L'Ordre (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Ordre
L'Ordre de Paris

Pays France
Langue français
Périodicité quotidien
Genre Presse politique
Date de fondation
Date du dernier numéro 1914
Ville d’édition Paris

OCLC 472489371

L'Ordre est un journal quotidien bonapartiste, publié en France entre 1871 et 1914.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier numéro de L'Ordre est daté du . Le nouveau journal, établi au no 16 de la rue du Croissant, est dirigé par Clément Duvernois, qui fut le dernier ministre de l'Agriculture et du Commerce du Second Empire. Avant la chute de l'Empire, Duvernois avait fondé Le Peuple français, dont L'Ordre est censé être la continuation[1]. Conservateur mais démocrate, L'Ordre prône la restauration du régime impérial par le suffrage universel direct[2].

En , Duvernois cède la direction politique du quotidien au député bonapartiste Dugué de La Fauconnerie[3]. En 1873, un procès pour concurrence déloyale intenté (mais perdu) par Edmond Dupont-Desaulty (d), directeur d'un journal homonyme arrageois, incite L'Ordre à sous-titrer « de Paris » afin d'éviter toute confusion[4]. À cette époque, le journal est influencé par Eugène Rouher, organisateur du groupe de l'Appel au peuple.

En , L'Ordre absorbe La Nation, un journal bonapartiste fondé l'année précédente et dont Albert Duruy était le rédacteur en chef[5].

Directeur administratif de L'Ordre depuis 1876, Albert Huet est aussi celui du Peuple français, un concurrent du Petit Caporal fondé en 1879. Le rédacteur en chef de L'Ordre est alors Ernest Pascal. Les deux titres servent d'organe de presse au Prince Napoléon jusqu'à leur changement de propriétaire en 1880[6]. Huet est alors remplacé par M. de Chonski, qui fusionne Le Peuple français avec En Avant et confie la direction politique des deux journaux à Edgar Raoul-Duval[7]. En 1882, ces journaux sont revendus à Achille Nicolle, administrateur-directeur du Notariat[8].

Publié de façon irrégulière après 1902, L'Ordre cesse de paraître en 1914.

Collaborateurs notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Larousse, p. 1430.
  2. Le Courrier de Saône-et-Loire, 2 octobre 1871, p. 1-2.
  3. Le Constitutionnel, 2 novembre 1872, p. 1.
  4. Le Figaro, 30 mars 1873, p. 3.
  5. Georges Duruy, Albert Duruy, Corbeil, 1888, p. 38-39.
  6. a b c d et e La Justice, 28 juin 1880, p. 3.
  7. Le Gaulois, 1er octobre 1880, p. 1.
  8. Le Siècle, 15 avril 1882, p. 2.
  9. Le Rappel, 6 février 1874, p. 2.
  10. Le Petit Caporal, 23 juillet 1883, p. 1.
  11. a et b Le Figaro, 4 novembre 1872, p. 2.
  12. a et b Pierre Michel, « Mirbeau et Zola : entre mépris et vénération », Les Cahiers naturalistes, no 64, 1990, p. 49.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]