Léon Delachaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léon Delachaux
Image dans Infobox.
Léon Delachaux, Autoportrait au manteau,
localisation inconnue.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Léon Émile Aldala Delachaux
Nationalité
Activités
Autres activités
Graveur sur métaux précieux
Formation
Maître
Mouvement
Distinctions
Salon des artistes français de 1887, mention honorable pour le Crux Ave à Pâques, Zürich, Kunsthaus Museum
Exposition universelle de Paris de 1889, médaille de bronze pour La Louée à Château-Landon, musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds
Chevalier de la Légion d'honneur en 1911
Œuvres principales
The Banjo Player (1881)
La Lingère (vers 1905)
La Louée à Château-Landon (vers 1888)

Léon Émile Aldala Delachaux né à Villers-le-Lac en 1850 et mort à Saint-Amand-Montrond en 1919 est un peintre franco-suisse, naturalisé américain en 1883.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Delachaux naît le près de Villers-le-Lac, dans le département du Doubs, en France. Il est le premier enfant de Mélanie Henry, française et catholique, et de Louis-Auguste Delachaux, suisse et protestant. Ses parents, tous deux horlogers, se marient le [1],[2].

Léon Delachaux - Jeune fille rencontrant des oiseaux au bord d'un lac.
Jeune fille rencontrant des oiseaux au bord d'un lac, localisation inconnue.

Entre 1850 et 1855, Léon Delachaux passe son enfance en Suisse, à Morat dans le canton de Fribourg. Ses quatre sœurs voient le jour à Morat mais aucune ne survivra. En 1855, son père se suicide, accablé par la misère. En 1859, sa mère emmène Léon au Caire en Égypte. Neuf ans plus tard, le jeune homme quitte Le Caire pour Marseille. Il est durant quelque temps peintre sur carrosseries de voitures à cheval puis remonte en Suisse où il trouve un emploi de graveur sur métaux précieux. En 1872, le représentant d'un joaillier américain - Tiffany selon la tradition orale[3] - lui propose de venir à New York. On le retrouve en 1875 à Philadelphie où il rencontre Marie-Appoline Noël, dite Pauline, d’une famille originaire des Vosges, émigrée à Philadelphie en 1853. Ils se marient à Philadelphie le . Leur fils unique, Clarence, naît le . Delachaux est alors graveur sur boîtiers de montres.

En 1876, Philadelphie fête le centenaire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis et accueille l’Exposition universelle de 1876. Cet événement majeur est décisif pour Léon Delachaux qui découvre sa vocation de peintre et s’inscrit à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts, qui rouvre ses portes. Entre 1876 et 1881, il suit les cours académiques dispensés par Thomas Eakins ; il s’essaie à la photographie. De 1878 à 1880, la famille Delachaux partage son adresse du 1934, Locust Street à Philadelphie avec Carol Storck (ro), sculpteur roumain. À partir de 1879, Léon Delachaux expose aux États-Unis à Philadelphie, Pittsburgh, Louisville, New York, Chicago, San Francisco, Boston, ainsi qu’en Amérique du Sud.

En 1882, souhaitant revenir en France avec sa famille, un accord avec son marchand de tableaux, Harrison Earle, lui permet de financer son retour en échange de l’envoi de ses œuvres à Philadelphie. L'année suivante, Delachaux obtient la nationalité américaine. Arrivé en France, il s’installe à Levallois-Perret et fréquente l'atelier de Pascal Dagnan-Bouveret[4], grand ami de Thomas Eakins, avec qui il fut élève de Jean-Léon Gérôme. En 1884, il s’installe dans la colonie artistique internationale de Grez-sur-Loing, près de Fontainebleau. Il se présente au Salon des artistes français comme élève de Thomas Eakins et d'Ernest Ange Duez[5].

Léon Delachaux connaît un premier succès public en 1887 avec une mention honorable au Salon pour le Crux Ave à Pâques (Kunsthaus de Zurich). Il participe à l'Exposition universelle de Paris de 1889 et obtient la médaille de bronze pour son tableau La Louée à Château-Landon (musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds). Il voyage dans le centre de la France, Puy-de-Dôme,Indre, Creuse, Cher et peint la vie rurale. En 1891, Léon Delachaux quitte le Salon des artistes français pour celui de la Société nationale des beaux-arts - dont Ernest Ange Duez est un membre fondateur. Il en devient associé en 1895, sociétaire en 1901 et membre du jury en 1903, 1904 et 1909. Il y exposera tous les ans jusqu'en 1915. De 1900 à 1919, il vit à Saint-Amand-Montrond dans le Cher. Il recouvre sa nationalité française en 1907.

