Léon-Auguste Ottin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léon-Auguste Ottin
Naissance
Nom de naissance
Léon-Auguste Ottin
Nationalité
Drapeau de la France Français
Activité
Maître
Mouvement
Père
Œuvres principales
La Butte Montmartre, Étude du Château de Sannois, La Maison bleue, D'un balcon, soleil couché

Léon-Auguste Ottin est un peintre, vitrailliste né le [1] ou en 1839[2] à Paris, mort à une date inconnue[note 1]. Il est le fils du sculpteur Auguste Ottin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Paul Delaroche et de Horace Lecoq de Boisbaudran, il se lie avec Henri Fantin-Latour, Alphonse Legros, Félix Régamey. De 1861 à 1882, il expose au Salon des refusés. L'État lui achète le tableau Entre ciel et terre au Salon de 1865[3]. Eugène Pottier lui a dédicacé le poème Ce que dit le pain[4]. Il a exposé à l'Exposition universelle de 1878[5].

Il participe à La Commune pendant laquelle il a été un des membres les plus actifs de la Fédération des artistes[6]. En 1873, il est un des signataires d'une lettre adressée au ministre des Beaux-Arts, demandant que tous les artistes ayant exposé l'année précédente aient le droit de voter pour élire les membres du jury du Salon. Cette lettre est signée notamment par Camille Pissarro, Claude Monet, Stanislas Lépine, Adolphe-Félix Cals Alfred Sisley, et de nombreux impressionnistes[1].

Ottin participe à la Première exposition impressionniste en 1874 et à la Deuxième exposition impressionniste en 1876 où il présente à chaque fois respectivement 10 et 14 œuvres tableaux, aquarelles et ensemble de tableaux, qui montrent bien ses préoccupations impressionnistes[7]. Le journaliste Louis Leroy, dans sa célèbre charge contre la première exposition impressionniste, le cite dans Le Charivari comme un moyen de calmer son personnage imaginaire rendu furieux « J'essayai de le calmer en lui montrant le Canal Saint-Denis de M.Lépine et La Butte Montmartre de Mr Ottin, tous deux assez fins de ton... »[8]

Œuvres présentées à la première exposition impressionniste[modifier | modifier le code]

Son père, Auguste Ottin, exposait en compagnie de son fils 10 sculptures (n° 119 à 128) dont un groupe de marbre[1]. N°129 Après la messe à la campagne, N°130 Au Château (Sannois), N°131 La Butte-Montmartre, versant sud, N°132 La Fête chez Thérèse (projet de rideau de théâtre, quarelle), N°133 Bergerie sans moutons (lithographie), N°134 At homme (à M.T.H), N°135 Mariette (tête d'étude)[9].

Œuvres présentées à la deuxième exposition impressionniste[modifier | modifier le code]

N°183 La Maison bleue, Butte Montmartre, N°184 Le Mont Cassin, versant sud, butte Montmartre, N°185 En plein soleil, butte Montmartre, N°186 Sur le versant nord butte Montmartre, N°187 Le Plateau de la Butte, N°188 La Maison Lorcinier, butte Montmartre (à M.L), N°189 La Rue du Mont-Cenis, butte Montmartre, N°190 Retraite de Russie, versant Ouest, N°191 La Maison rouge, l'abreuvoir, butte Montmartre, N°192 Petite rue Saint-Denis, butte Montmartre, N°193 La Tour Solférino, butte Montmartre (à MmeO.), N°194 Au cimetière, Butte Montmartre, N°195 sept pièces : 1) Le Sommet, orage, 2) Le Sommet, brouillard, 3) Rue du Mont-Cenis, 4)L'Observatoire, 5) Village kabyle, 6) D'un balcon,soleil couché, 7)Entre les rues des Carrières et Marcadet, N°196 Trois pièces : 1) Le Parc, 2) AuvergneAndré Gill ),3)De la rue Ordener

Publication[modifier | modifier le code]

  • Le vitrail; son histoire, ses manifestations à travers les âges et les peuples, H. Laurens éditeur, Paris, 1896 (lire en ligne)

Famille[modifier | modifier le code]

  • Auguste Denis Victoire Ottin (1787- ), tourneur sur cuivre et bronze, marié avec Anne Barthélémi Charbonnier
    • Auguste Louis Marie Ottin (1811-1890)
      • Léon-Auguste Ottin (1836- ), marié en 1869 avec Catherine Ernst (1843- )
        • Henri Léo Ottin (1870-1960)
        • Juliette Andrée Ottin (1877-1944)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date de sa mort reste inconnue selon les biographes et les notes biographiques recueillies sur internet exemple : Ottin peintre verrier montmartrois la date de sa mort reste inconnue, y compris sur un site généalogique

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]