L'Honneur d'un capitaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Honneur d'un capitaine
Réalisation Pierre Schoendoerffer
Scénario Jean-François Chauvel, Daniel Yvonnet et Pierre Schoendoerffer
Acteurs principaux
Sociétés de production Georges de Beauregard
Pays d’origine France
Genre Drame
Durée 117 min
Sortie 1982

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Honneur d'un capitaine est un film français réalisé par Pierre Schoendoerffer, sorti sur les écrans en 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Lors d'un débat télévisé sur la guerre d'Algérie au début des années 1980, le professeur Paulet (Jean Vigny) dénonce les méthodes du capitaine Caron (Jacques Perrin), tué au combat en 1957. La veuve du capitaine, Patricia (Nicole Garcia), décide d'intenter un procès en diffamation à Paulet. Elle est représentée par son oncle bâtonnier (Georges Wilson) et par une amie, la jeune avocate Maître Valouin (Claude Jade) de Quimper ; Paulet, lui, est défendu par Maître Gillard (Charles Denner).

Le procès passe au crible les dix-neuf jours de commandement de Caron, dont Paulet prétend qu'ils ont commencé par l'exécution d'un traître algérien. Les anciens de la compagnie se succèdent à la barre et l'on apprend que le capitaine n'est arrivé à la tête du bataillon que le lendemain de l'exécution, afin de rétablir l'ordre. Dix-huit jours et non dix-neuf jours, souligne l'avocate Valouin : Caron n'est donc pas responsable.

L'attention se porte alors sur une opération menée par Caron lors de laquelle un fellagha a été fait prisonnier et exécuté. Patricia et ses avocats démontrent que l'exécution est l'effet d'une méprise sur l'ordre « descendez-le » donné à la radio par Caron qui demande que l'on amène le prisonnier à son PC, en contrebas de la zone de combat.

Ne s'avouant pas vaincu, Paulet met encore le capitaine en cause en dénonçant la disparition d'un villageois proche des fellaghas. Là non plus, la culpabilité de Caron n'est pas prouvée, et le professeur est finalement condamné au franc symbolique pour diffamation. Patricia a sauvé « l'honneur d'un capitaine », mais le dernier dialogue du film vient nuancer les responsabilités respectives.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]