Le , Léon Delachaux est nommé chevalier de la Légion d'honneur[6].

Il meurt le à Saint-Amand-Montrond et est inhumé au cimetière de Grez-sur-Loing.

Expositions[modifier | modifier le code]

De son vivant : 1879 à 1918[modifier | modifier le code]

Léon Delachaux - The Banjo Player, 1881
The Banjo Player (1881), localisation inconnue.

De nationalités suisse, américaine puis française, Léon Delachaux a pris grand soin de ses œuvres et s’est toujours soucié de les exposer dans les salons officiels, les galeries ou par le biais de commissaires d’expositions pour l’étranger. Il a su, de 1879 à 1918 créer un réseau national et international impressionnant, participant à plus de deux cents expositions dans le monde.

Prenant pied en Amérique du Nord en 1872, Léon Delachaux découvre la peinture et l’étudie à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts de Philadelphie, sous la maîtrise de Thomas Eakins (1844-1916). Ses premières expositions en tant que peintre et aquarelliste sont donc américaines. Il est présent de 1879 à 1918 aux expositions internationales outre-Atlantique de Philadelphie[7], Pittsburgh[8], Boston[9], New York[10], Washington[11], Louisville[12], Utica[13], Indianapolis[14], Chicago[15], Worcester[16], Saint-Louis[17], New Albany[18], Salt Lake City[19], Seattle[20], San Francisco[21] et Toronto[22], au Canada.

À Paris[23], Léon Delachaux participe de 1884 à 1890 au Salon des Artistes Français. Il s’intègre sans peine à cette structure centrale et dominante, au rayonnement international, que représente le Salon. Il obtient en 1887 une mention honorable grâce au Crux Ave à Pâques (Kunsthaus, Zürich, Suisse).

De 1891 à 1914, il expose au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts dont il est associé en 1895, puis sociétaire en 1901. En 1903, 1904 et 1909, il est membre de la commission d’examen des œuvres.

L’exposition universelle de 1889[24] lui permet de remporter la médaille de bronze grâce au tableau La Louée à Château-Landon (Musée des Beaux-Arts, La Chaux-de-Fonds, Suisse), en tant qu’Américain. Mais c’est comme artiste français qu’il participe à celle de 1900[25], où il obtient également une médaille de bronze.

Artiste reconnu, Léon Delachaux participe également à plusieurs expositions de groupe dans des galeries parisiennes : à la Galerie Silberberg[26] (1903) et à la Galerie Georges Petit[27] (1898, 1910, 1912 et 1915). En 1916, on le remarque à la Galerie Georges Bernheim, lors d’une exposition organisée au profit des blessés de guerre.

Sa consécration comme peintre de renom se fait grâce aux acquisitions de plusieurs de ses œuvres par l’Etat français (six œuvres acquises entre 1899 et 1913). Parmi elles, La Lingère (1905) est exposée au musée du Luxembourg.

En province, les expositions organisées par les très actives Sociétés des Amis des Arts lui offrent une visibilité notoire à Nantes[28], Fontainebleau[29], Le Havre[30], Lyon[31], Bordeaux[32], Reims[33], Amiens[34], Strasbourg[35], Douai[36], Roubaix-Tourcoing[37], Périgueux[38], Nîmes[39] et Pau[40].

L’Europe lui ouvre également ses portes à l’occasion de présentations d’œuvres d’artistes français et d’expositions de peintures internationales. On retrouve les tableaux de Delachaux à Bruxelles[41], Gand[42], Monaco[43], Berlin[44], Düsseldorf[45], Essen[46], Munich[47], Londres[48], Liverpool[49], Edimbourg[50], Venise[51], Rome[52], Helsinki[53], Prague[54], Poznan[55] ou encore Barcelone[56].

