L'Hôtellerie-de-Flée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Hôtellerie-de-Flée
L'église Saint-Nicolas.
L'église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Segré
Statut commune déléguée
Code postal 49500
Code commune 49158
Démographie
Gentilé Hostello-flaviens, hostello-flaviennes
Population 1 459 hab. (2015 en augmentation de 199,59 % par rapport à 2010)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 43″ nord, 0° 53′ 18″ ouest
Altitude 75 m
Min. 26 m
Max. 92 m
Superficie 14,77 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Segré-en-Anjou Bleu
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
L'Hôtellerie-de-Flée

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
L'Hôtellerie-de-Flée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
L'Hôtellerie-de-Flée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
L'Hôtellerie-de-Flée

L'Hôtellerie-de-Flée est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Elle est depuis le [1] intégrée à la nouvelle commune de Segré-en-Anjou Bleu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le Segréen à 7 km de Segré, l'une des sous-préfectures du Maine-et-Loire, et à 13 km de Craon, en Mayenne, l'Hôtellerie-de-Flée est également situé à mi-chemin entre Angers et Laval.

La commune se situe sur l'unité paysagère du Plateau du Segréen[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Autrefois appelée Hospitale de Fleio (1419), puis Hospicium de Flée (1550), c'est vers 1611 (date du premier registre paroissial) que le village trouve son nom actuel L'Hôtellerie-de-Flée[3].

Le terme hôtellerie a en toponymie une signification proche de « hôpital ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtellerie était destinée à accueillir les pèlerins sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle ou du Mont-Saint-Michel et dépendait du couvent Notre-Dame-des-Anges dont on retrouve le nom dans la commune voisine de Saint-Quentin-les-Anges. Ce couvent franciscain a été édifié au début du XVe siècle par Pierre de Rohan, maréchal de Gié.

La maison dite des anges s'est également appelée domaine Saint-Jacques.

Dans les années 1920, il y eut une expérience d’exploitation collectiviste, en-dehors des cadres capitalistes, d’une ardoisière[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le L'Hôtellerie-de-Flée constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Segré-en-Anjou Bleu, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 2015 en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Joël Rongère Sans étiquette Maire
mars 2014 décembre 2015 Claude Grosbois[5] Sans étiquette Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du Canton de Segré, elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen, jusqu'à son intégration dans Segré-en-Anjou Bleu.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 1 459 habitants[Note 1], en augmentation de 199,59 % par rapport à 2010 (Maine-et-Loire : +3,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
708 633 711 720 701 706 691 690 689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
653 665 686 635 636 635 612 604 567
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
574 563 639 541 548 505 489 462 470
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
446 385 353 335 354 375 455 467 478
2013 2015 - - - - - - -
512 1 459 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 28,2 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 16,6 %, plus de 60 ans = 12 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 24,5 %, 15 à 29 ans = 19,4 %, 30 à 44 ans = 24,1 %, 45 à 59 ans = 13,9 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à L'Hôtellerie-de-Flée en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,8 
3,7 
75 à 89 ans
6,8 
8,3 
60 à 74 ans
10,5 
16,6 
45 à 59 ans
13,9 
21,6 
30 à 44 ans
24,1 
21,6 
15 à 29 ans
19,4 
28,2 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 48 établissements présents sur la commune à fin 2010, 46 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 4 % du secteur de la construction, 35 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arrêté no DRCL-BCL-2016-126 en date du 28 septembre 2016 », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 67,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 158 - Données consultables sur WikiAnjou.
  3. Les secrets des noms de communes & Lieux-dits du Maine-et-Loire par Pierre-Louis Augereau (éditions Cheminement).
  4. René Musset, « Production, industrie, commerce de l'ardoise en France », Annales de Géographie, 1937, t. 46, no 260, p. 175.
  5. Ouest-France, Claude Grosbois élu au premier tour, article du 1er avril 2014.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à L'Hôtellerie-de-Flée en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  12. Insee, Statistiques locales du territoire de L'Hôtellerie-de-Flée (49), consultées le 14 avril 2013.
  13. « écart dit les Anges », notice no IA49002248, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Château de la Faucille », notice no PA00109133, base Mérimée, ministère français de la Culture.