L'Homme au chapeau rond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Homme au chapeau rond
Réalisation Pierre Billon
Scénario Charles Spaak
Pierre Brive d'après
Fédor Dostoïevski
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films Vog
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre drame
Durée 95 minutes
Sortie 1946

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Homme au chapeau rond est un film français de Pierre Billon, sorti en 1946. Le scénario est adapté du roman L'Éternel Mari de Fédor Dostoïevski.

C'est le dernier rôle interprété par Raimu, qui meurt, des suites d'une opération chirurgicale, quelques semaines après la sortie du film[1]. Il est entouré de plusieurs comédiens de la Comédie-Française où il est alors sous contrat[1] : Aimé Clariond, Louis Seigner, Gisèle Casadesus, Micheline Boudet et Thérèse Marney.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Michel, un quinquagénaire atteint d'une maladie de cœur, est épié en permanence par un vieil homme taciturne, vêtu d'une redingote et coiffé d'un chapeau rond de crêpe noir, qui le suit comme son ombre. Un jour, celui-ci l'accoste et se fait connaître, c'est Nicolas, un ancien magistrat qu'il a connu autrefois et dont la femme, Nathalie, est morte de tuberculose. Michel a été l'amant de cette dernière, et Nicolas le soupçonne d'être le père de leur fillette, Lisa, avec laquelle il vit actuellement dans un taudis, criblé de dettes et noyant son chagrin dans l'alcool.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Source : BiFi.fr, sauf mention contraire

Distribution[modifier | modifier le code]

Source : BiFi.fr

Commentaire[modifier | modifier le code]

Olivier Barrot et Raymond Chirat[3] analysent l'ultime rôle interprété par Raimu : « L'Homme au chapeau rond, cocu féroce conçu par Dostoïevski, qui connait son infortune, persécute l'amant, laisse mourir l'enfant dont il a légalement la garde mais qui n'est pas le sien, encaisse des avanies, rate l'assassinat de son rival et s'éloigne - éternel mari - solitaire à jamais. (Image ultime et poignante de Raimu quittant l'écran pour toujours.) »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paul Olivier, Raimu ou l'Épopée de César, éditions France-Empire, 1977
  2. a, b et c Éric Leguèbe, Cinéguide 2001, Omnibus, 2000
  3. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000 (ISBN 2-08-067877-9) p. 472

Liens externes[modifier | modifier le code]