Originaire du canton de Neuchâtel, en Suisse, il contribue de 1887 à 1894 aux expositions collectives et itinérantes de la Société Suisse des Beaux-Arts, dites Turnus. Tableaux et dessins voyagent à Bâle[57], Winterthour[58], Zürich[59], Saint-Galle[60], Schaffhouse[61], Constance[62], Berne[63], Aarau[64], Le Locle[65], Lausanne[66], Glaris[67], Soleure[68] et Lucerne[69]. On les remarque aussi aux expositions de la Société des Amis des Arts de Neuchâtel[70] et de La Chaux-de-Fonds[71], tout comme à l’Exposition nationale des Beaux-Arts de Berne[72] et à l’Exposition municipale des Beaux-Arts de Genève[73].

De 1886 à 1903, Delachaux participe ainsi à près de 50 manifestations en Suisse.

En 1910, sa Costurera est montrée en Amérique du Sud à l’Exposición Internacional de Bellas Artes de Santiago du Chili[74], ville dans laquelle elle se trouve encore aujourd’hui.

En Asie, lors des célébrations souhaitées par Paul Doumer pour glorifier la nouvelle capitale de l’Indochine française, c’est à Hanoï[75] qu’il expose en 1902.

A partir de 1919[modifier | modifier le code]

Léon Delachaux s’éteint le 27 janvier 1919. En 1938, encouragé par Théogène-Pierre Chavaillon, son ami et conservateur du musée Saint-Vic de Saint-Amand-Montrond (Cher), Clarence Delachaux lègue à la ville douze tableaux et deux dessins, suivant les dernières volontés de son père : « Je voudrais que ce qui reste de mon travail fût conservé intact et gardé par toi, mon fils, et tes enfants, et plus tard, si jugé, d’être légué à une ville de France pour y former le noyau d’un musée. »

Le musée Saint-Vic détient ainsi aujourd’hui la plus importante collection publique d’œuvres de Delachaux. Il la partage régulièrement, comme en 2017, à l’occasion de l’exposition « Léon Delachaux, son œuvre saint-amandoise »[76]  : 45 œuvres provenant de ses collections ainsi que de mains privées sont dévoilées au public.

Les villes de Bourges, Grez-sur-Loing et Uzès ont également présenté au public les œuvres de Delachaux qu’elles conservent.

A Paris, le Fonds de Dotation Léon Delachaux organise en 2014 la première rétrospective : « Léon Delachaux, au fil de… » dans les salons de France-Amériques, qui accueillent 80 tableaux et dessins[77].

Exposition "Léon Delachaux - Au fil de…" le 9 octobre 2014
The Banjo Player et les cinq portraits de la famille Berthon à l'exposition « Léon Delachaux - Au fil de… », le au cercle France-Amériques à Paris.

Le Comité des Prêts du Fonds de Dotation se mobilise pour faire connaître les œuvres de Delachaux. Ainsi, en 2018, Affectionate Mother (1881) a participé à l’exposition « L’âge de raison vu par les peintres au XIXe siècle »[78] au musée Fournaise de Chatou. En 2019, The Banjo Player (1881), peinte aux Etats-Unis, retraverse l’Atlantique pour se joindre à la dernière étape de l’exposition itinérante organisée par le musée d’Orsay : « Le Modèle noir, de Géricault à Picasso », au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Chili[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Grez-sur-Loing, musée de la Ville de Grez-sur-Loing : La Convalescente, 1911, huile sur toile.
  • Paris :
  • Saint-Amand-Montrond, musée Saint-Vic :
    • Vue de Châteldon, Puy de Dôme, vers 1899, huile sur toile ;
    • Marguerite, petite paysanne du Blanc, vers 1896, huile sur toile ;
    • Lecture (effet de nuit), vers 1897, huile sur toile ;
    • Intérieur, Pauline et Ysabelle, vers 1899, huile sur toile ;
    • Bassin du Canal à Saint-Amand, huile sur carton ;
    • Bords de la Marmande, huile sur carton ;
    • Portrait de Madame Moreau, vers 1900, crayon graphite sur papier vélin ;
    • Petite fille à la poupée, vers 1906, mine de plomb ;
    • Fileuse à la quenouille, 1907, huile sur toile ;
    • Intérieur berrichon (les repasseuses), 1908, huile sur toile ;
    • La Famille du cordonnier, vers 1909, huile sur toile ;
    • Autoportrait, vers 1910, huile sur toile ;
    • Bords du Cher à Drevant, 1911, huile sur toile ;
    • Poire, vers 1912, huile sur toile ;
    • Portrait de Madame Louis Dubost, 1913, pastel ;
    • Chapelle Saint-Roch sous la Neige, vers 1915, huile sur toile.
  • Uzès, musée Georges Borias : Jeune fille au bol, 1905, craie sur papier.

