Léon-Ignace Mangin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mangin.

Léon-Ignace Mangin
Image illustrative de l’article Léon-Ignace Mangin
Prêtre, missionnaire, martyr, saint
Naissance 30 juillet 1857, Verny, Drapeau de la France France
Décès 20 juillet 1900, Zhujiahe, Drapeau de la République populaire de Chine Chine 
Nationalité française
Ordre religieux Compagnie de Jésus
Vénéré à Zhujiahe
Béatification 17 avril 1955, à Rome, par le pape Pie XII
Canonisation 1er octobre 2000, à Rome, par le pape Jean-Paul II
Vénéré par l'Eglise catholique
Fête 9 juillet

Saint Léon-Ignace Mangin (qui adopta le nom chinois de 任德芬), né le à Verny, Moselle (France) et mort le à Zhujiahe (朱家河), Hebei (Chine), est un prêtre missionnaire jésuite en Chine qui fut massacré au cours de la révolte des Boxers. Il est liturgiquement commémoré par l'Église catholique comme saint et martyr le 9 juillet.

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Fils d'un juge de paix, Léon Mangin fait ses humanités aux collèges de Metz et d'Amiens avant d'entrer dans la Compagnie de Jésus, à Saint-Acheul, le 5 novembre 1875. Les lois Jules Ferry de 1881 le contraignent à terminer ses études de philosophie au théologat jésuite de Louvain en Belgique. Il part en Chine en 1882.

Mort et martyre[modifier | modifier le code]

C'est un mois après l'attaque de Wuyi 武邑 (durant la révolte des Boxers) que, le 20 juillet 1900, le Père Mangin, doyen de la paroisse de King-Tcheou (景州), et le père Paul Denn furent massacrés avec plusieurs milliers de catholiques.

Vénération et souvenir[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]