L'Unique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Unique
Image illustrative de l’article L'Unique

Pays France
Langue français
Périodicité mensuel
Genre anarchisme individualiste
Fondateur E. Armand
Date de fondation juin 1945[1],[2].
Date du dernier numéro juillet-août 1956[3]
Ville d’édition Orléans

ISSN 1625-1687
OCLC 473917993

L'Unique est un périodique anarchiste individualiste français édité par E. Armand de 1945 à 1956, puis sous forme de suppléments dans la revue Défense de l'homme de Louis Dorlet. Le sous-titre est « Bulletin intérieur exclusivement destiné aux "Amis d'E. Armand" »[4],[n 1],[n 2].

Du fait de la publication de L'Unique, E. Armand est considéré comme le « vulgarisateur » de la pensée du philosophe allemand Max Stirner, auteur en 1844 de « L'Unique et sa propriété »[5],[6],[n 3],[n 4].

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Armand lance le périodique à Orléans en juin 1945 avec Paul Ducauroy (dit Ovide)[7] et J. Cezar comme cogérants[8]. De juin 1945 à juillet-août 1956, Armand fait paraître L’Unique et 110 numéros sont édités.

Faisant face à des ennuis de santé, il arrête la publication autonome qui devient un supplément inséré dans la Défense de l’homme de Louis Dorlet de septembre 1956 à février 1962[n 5],[9] et, également, 17 suppléments à des monographies et des biographies de divers penseurs individualistes de 1956 à 1960[8],[4].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans un article paru dans L'Unique, Armand explique que sa publication n'est « ni l'émanation d'une rédaction choisie par une assemblée quelconque, ni celle d'une équipe de rédacteurs, mais une création personnelle » et qu'« étant [considérée] comme la propriété de [son] fondateur, il s'ensuit que celui-ci jouit de la faculté absolue d'accepter ou refuser l'insertion des articles qu'on lui envoie sans qu'il les ait demandés, de se séparer de ceux de ses collaborateurs qui ne lui paraissent plus d'accord avec la tendance qu'il désire imprimer à son œuvre, de les remplacer par d'autres, , etc. ». Il ne veut pas avoir des articles qui se contredisent entre eux pour garder une ligne claire dans sa publication. Il ajoute de « ne pas oublier que la « propagande » de « l'Unique » est plutôt destinée à l'intérieur qu'à l'extérieur, plus « intimiste » qu'« expansionniste » »[10].

Éditions de L'Unique[modifier | modifier le code]

En plus de la revue, L'Unique est un éditeur qui publie des ouvrages d'auteurs libertaires tels que Ferdinand Domela Nieuwenhuis, Max Stirner, John Henry Mackay, Henry David Thoreau[11].

Contributeurs notoires[modifier | modifier le code]

E. Armand (bois gravé de Louis Moreau).

Des « plumes » connues du courant libertaire individualiste contribuent à la rédaction, comme par exemple, Ixigrec (pseudonyme de Robert Collino)[12], Pierre-Valentin Berthier, Eugène Bizeau, Léo Campion, Hem Day, Manuel Devaldès, Marius Jacob[n 6], Jean Marestan, Eugen Relgis[13], André Prudhommeaux ou Gérard de Lacaze-Duthiers[14],[15].