Pologne[modifier | modifier le code]

République Tchèque[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Fonds de dotation Léon Delachaux[modifier | modifier le code]

Le Fonds de dotation Léon Delachaux a été créé en 2012 par Marie Delachaux, arrière petite-fille du peintre.

Il a pour objectifs la constitution d’un fonds documentaire et le recensement des œuvres de l’artiste en vue de l’édition d’un catalogue raisonné ; la recherche biographique et artistique de Léon Delachaux, tant en Suisse qu’aux États-Unis et en France où il a vécu et peint ; la valorisation, conservation et restauration des œuvres acquises par le fonds pour permettre la diffusion, la connaissance et le rayonnement de Léon Delachaux, notamment dans le cadre de manifestations culturelles ; le prêt d’œuvres d’art sous toutes formes, notamment à des musées ou institutions publiques ; l’organisation de manifestations permettant de resituer Léon Delachaux dans le monde artistique de son temps et du nôtre ; la publication d’ouvrages concernant l’artiste ; les dons auprès d’organismes d’intérêt général artistique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Léon Emile Aldala Delachaux », base Léonore, ministère français de la Culture.
  2. « Ministère de la culture - Base Léonore », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  3. Clarence Delachaux, Nos ancêtres Delachaux dit Gay, , 50 p., p.11
  4. Gérald Schurr et Pierre Cabanne, Dictionnaire des Petits Maîtres de la peinture (1820-1920), Les Éditions de l'Amateur, , page 223.
  5. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des Peintres, Sculpteurs, Dessinateurs et Graveurs, Librairie Gründ, , Tome 3, page 442.
  6. « Base Léonore », sur www.culture.gouv.fr (consulté le ).
  7. (en) « Catalogue of the ... annual exhibition / The Pennsylvania Academy of the Fine Arts. no.056-057 yr.1885-87. », sur HathiTrust (consulté le )
  8. (en) Carnegie Institute, Catalogue of the seventeenth annual exhibition at the Carnegie Institute, Pittsburgh,
  9. Boston Public Library, Boston Art Club fine arts exhibition, (lire en ligne)
  10. American Art Association et American Art Galleries, Inauguration of new galleries, works from the salon of '84 and other American paintings contributed by the artists, New York, (lire en ligne)
  11. (en) « The Art Exhibition in the Rotunda », The Washington Evening Star,‎
  12. Ky ) Southern Exposition (1884 : Louisville et Charles M. Kurtz, Illustrated catalogue of the art gallery of the Southern Exposition, Louisville, Ky., August 16-October 25, 1884, [Louisville] : J. P. Morton and company, (lire en ligne)
  13. (en) Utica Art Association, Catalog of the Utica Art Association, Eighth exhibition of Paintings, Utica,
  14. (en) The Art Association, Catalogue of the 11th Annual Exhibit of Painting, Indianapolis,
  15. Ill ) World's Columbian Exposition (1893 : Chicago, Halsey Cooley Ives, Moses P. (Moses Purnell) Handy et Ill ) Dept of Publicity and Promotion World's Columbian Exposition (1893 : Chicago, World's Columbian Exposition, 1893 : official catalogue. Part X. Department K. Fine arts, Chicago : W.B. Conkey, (lire en ligne)
  16. (en) « Good Paintings. Notable Exhibition Opened at the Davis Studio. American and Foreign Artists Represented », The Worcester Daily Spy,‎
  17. (en) City Art Museum, Catalogue of the Exhibition of French and Belgian Art from the Panama Pacific International Exposition 1915, series 1916, n°4, Saint-Louis,
  18. (en) « Pictures and Exposition », The New Albany Ledger,‎
  19. (en) « Salt Lakers May See Fine French Paintings - Walter H. Drant, famous critic, loans his collection to the Commercial Club », The Salt Lake Telegram,‎
  20. Wash ) Alaska-Yukon-Pacific Exposition (1909 : Seattle, Official catalog of the Department of Fine Arts, Alaska-Yukon- Pacific Exposition, Seattle, Washington, 1909, [Seattle] : A.-Y.-P. Publishing Co., (lire en ligne)
