Léon Chancerel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Léon Chancerel ( - ) est un auteur, acteur, metteur en scène français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Jacques Copeau à partir de 1920, au Théâtre du Vieux Colombier à Paris puis au sein des Copiaus en Bourgogne, il commence à écrire des chansons et des pièces.

Il travaille en 1929 avec un jésuite, le P.Paul Doncoeur pour adapter les préceptes de Copeau au théâtre routier. Il se révèle alors pionnier du théâtre pour la jeunesse, en fondant au sein des Scouts de France la compagnie des Comédiens routiers (1929), puis le Théâtre de l’Oncle Sébastien (1935), théâtre pour enfants basé sur la commedia dell'arte et l'improvisation. En 1937, il ouvre un centre dramatique pour la jeunesse. En 1957, il crée l’Association du théâtre pour l’enfance et la jeunesse (ATEJ).

Traducteur de Constantin Stanislavski et pionnier de l'éducation populaire, il a influencé le théâtre amateur et les méthodes de formation des acteurs à travers l'expression corporelle et l'improvisation. Avec ses Comédiens routiers, issus des scouts ainés (routiers) il a marqué la réformation dramatique française, y faisant naître les futurs responsables des premiers centres dramatiques nationaux que sont Hubert Gignoux et Maurice Jacquemont. Son enseignement fut largement diffusé avant la Seconde Guerre mondiale grâce aux réseaux du scoutisme et des mouvements de jeunesse. Durant l'Occupation, il est l'auteur d'un ouvrage pour les enfants d'esprit pétainiste intitulé Oui Monsieur le Maréchal[1].

Chancerel lance un art dramatique scout et fonde la Compagnie des "Comédiens Routiers".

Adaptation[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« La clarté, la précision et la pertinence des analyses (…) vont contribuer (…) à placer Léon Chancerel au premier rang des réformateurs de notre théâtre et des inspirateurs de notre théâtre public, tel qu'il s'est créé au lendemain de la dernière guerre » Robert Abirached, préface de Léon Chancerel, portrait d'un réformateur du théâtre français (1886-1965)

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Cusson, Un réformateur du théâtre, Léon Chancerel, Montréal, Éditions Fidès, 1942
  • Maryline Romain, Léon Chancerel, portrait d'un réformateur du théâtre français (1886-1965), Éditions de L'Âge d'homme, Lausanne, 2005.
  • Chantal Meyer-Plantureux, Théâtre populaire, enjeux politiques, Complexe,
  • Christiane Page, Agir sur l’imagination des enfants : Les albums de l’Oncle Sébastien de Léon Chancerel, Cahiers Robinson, no 21, Artois Presses Université, mars 2007, p. 225-234.
  • « Présentation du livre « Léon Chancerel… », sur Culture.fr
  • « Portrait de Léon Chancerel par Maryline Romain », sur Scouts et Guides de France