La revue est également illustrée par des artistes, tels Louis Moreau ou Jean Lébédeff[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Après la guerre, il publia le périodique l’Unique (110 numéros entre juin 1945 et août 1956) », Anne Steiner, Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014, E. Armand.
  2. « E. Armand conta sa vie dans la revue L’Unique qu’il avait fondée en juin 1945 (trois articles, intitulés Rétrospective parus dans les numéros en date des 1er septembre-10 octobre 1950, 15 novembre-fin décembre 1950, et 20 mars-30 avril 1951), Jean Maitron, Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social : E. Armand. ».
  3. « La nouvelle revue qu'il créa, il lui donna pour titre l'Unique, s'inspirant de celui de l'œuvre de Stirner l'Unique et sa propriété. », Pierre-Valentin Berthier, E. Armand : sa vie, sa pensée, son œuvre, avec de larges extraits de ses écrits, des essais et commentaires de divers auteurs, de nombreux documents, des photographies hors texte, et une vaste bibliographie, La Ruche ouvrière, 1964, (OCLC 637532855), page 433.
  4. « Interné dans différents camps pendant la Seconde Guerre mondiale, il reprend son activité en 1945, avec L'Unique, qui se réfère à Strirner. » - Michel Ragon, Dictionnaire de l'Anarchie, Albin Michel, 2008, page 45.
  5. « En 1956, E. Armand ne se sent plus la force de faire paraître sa revue, mais il ne veut pas lâcher prise. « L’Unique » paraîtra alors en « Bulletins » encartés dans « Défense de l’Homme ». Le dernier de ces bulletins fut publié en fin février 1962 après la mort d’Armand », André Arru, E. Armand, Libre Pensée Autonome, juillet 1978, [lire en ligne].
  6. La revue publie dans sa livraison de novembre-décembre 1954, la lettre-testament écrite par Marius Jacob avant son suicide le 28 août 1954. Dictionnaire des anarchistes, 2014 : Marius Jacob.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Unique : bulletin intérieur exclusivement réservé aux "Amis d'E. Armand", Portail des bibliothèques spécialisée, lire en ligne.
  2. L'Éphéméride anarchiste : L'Unique.
  3. Georges Vincey, Mauvaise nouvelle [arrêt de L’Unique d’E. Armand], Le Monde libertaire, n°22, novembre 1956, sommaire en ligne.
  4. a et b René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, L’Unique — suppléments.
  5. Alain Pessin, Patrice Terrone, Littérature et anarchie, Presses universitaires du Mirail, 1998, page 116.
  6. Michel Ragon, Le Regard et la Mémoire : Portraits-souvenirs de Atlan, Poliakoff, Dubuffet, Chaissac, Fautrier, Hartung, Albin Michel, 2015, lire en ligtne.
  7. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014 : Paul Ducauroy dit Ovide.
  8. a et b Rolf Dupuy, « Armand E. [Juin Ernest, Lucien dit] « Franck Ernest » ; « Ernest Armand » - [Dictionnaire international des militants anarchistes] », sur militants-anarchistes.info (consulté le 3 juillet 2018)
  9. Sylvie Knœrr-Saulière, Francis Kaigre, Jean-René Saulière, dit André Arru: un individualiste solidaire (1911-1999), Amis d'André Arru, Libre pensée autonome, 2004, page 238.
  10. E. Armand, « Charte de l'En dehors », L'Unique, nos 79-80,‎ décembre 1953-janvier 1954 (lire en ligne).
  11. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : Éditeur L'Unique.
  12. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014 : Robert Collino.
  13. Eugen Relgis, Éros dans le IIIe Reich, 4 parties, octobre 1946 - février 1947, [lire en ligne].
  14. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014 : Gérard de Lacaze-Duthiers.
  15. René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, L’Unique, bulletin intérieur exclusivement destiné aux Amis d’E. Armand.
  16. Dictionnaire des anarchistes, « Le Maitron », 2014 : Jean Lébédeff.

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • René Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française : un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, Thèse de doctorat, Université d’Aix-Marseille, 1987, L’Unique — suppléments.

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • E. Armand, « Charte de l'En dehors », L'Unique, nos 79-80,‎ décembre 1953-janvier 1954 (lire en ligne).
  • E. Armand, Au gré des jours, choix de pensées et réflexions personnelles (1940-1944), destinées aux lecteurs de "L'Unique", Orléans, Les Amis d' E. Armand, 1947, (notice BnF no FRBNF41619854), (OCLC 799267371), IIHS.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]