L'Inspiratrice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec L'Inspiratrice (The Great Man's Lady), film de William A. Wellman, de 1942
L'Inspiratrice
Description de cette image, également commentée ci-après

Titre original Inspiration
Réalisation Clarence Brown
Scénario Gene Markey
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Mélodrame
Durée 74 minutes
Sortie 1931

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Inspiratrice (Inspiration) est un film américain réalisé par Clarence Brown, sorti en 1931.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Yvonne Valbret est une « courtisane » dont les hommes s'éprennent, notamment les artistes qui en font leur modèle. Mais lorsqu'elle rencontre André Montell, un jeune homme aux sentiments sincères, elle en tombe amoureuse et veut renoncer pour lui à cette vie. André découvre alors ce passé...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Critique[modifier | modifier le code]

Au moment d'une diffusion télévisée en 1990, Patrick Brion écrivait dans Télérama, sous le pseudonyme d'André Moreau :

« Greta Garbo incarne à nouveau une femme séduisante et tentatrice. Une fois de plus, Clarence Brown la dirige, Adrian signant ses costumes et William Daniels assurant la photographie. L'Inspiratrice se situe donc tout à fait dans la ligne des productions décidées par la Metro-Goldwyn-Mayer pour assurer la notoriété et le succès de Greta Garbo. Prisonnier d'un sujet terriblement mélodramatique - Sapho, d'Alphonse Daudet -, Clarence Brown profite néanmoins de l'occasion pour rappeler, au cours de quelques scènes, son goût et son intelligence. On admirera ainsi tout particulièrement la séquence du suicide de Liane Latour, un moment très bref, superbement découpé et d'une tragique intensité. Grâce à Garbo, sublime, que Clarence Brown avait dirigée dans La Chair et le Diable et Anna Christie, les conventions de l'histoire s'effacent peu à peu, sa présence suffisant à transformer des situations convenues en de bouleversants instants. Il s'agit d'un des films les plus rares de « La Divine ». »

Liens externes[modifier | modifier le code]