  21. Calif ) Panama-Pacific International Exposition (1915 : San Francisco, Panama Pacific International Exposition, San Francisco, 1915 : fine arts, French section : catalogue of works in painting, drawings, sculpture, medals-engravings and lithographs, Paris : Libraire Centrale des Beaux-Arts ; Macon : Protat Brother, printers, (lire en ligne)
  22. Ont ) Dept of Fine Arts Canadian National Exhibition (Toronto, Catalogue of Department of Fine Arts, Canadian National Exhibition, Toronto, 1916 [microform], [Toronto? : s.n.], (ISBN 978-0-665-83196-6, lire en ligne)
  23. « Les expositions du vivant de Léon Delachaux - uMap », sur umap.openstreetmap.fr (consulté le )
  24. (en) Paris Universal Exposition, Official Catalogue of the United States Exhibit, Paris,
  25. Catalogue officiel illustré de l'exposition décennale des beaux-arts de 1889 à 1900 / Exposition universelle de 1900, (lire en ligne)
  26. Catalogue de l'exposition Guiguet, Delachaux, Hochard, Paris,
  27. Catalogue de la tombola artistique organisée par l’Académie des Beaux-Arts à la Galerie Georges Petit, Paris,
  28. Catalogue de la 7e exposition de la société des Amis des Arts de Nantes, Nantes,
  29. Catalogue de l'Exposition de la Société des Amis des Arts de Seine et Marne, Fontainebleau,
  30. Explications des ouvrages de peinture, sculpture, dessins, gravures et faïences des artistes vivants exposés dans les galeries de l'exposition : exposition de 1887, du 30 juillet au 23 octobre / Société des amis des arts du Havre, (lire en ligne)
  31. Catalogue du Salon de la société lyonnaise des Beaux-Arts, Lyon,
  32. Catalogue de la 39e exposition de la Société des Amis des Arts, Explication des ouvrages de Peinture, Sculpture, Architecture, Gravure, Lithographie, Objets d'Art, etc., des Artistes Vivants, Exposés dans les Salons de la Société, Bordeaux,
  33. Société des Amis des Arts de Reims, Catalogue de l'exposition de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie, Imprimerie de l'Indépendant rémois,
  34. Exposition. Catalogue. 1885 / Société des amis des arts du département de la Somme, 1883-1911 (lire en ligne)
  35. Société des amis des arts (Strasbourg) Auteur du texte, Katalog der Ausstellung von werken Französischer Künstler der Gegenwart : [Strassburg], im Alten Schloss, 2. M{euro}arz 1907 2. April, (lire en ligne)
  36. Catalogue de la 33e exposition de la Société des Amis des Arts, Douai,
  37. Catalogue de l'Exposition de la Société Artistique, Roubaix-Tourcoing,
  38. « Société des Amis des Arts de la Dordogne. Deuxième exposition 1886. · Petrocoria-num : Bibliothèque numérique patrimoniale de la ville de Périgueux », sur petrocoria-num.perigueux.fr (consulté le )
  39. Le Salon de Nîmes, organisé par la Société des Amis des Arts, Nîmes, Imprimerie Roger et Laporte,
  40. Le Teurtois J., « Salon de Pau », La Gazette Béarnaise,‎
  41. Catalogue de l'Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles, Section Beaux-Arts, France, Bruxelles,
  42. Marraud Pierre, Catalogue officiel de la section française, Exposition Universelle et Internationale, Gand,
  43. Catalogue de l'Exposition Internationale des Beaux-Arts de la Principauté de Monaco, Monaco,
  44. (de) Verein Berliner Künstler Berlin (Germany ). International kunst -ausstellung, Internationale Kunst-ausstellung veranstaltet vom Verein Berlinre Künstler ..., Verlag des VereinsBerliner Künstler, (lire en ligne)
  45. (de) Katalog der Internationalen Kunstausstellung, Düsseldorf, Verlag der Internationalen Kunstausstellung, Düsseldorf,
  46. (de) Ausstellung bon Interieurs und Blumenstücken, Kunstmuseum, Essen,
  47. (de) Illustrierter Katalog de VII. Internationalen Kunstausstellung im Königlichen Glaspalaste München, Münich,
  48. England) Franco-British Exhibition (1908 : London et issuing body Comité français des expositions à l'étranger, Exposition franco-britannique de Londres 1908 : catalogue spécial officiel de la section française, (lire en ligne)
