Léon Deshairs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon Deshairs
Image dans Infobox.
Léon Deshairs, 1917. Lieutenant au ministère de la Guerre
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Historien de l'art, écrivain
Autres informations
Conflit
Distinction
Archives conservées par
Archives départementales des Yvelines (166J, Ms 3347-3351, 5 pièces, -)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Léon Deshairs, né le à Chalon-sur-Saône, mort le à Créteil, est un historien de l'art, écrivain et dessinateur français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est négociant en mercerie à sa naissance, plus tard voyageur de commerce. Quittant la Saône-et-Loire, sa famille s'installe ultérieurement à Lyon[3].

On le retrouve en au collège Sainte-Barbe à Paris, en classe préparatoire à l'École normale supérieure, aux côtés de Charles Péguy[4], et de Henri Roy, futur ministre, qui lui reconnait « un fort joli talent de dessinateur »[5].

Il entre à l'École normale[Information douteuse],[6],[7], obtient en une licence ès-lettres à la Sorbonne et, y suivant les cours d'Henry Lemonnier, un diplôme d'études supérieures d'histoire de l'art avec un mémoire sur le paysage français à la fin du XVIIIe siècle. Il suit également les cours d'André Michel à l'École du Louvre. Lorsque son emploi du temps le permet, il va dessiner et peindre dans l'atelier de Jean-Paul Laurens à l'Académie Julian[8].

En et , il est professeur à Bucarest, et après avoir voyagé en Italie, il enseigne à Paris jusqu'en , et obtient en un diplôme de l'École du Louvre[8].

Tout en étant conservateur de la bibliothèque de l'Union centrale des arts décoratifs (UCAD) de à [9], il soutient en à l'École du Louvre une thèse sur Guillaume Coustou[10].

En , il est "lieutenant attaché au cabinet technique du ministre de la guerre"[11].

De jusqu'au début des années , il est rédacteur en chef de la revue Art & Décoration[12],[13].

De à , il dirige la collection « L'Art français depuis vingt ans », aux Éditions Rieder[14],[15].

En , c'est en qualité de professeur de dessin à l'École des arts décoratifs qu'il écrit dans la revue Le dessin[16].

De à il enseigne à l'École du Louvre l'histoire des arts décoratifs modernes[17],[18],[8].

Alors qu'il y était déjà professeur d'histoire de l'art, il est nommé en sous-directeur de l'École des arts décoratifs[19], dont il devient directeur dès la mort du titulaire, Maurice Boukay en , jusqu'à sa retraite en . À la Libération, en , il est rappelé pendant dix-huit mois pour remettre en marche l'école[8]. En , année du jubilé de l'école, il en est encore directeur honoraire[20].

Il est inhumé au cimetière "Rabelais" de Saint-Maur-des-Fossés, ville où il résidait à la fin de sa vie[21].

Amitié avec Charles Péguy[modifier | modifier le code]

C'est au collège Sainte-Barbe qu'il se lie d'amitié avec Charles Péguy. Ils ont à peu près le même âge, sont d'origine provinciale, et partagent grosso modo les mêmes idées progressistes : ils sont tous deux dreyfusards. Une photographie prise en les représente dans le même groupe d'élèves[4].

La même année, Deshairs fait profiter son ami de ses talents de dessinateur, en le croquant au crayon et en lui offrant son portrait à mi-jambe. D'autres ont suivi : on a pu dire de lui qu'il était « l'imagier de Charles Péguy »[22].

Cette amitié donnera lieu à des échanges épistolaires, dont on a conservé certaines lettres[23],[8]. C'est ainsi qu'en Péguy confie à Deshairs sa décision « d'abandonner, pour sa Jeanne d'Arc, l'histoire au profit du drame, et même du drame en vers »[24].

Ce lien d'amitié se concrétisera aussi par la collaboration de Léon Deshairs aux premiers Cahiers de la Quinzaine, revue fondée par Charles Péguy en , dont il fut un abonné assidu[25].

Après la mort de Péguy, lorsque la municipalité d'Orléans sa ville natale décidera en d'ériger un monument commémoratif sur un square baptisé à son nom, Deshairs recommandera le sculpteur Paul Niclausse, professeur à l'École des arts décoratifs, pour la réalisation d'un buste en bronze qui le couronnera , et il sera présent à son inauguration[26].

En , il ira encore se recueillir à Villeroy sur la tombe de son ami[27].

Œuvre (sélection)[modifier | modifier le code]

  • Documents inédits sur la chapelle du château de Versailles, 1689-1772 (1906)
  • Le Château de Maisons (Maisons-Laffitte). Architecture, sculpture, décoration. Notice historique et descriptive (1907)
  • Histoire du paysage en France (1908)
  • La dentelle (1908)
  • Bordeaux. Architecture et décoration au XVIIIe siècle (1908)
  • Le Grand Trianon. Architecture, décoration, ameublement (1908)
  • Une visite aux Gobelins (1909)
  • L'art et les mœurs en France (1909)
  • Aix-en-Provence, architecture et décoration aux XVIIe et XVIIIe siècles (1910)
  • Dessins originaux des maitres décorateurs... XVIIIe siècle... Nicolas et Dominique Pineau (1911)
  • Le Château de Bercy. Architecture et décoration. Fin du règne de Louis XIV (1911)
  • La décoration des tissus (1912)
  • La tapisserie et le mobilier au Musée Jacquemart-André (1914)
  • Le Musée Jacquemart-André (1914)
  • Dessins originaux des maitres décorateurs. Les dessins du musée et de la bibliothèque des arts décoratifs. Palais du Louvre. Pavillon de Marsan (1914)
  • Pablo Picasso (1925)
  • Le Petit Trianon. Architecture. Décoration. Ameublement (1926)
  • Intérieurs en couleurs (France). Cinquante planches en couleurs accompagnées d'une préface (1928)
  • C. Despiau (1930)
  • Jules Migonney (1931)
  • Émile Lenoble, 24 phototypies (1931)
  • L'art : des origines à nos jours (1932-1933)[28]
  • Louis Jourdan, 1872-1948 (1951)
  • Édouard Manet

Et de nombreux articles dans différentes revues artistiques (L'Art et les Artistes...), ou "grand public" (L'Illustration[29]...).

