L'Homme aux mille visages (film, 2016)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Homme aux mille visages
Titre original El hombre de las mil caras
Réalisation Alberto Rodríguez
Scénario Alberto Rodríguez (scénario)
Rafael Cobos (scénario)
Manuel Cerdán (livre)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre thriller
Durée 123 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme aux mille visages (El hombre de las mil caras) est un film espagnol réalisé par Alberto Rodríguez, sorti en 2016. Il obtient notamment deux prix Goya et quatre médailles du Círculo de Escritores Cinematográficos.

Le film est basé sur le livre Paesa, el espía de las mil caras (L'espion aux mille visage) du journaliste d'investigation Manuel Cerdán. Les principaux personnages et l'intrigue sont issus de faits réels : Luis Roldán (es), Francisco Paesa (es).

Synopsis[modifier | modifier le code]

En tant qu'agent des services secrets espagnols, Francisco Paesa est responsable d'une des plus importantes opérations contre l'ETA. Il est impliqué dans une extorsion de fond en pleine crise touchant les GAL, et doit quitter le pays. A son retour, il reçoit la visite du directeur général de la Guardia Civil Luis Roldán et de sa femme qui lui demandent de cacher un milliard de pesetas.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

L'accueil critique est globalement positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,4/5, et des critiques spectateurs à 3,6/5[1].

Pour Etienne Sorin du Figaro, « le réalisateur Alberto Rodiguez nous promène de Paris à Rome, de Genève à Singapour, d'intermédiaires louches en aigrefins roublards avec une belle maestria. Et continue de scruter l'Espagne post-franquiste, après les crimes impunis de La isla mínima et la corruption liée à l'Exposition universelle à Séville en 1992 de Groupe d'élite. »[2].

Pour Serge Kaganski des Inrockuptibles, « le style de Rodríguez est nerveux, dense, rapide (presque trop, on aimerait parfois appuyer sur pause) et il sait donner à ce monde interlope chic de la barbouzerie et de l'espionnage une consistance à l’américaine que pourraient lui envier bien des cinéastes français. Vivre illégalement demande beaucoup de boulot et d'ingéniosité, telle pourrait être l'“amorale” de ce film parfois exténuant de virtuosité. »[3].

Pour Marcos Uzal de Libération, « le réalisateur de La isla mínima signe un thriller à la virtuosité un peu creuse. [...] Les virevoltes de la réalisation n’y changent rien, c’est surtout de la gonflette scorsesienne abusant de ralentis et de mouvements de caméra dont la seule finalité est d’ajouter du punch à une action souvent limitée à des face-à-face. »[4].

Box-office[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Homme aux mille visages », sur Allociné (consulté le 3 août 2017).
  2. Etienne Sorin, « L'homme aux mille visages: la vie de Francisco Paesa, arnaqueur de génie », sur Le Figaro, (consulté le 3 août 2017)
  3. Serge Kaganski, « L'Homme aux mille visages », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 3 août 2017)
  4. Marcos Uzal, « «L'Homme aux mille visages», barbouze un peu vache », sur Libération, (consulté le 3 août 2017)
  5. JP-Boxoffice.com ; page du film L'Homme aux mille visages consulté le 3 août 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]