Léon-Joseph Suenens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Léon-Joseph Suenens
Image illustrative de l’article Léon-Joseph Suenens
Biographie
Naissance
Ixelles (Belgique)
Ordination sacerdotale par le
card. Joseph-Ernest Van Roey
Décès (à 91 ans)
Bruxelles (Belgique)
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Jean XXIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Saint-Pierre-aux-Liens
Évêque de l'Église catholique
Ordination épiscopale par le
card. Joseph-Ernest Van Roey
Dernier titre ou fonction Archevêque émérite de Malines-Bruxelles
Archevêque de Malines-Bruxelles
Primat de Belgique
Évêque aux armées belges
Évêque titulaire d'Isinda (de)
Évêque auxiliaire de Malines-Bruxelles

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Léon-Joseph Suenens (Leo Jozef Suenens en flamand), né à Ixelles le et mort à Bruxelles le , est un cardinal belge de l'Église catholique romaine, primat de Belgique, 18e archevêque de Malines, 1er archevêque de Malines-Bruxelles (1961-1979). Il a un rôle majeur lors du concile Vatican II dont il est un des quatre modérateurs.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Léon Joseph Suenens est né à Ixelles le , enfant unique de Jean-Baptiste Suenens, négociant en bière, et de Jeanne Janssens. Il a juste 4 ans lorsqu'il perd son père âgé de 30 ans seulement. Il fait ses études secondaires à l'Institut Sainte-Marie à Schaerbeek d'où il sort en 1921.

Après le Grand Séminaire de Malines, il poursuit ses études au Collège pontifical belge à Rome où il obtient le diplôme de docteur en philosophie et en théologie ainsi qu'un baccalauréat en droit canon.

Prêtre[modifier | modifier le code]

Le , à 23 ans, Léon Joseph Suenens, incardiné à l'archidiocèse de Malines, est ordonné prêtre par le cardinal Joseph-Ernest Van Roey en la cathédrale Saint-Rombaut à Malines. Il est alors successivement professeur à l'Institut Sainte-Marie de Schaerbeek en 1929, au Petit séminaire de Malines où il enseigne la philosophie en 1930 et au Grand séminaire Saint-Joseph de Malines en 1935[1].

Évêque[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est nommé le vice-recteur de l'Université catholique de Louvain. Il en assure le rectorat à partir du lorsque le recteur effectif, Honoré Van Waeyenbergh est arrêté par les Allemands, jusqu'à sa libération en . Entretemps, il a été nommé chanoine honoraire du chapitre métropolitain et, en 1941, camérier secret du pape Pie XII[1].

Le , il est nommé évêque in partibus d'Isinda (de) à 41 ans et devient évêque auxiliaire du cardinal Joseph-Ernest Van Roey. À cette même date, il est nommé vicaire général de l'archevêché de Malines. Il reçoit le sacre épiscopal le en l'église métropolitaine. Une des attributions du vicaire général est la censure de livres touchant au dogme et aux sacrements à l'exception du mariage. Il devient président de Pax Christi et des Légions de Marie, du Centre catholique pour la radio et la télévision et de la Commission interdiocésaine de presse. Sa devise d'évêque est « In spiritu sancto »[1].

Pendant de nombreuses années, il travaille avec sa proche collaboratrice, Veronica O’Brien, missionnaire irlandaise des Légions de Marie sur le continent européen. Celle-ci lui apporte notamment sa connaissance parfaite du latin au cours du concile Vatican II. Il est également un fervent artisan de sa vision charismatique du catholicisme[2]. C'est via Veronica O'Brien que Suenens a joué un rôle dans le mariage roi Baudouin de Belgique et de Fabiola de Mora y Aragón en 1960. Au fil des années, le célibat d’un roi qui vivait toujours au domicile paternel était devenu une affaire d’État. Suenens évoque cette question avec Veronica O'Brien. Celle-ci se met à la recherche de la candidate idéale et organise la rencontre du roi Baudouin de Belgique et de Fabiola de Mora y Aragón[3]. Le cardinal Suenens relatera par la suite les circonstances de leur rencontre dans un livre sur le roi Baudouin « Le roi Baudouin, une vie qui vous parle ».

En 1961, l'archidiocèse de Malines se subdivise et il devient, à la mort de son prédécesseur, le 1er archevêque de Malines-Bruxelles à 57 ans. Sans cette subdivision, il serait devenu le 18e archevêque de Malines.

Cardinal[modifier | modifier le code]

Créé cardinal par le pape Jean XXIII lors du consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Pierre-aux-Liens, il joue un rôle prépondérant au concile Vatican II dont il est un des quatre modérateurs nommés par le pape Paul VI (). Proche de Paul VI, il est membre de la Commission centrale préparatoire, de la Commission de coordination et du Secrétariat pour les questions extraordinaires du Concile. Paul VI demande également au cardinal Suenens d'être le relais entre l'Église catholique et le Renouveau charismatique catholique (RCC) nouvelle mouvance encore difficile à cadrer au sein de l'église catholique.

En 1976 il reçoit le Prix Templeton. Il démissionne en 1979, à 75 ans, selon la règle.

Godfried Danneels lui succède en janvier 1980.

Il meurt à la clinique Saint-Jean à Bruxelles le , à près de 92 ans. Son corps repose dans la crypte des archevêques de la cathédrale Saint-Rombaut à Malines.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Une Héroine de l'Apostolat: Edel Quinn, Bruges, Desclée de Brouwer, 1952
  • L'Église en état de mission, Paris, Desclée de Brouwer, 1956
  • Un problème crucial : amour et maîtrise de soi, Paris, Desclée de Brouwer, 1960
  • La Théologie du renouveau, Paris, Éditions du Cerf, 1962 (ouvrage collectif)
  • Souvenirs et espérances, Paris, Fayard, 1991 (Gd prix de la Francophonie par l'Académie française)
  • Les Imprévus de Dieu, Paris, Fayard, 1993
  • Cher Saint Joseph, Ertvelde, F.I.A.T., 1993
  • Le Roi Baudouin : une vie qui nous parle, Ertvelde, F.I.A.T., 1995
  • De la vie à la vie, Paray-le-Monial, AVM Diffusion
  • Jean XXIII. Témoignage pour l'histoire, 'Jean XXIII Intime' par le Cardinal Léo-Joseph Suenens, Ancien archevêque de Malines-Bruxelles, p.67 - p.83, Gunnar Riebs, Editions Mols, 2014 (ISBN 978-2-87402-152-7)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « La mort du cardinal Van Roey », Le Soir,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  2. J. Ponthot, « L.J. Cardinal Suenens - Les imprévus de Dieu », sur Persee, (consulté le )
  3. Christian Laporte, « Miss O'Brien, marieuse du trône... grâce à l'autel » Accès payant, sur Le Soir, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]