Léocadie Doze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauvoir.

Aimée Eléonore Léocadie Doze, dite Mademoiselle Doze à la scène et Mme Roger de Beauvoir en littérature, née au château de Poncallec à Hennebont le et morte à Paris le , est une comédienne, dramaturge et écrivaine française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Douée d'une beauté et d'une grâce peu communes, elle prend goût très jeune à l'art dramatique et vient suivre à Paris les cours de Mademoiselle Mars et de Samson. Comme le veut une tradition bien établie, son premier rôle est celui d'Agnès dans L'École des femmes, qu'elle interprète au Théâtre-Français en 1839. Elle joue ensuite dans L’Épreuve nouvelle d'Édouard Lemaître, dans Les Dehors trompeurs de Louis de Boissy et dans La Jeunesse d'Henri IV d'Alexandre Duval. L'année suivante, elle fait sensation en créant le rôle d'Abigaïl dans Le Verre d'eau de Scribe. Elle s'essaye à la tragédie et crée encore quelques rôles sans beaucoup de succès avant de quitter la scène pour vivre avec l’écrivain et dramaturge Roger de Beauvoir, dont elle aura deux enfants avant de l'épouser, puis un troisième enfant, avant de se séparer à peine trois ans plus tard à la suite d'un éclatant procès en 1850, où elle parvient, avec sa mère, à ruiner son époux.

Entre 1852 et 1858, elle écrit et fait représenter plusieurs comédies. Elle se fait surtout connaître par ses Confidences de Mademoiselle Mars, mélange d'anecdotes historiques et imaginaires sur la comédienne dont elle fut à la fois l'élève et l'amie. Paru tout d'abord en feuilleton dans La Presse, l'ouvrage connaît une dizaine d'éditions. Elle tient également, dans Le Constitutionnel, une chronique hebdomadaire intitulée Les Salons et les modes et publie encore sous forme de feuilletons quelques récits et romans, mais se fait estimer davantage pour sa conversation fine et enjouée que pour ses écrits. Elle meurt, jeune encore, à l'âge de 37 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Confidences de Mademoiselle Mars, 1855 Texte en ligne.
  • Sous le masque. Un coup du hasard. Thérèse de Coulanges. Un médaillon du temps passé, 1857.
  • Le Secret du docteur, 2 vol., 1857.
  • Une Femme forte, 2 vol., 1858.
Théâtre

Source biographique[modifier | modifier le code]

  • Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, vol II, 1867, p. 454.

Liens externes[modifier | modifier le code]