Légitime Défense (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Légitime défense (homonymie).

Légitime Défense
Auteur Stanislas-André Steeman
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Roman policier
Éditeur André Beirnaerdt
Collection Le Jury 3e série no 1
Date de parution 1942
Nombre de pages 158

Légitime Défense est un roman policier de l'auteur belge Stanislas-André Steeman, paru en Belgique en 1942. Il fut repris aux Éditions Fayard en 1947 sous le double titre Légitime Défense/Quai des Orfèvres à l'occasion de la sortie du film de Henri-Georges Clouzot.

Résumé[modifier | modifier le code]

Mari jaloux, l'artiste-peintre Noël Martin soupçonne sa femme, Belle, de le tromper avec le mécène Judas Weyl, lorsqu'un soir, elle dit être partie chez sa mère malade et qu'il découvre sur la lettre d'une de ses amies.

Il décide alors de se rendre chez Weyl pour surprendre les amants et pense même au crime, allant jusqu'à acheter un billet de cinéma en guise d'alibi. Dans le jardin de Weyl, il voit une silhouette féminine qui s'enfuit, et à l'intérieur, Weyl endormi. Saisissant un maillet de gong, il le tue.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Le roman est adapté au cinéma en 1947 par Henri-Georges Clouzot, qui transpose l'action à Paris dans son film Quai des Orfèvres avec Louis Jouvet et Suzy Delair.

Réédition[modifier | modifier le code]

Le roman est maintenant réédité sous le double titre Légitime Défense/Quai des Orfèvres.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Noël Martin : artiste peintre.
  • Belle Martin : son épouse.
  • Judas Weyl : collectionneur d’œuvres d'art.
  • Judith Weyl : son épouse.
  • Joan Weyl : fille de Judas Weyl.
  • Abdon Chambre : secrétaire particulier de Judas Weyl.
  • Renée d'Humain : amie de Belle et Noël Martin.
  • Honoré Maria : commissaire de police.
  • Victor Garrick : reporter.
  • Klein : artiste peintre, ami de Noël et Belle Martin.