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://archives.yvelines.fr/rechercher/archives-en-ligne/correspondances-du-musee-departemental-maurice-denis/correspondances-du-musee-maurice-denis », sous le nom DESHAIRS Léon (consulté le )
  2. Bibliothèque nationale de France (BnF), « Notice de personne : Deshairs, Léon », sur catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb12155955m (consulté le ).
  3. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 183), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 4.
  4. a et b L'Amitié Charles Péguy, « L'écrivain : Portraits de Péguy », Galerie photo – 5e photo, sur charlespeguy.fr (consulté le ).
  5. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 17), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 2.
  6. Stéphane Laurent (dir.), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, « Une émergence du design. France, 20e siècle : Décoration, design et politique : l'école nationale supérieure des Arts décoratifs de 1940 à 1968 » [PDF], sur hicsa.univ-paris1.fr, Publication en ligne HiCSA, Paris, (consulté le ) : « [Note 11] Léon Deshairs (1874-1967), ancien élève de l’École normale supérieure », p. 12.
  7. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 151), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 9 ("les lettres Cn désignent les camarades que Péguy a connus à l'ENS (promotions 1890-1900)"), p. 12 ("ACnEF *Deshairs Léon*".
  8. a b c d et e L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 131), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 47-55.
  9. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 38), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 2-23.
  10. Archives nationales, « Archives des musées nationaux, École du Louvre (série F) : Remise des diplômes et liste des thèses », 1907 27 juillet : Leon Deshairs pour sa thèse sur Guillaume Coustou, sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ).
  11. FranceArchives, « Paris. Ministère de la guerre : Lieutenant Deshairs (bibliothécaire des Arts décoratifs) attaché au cabinet technique du ministre », sur francearchives.fr, (consulté le ).
  12. Maud Allera, « La photographie à la Librairie centrale des Beaux-Arts : Éditions Albert Lévy (1906-1936) », Les cahiers de l'École du Louvre, no 10 2017,‎ , p. 3, 4, 6, 8 (e-ISSN 2262-208X, DOI https://doi.org/10.4000/cel.545, lire en ligne, consulté le ).
  13. « Le quarantième anniversaire d'Art et décoration » (Collection complète. Tome LXVI), Art et décoration, Paris, Charles Massin, Albert Lévy, (consulté le ), p. 1.
  14. (en) Léon Deshairs (dir.), « L'Art français depuis vingt ans. (Collection publiée sous la direction de M. L. Deshairs.) », 10 volumes ; 8°, sur www.worldcat.org, 1921-1928 (OCLC 557998777, consulté le ).
  15. revues-litteraires.com, « Rieder & Cie (Éditions) : Collection(s) », sur www.revues-litteraires.com (consulté le ).
  16. G. Merlateau, « Comptes-rendus et citations sélectionnés », Le dessin, (consulté le ) : « Un professeur de dessin (Léon DESHAIRS, professeur de l'école nationale des arts décoratifs », p. 1.
  17. Archives nationales, « Archives des musées nationaux, École du Louvre (série F) : Conseil des études », 1931 10 juillet Nomination de professeurs : MM Charbonneaux, R. Rey, Hautecoeur, Deshairs, sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ).
  18. Archives nationales, « Archives des musées nationaux, École du Louvre (série F) : Professeurs de l'École du Louvre (1882-1940) », DESHAIRS Léon : directeur de 1'École nationale supérieure des Arts décoratifs, Cours d'histoire des arts décoratifs modernes, sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Les beaux-arts : M. Deshairs sous-directeur de l'école des arts décoratifs », Comoedia, Paris,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  20. Stéphane Laurent (dir.), « Décoration, design et politique : l’école nationale supérieure des Arts décoratifs de 1940 à 1968 », Une émergence du design. France 20e siècle, Paris, site de l'HiCSA,‎ , p. 43 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  21. Archives nationales, « Base Léonore – Dossiers Légion d'honneur : Léon Deshairs – Faire-part de décès », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).
  22. L'amitié Charles Péguy (Portrait par Léon Deshairs, juillet 1894), Bulletin d'informations et de recherches (no 81), (présentation en ligne).
  23. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 38), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 3-23.
  24. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 191), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 6.
  25. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 151), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 27.
  26. Académie d'Orléans, Mémoires 1997, (lire en ligne), p. 234, 236.
  27. L'amitié Charles Péguy, Feuillets mensuels (no 2), (ISSN 0180-8559 et 0569-9444, OCLC 1177292370, BNF 34383071, lire en ligne), p. 3.
  28. Léon Deshairs (dir.) et al., L'art : des origines à nos jours, Paris, Larousse, , 860 p. (OCLC 995328434, BNF 32373490).
  29. Léon Deshairs, « Aux beaux jours de la tapisserie », L'Illustration, no 5050 « Noël 1939 »,‎ (présentation en ligne).
  30. Archives nationales, « Base Léonore – Dossiers Légion d'honneur : Léon Deshairs », sur www2.culture.gouv.fr (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]