Unis après la guerre. En 1921, après s'être remis d'une mauvaise santé à la suite de la guerre, Dostert s'inscrivit dans un lycée de Pasadena, en Californie. Il entra à l'Occidental College en 1925, avant de poursuivre à l'Université de Georgetown quelques années plus tard, où il obtint en 1928 une licence (bachelor) en service extérieur[2]. Une autre licence en philosophie suivit en 1930, et une maîtrise en 1931[1]. Dostert fut accepté comme doctorant en langues à l'université Johns-Hopkins, bien qu'il n'eût jamais terminé sa thèse.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dostert est le responsable des services d'interprétation et de la traduction lors du procès de Nuremberg[3].

Apports à la traduction automatique[modifier | modifier le code]

Dostert fut le premier directeur de l'Institut des langues et de la linguistique de Georgetown. L'Institut collabora avec IBM pour effectuer la toute première traduction automatique, qui fut montrée publiquement en 1954[4],[5]. Dostert lui-même annonça le succès, même si l'événement public était lui-même davantage une démonstration de faisabilité pour engranger davantage d'intérêt et de ressources[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • « The Georgetown Institute Language Program », dans Publications of the Modern Language Association of America, 1953, p. 3-12.
  • « Brief history of machine translation research », dans Eighth Annual Round Table Meeting on Linguistics and Language Studies, 1957 Lire en ligne.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gordin 2015, p. 230.
  2. .Walker 2015.
  3. Jean Delisle et Judith Woodsworth, Les traducteurs dans l'histoire, Presses de l'université d'Ottawa, 1995, p. 247-265 Lire en ligne.
  4. Nye, « Speaking in Tongues: Science's centuries-long hunt for a common language », Distillations, vol. 2, no 1,‎ , p. 40–43 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Gordin 2015.
  6. « IBM press release of January 8, 1954, for 701 Translator », ibm.com (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Papers in linguistics in honor of Léon Dostert, Paris, Mouton, , 177 p. (lire en ligne).
  • (en) Michael D. Gordin, Scientific Babel : The Language of Science from the Fall of Latin to the Rise of English, Londres, Profile Books, , 432 p. (ISBN 978-1-78125-114-0)
  • Paul Walker, « The Trials and Triumphs of Leon Dostert '28 », Occidental Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]