L'Homme qui ment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L'Homme qui ment
Réalisation Alain Robbe-Grillet
Acteurs principaux

Jean-Louis Trintignant, Sylvie Breal, Zuzana Kocurikova, Dominique Prado, Sylvie Turbova.

Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie
Sortie 1968


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme qui ment est un film franco-tchécoslovaque réalisé par Alain Robbe-Grillet, sorti en 1968, avec Jean-Louis Trintignant.

Il existe un commentaire du film, par Robbe-Grillet lui-même interviewé par François Jost, sous le nom de Entretiens sur l'Homme qui ment. Gilles Deleuze voit dans ce film un cas central pour son cours intitulé « Vérité et temps, le faussaire »[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans une région agitée par des guerres récentes, un homme que personne ne connaît arrive à pied. Il s’arrête dans une auberge, écoutant les conversations qui commentent une affaire locale : le retour attendu d’un certain Jean. L’étranger retrouve la demeure de ce héros mystérieux, une grande maison frappée d’abandon. Là vivent retranchées la sœur et la femme de Jean, ainsi que la servante, entourées de portraits du disparu. Charmeur, l’étranger se présente de façon séduisante, si bien qu’on l’écoute et qu’on finit par croire ce qu’il dit, même lorsque ses affirmations se contredisent…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mortier, « l'homme qui ment », Téléciné no 142, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), , p. 31-32, (ISSN 0049-3287)
  • Jean-Pierre Enard, « L'homme qui ment », Téléciné no 145, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), , p. 4-19, fiche no 493, (ISSN 0049-3287).

Liens externes[modifier | modifier le code]