L'Infini (poème)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Infini.
Le second manuscrit autographe de L'Infini.

L'infini (en italien L'infinito) est un célèbre poème de l'Italien Giacomo Leopardi.

Composition[modifier | modifier le code]

L'Infini a été écrit dans les années de la jeunesse du poète à Recanati (Italie), sa ville de naissance, probablement entre le printemps et l'automne 1819, et fut publié la première fois en 1825-1826[1] dans la revue "Nuovo Ricoglitore". Le jeune Leopardi mène une vie solitaire dans la bibliothèque paternelle dont il dévore les ouvrages, tout en souhaitant constamment que la mort le délivre :

« Je suis mûr pour la mort. »

— Giacomo Leopardi, Petite Œuvres morales[2]

Forme[modifier | modifier le code]

Le poème est composé de quinze hendécasyllabes, interrompus par nombreux enjambements.

Texte originel[modifier | modifier le code]

L’INFINITO[3]

Sempre caro mi fu quest’ermo colle,
E questa siepe, che da tanta parte
Dell’ultimo orizzonte il guardo esclude.
Ma sedendo e mirando, interminati
Spazi di là da quella, e sovrumani
Silenzi, e profondissima quiete
Io nel pensier mi fingo; ove per poco
Il cor non si spaura. E come il vento
Odo stormir tra queste piante, io quello
Infinito silenzio a questa voce
Vo comparando: e mi sovvien l’eterno,
E le morte stagioni, e la presente
E viva, e il suon di lei. Così tra questa
Immensità s’annega il pensier mio;
E il naufragar m’è dolce in questo mare.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ce poème a donné son titre à la revue et à la collection L'Infini fondée en 1983 par Philippe Sollers chez Gallimard.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Data BNF - Giacomo Leopardi, L’inifini
  2. « Je suis mûr pour la mort, et il me paraît trop absurde, alors que je suis mort spirituellement, et que la fable de l’existence est achevée pour moi, de devoir durer encore quarante ou cinquante ans, comme m’en menace la nature. »« Dictionnaire, Giacomo Leopardi » (consulté le 12 avril 2013)
  3. [PDF]Antonella Santacroce, « La visio mentis dans L'infinito de Leopardi », sur http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr (consulté le 12 avril 2013)