  49. Walker Art Gallery, Thirty-fifth autumn exhibition of modern art : catalogue, 1905, Liverpool : Lee & Nightingale, (lire en ligne)
  50. (en) Catalogue of the 87th Exhibition of the Royal Scottish Academy, , Edimbourg
  51. Biennale di Venezia, Biennale di Venezia. Settore arti visive e architettura et Biennale di Venezia. Settore arti visive, Catalogo, [Venezia], (lire en ligne)
  52. Italy) International Fine Arts Exhibition (1911 : Rome, Catalogo della mostra di belle arti, Bergamo, nIstituto italiano d'arti grafiche, (lire en ligne)
  53. Catalogue de l'exposition française des Beaux-Arts à Helsingfors, Helsinki,
  54. (cs) Ilustrovaný seznam 65. výroční výstavy krasoumné jednoty pro čechy v praze, Prague,
  55. (pl) Catalogue Muzeum Narodowe, Poznan,
  56. Catalogue illustré de l’exposition d’art français de la Municipalité de Barcelone, Barcelone,
  57. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung in Basel, 20. November bis 7. Dezember 1890, Bâle, (lire en ligne)
  58. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung, Winterthour, Winterthour,
  59. (de) Schweizerische Kunstausstellung in Zürich vom 11. August bis und mit 1. September in der Börse, Zürich, (lire en ligne)
  60. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung, Saint-Gall, (lire en ligne)
  61. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung, Schaffhausen, Schaffhouse, (lire en ligne)
  62. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung, Konstanz, Constance, (lire en ligne)
  63. (de) Catalog der Schweizerischen Kunsausstellung in Bern, 23. Oktober bis 9. November 1890, Berne,
  64. (de) Catalog der Schweizerischen Kunstausstellung in Aarau, 28. Juni bis 20. Juli 1890, Aarau, (lire en ligne)
  65. Catalogue des œuvres d’art exposées au Locle du 1er juillet au 22 juillet 1894, Le Locle, (lire en ligne)
  66. Catalogue de l’exposition de la Société Suisse des Beaux-Arts, ouverte à Lausanne du 28 septembre au 16 octobre 1892, Lausanne, (lire en ligne)
  67. (de) Katalog der Schweizerischen Kunstausstellung, Glarus, Glaris, (lire en ligne)
  68. (de) Verzeichnis der ausgestellten Kunstwerke, Solothurn, Soleure, (lire en ligne)
  69. Catalogue des œuvres d’art exposées à Lucerne 24 août au 9 septembre 1894, Lucerne, (lire en ligne)
  70. Catalogue du musée des beaux-arts de la ville de Neuchâtel, douzième édition, Neuchâtel, (lire en ligne)
  71. Catalogue de la XVIe exposition de la Société des Amis des Arts de La Chaux-de-Fonds, La Chaux-de-Fonds,
  72. Catalogue de la Deuxième Exposition Nationale des Beaux-Arts, Berne,
  73. Catalogue de l'Exposition Municipale des Beaux-Arts, Genève,
  74. (es) Catálogo del Museo de Bellas Artes de Santiago, Imprenta i Encuadernación Chile, Sala Centenario, Santiago, Chili,
  75. Vietnam) Intercolonial exhibition of Hanoi (1902 : Hanoi et French Indochina, Exposition de Hanoï en 1902 : catalogue officiel métropolitain, (lire en ligne)
  76. « Léon Delachaux 1850-1919 son œuvre Saint-Amandoise | musees.regioncentre.fr », sur musees.regioncentre.fr (consulté le ).
  77. « Léon Delachaux (1850-1919), un peintre entre deux rives », sur www.lespetitsmaitres.com.
  78. « L'âge de raison vu par les peintres au XIXe siècle - 2018 », sur www.musee-fournaise.com (consulté le ).
  79. (es) « Catálogo del Museo de Bellas Artes - Santiago de Chile (1922) », sur www.mnba.cl.
  80. « Musée du Louvre - Inventaire du département des Arts Graphiques », sur http://arts-graphiques.louvre.fr.
  81. « Musée d'Orsay - Catalogue en ligne », sur www.musee-orsay.fr.
  82. « Musée d'Orsay - Catalogue en ligne », sur www.musee-orsay.fr.
  83. « Musée d'Orsay - Catalogue en ligne », sur www.musee-orsay.fr.
  84. « Musée d'Art et d'Histoire, Genève - Catalogue en ligne », sur http://www.ville-ge.ch.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]