L'Essence du politique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
L’Essence du politique
Auteur
Date de parution

L'Essence du politique est un ouvrage de Julien Freund paru en 1965.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est issu de sa thèse de doctorat, soutenue le sous la direction de Raymond Aron.

Long de près de 900 pages, il a d'abord paru chez Sirez avant d'être édité par Dalloz en 2003.

L'ouvrage se situe entre les écoles marxistes et celles de l'idéalisme utopique[1].

Analyse[modifier | modifier le code]

Essence et finalité de la politique[modifier | modifier le code]

Freund distingue le politique, qui peut être analysé comme l'économie ou la religion en tant qu'essence, de la politique, qui recouvre davantage l'activité pratique[2]. Néanmoins, en analysant le politique comme une essence, Freund montre qu'il est au service d’autres aspirations et en ce sens rejoint la conception aristolécienne du politique[3].

Freund cherche à dépasser la caractérisation de la politique comme l'espace des idéaux et des grands projets. Il met en exergue l'importance de la décision et de l'action du politique[4].

Le but du politique serait d'une part la sécurité extérieure, d'autre part la paix intérieure, c'est-à-dire la concorde, qui présuppose la prospérité[5].

Analyse du totalitarisme[modifier | modifier le code]

Influencé par Carl Schmitt[6],[7], il évoque la dualité ami et ennemi, dont il fait l'un des triptyques du politique avec les couples commandement et obéissance, privé et public[2]. Freund soutient que l'effacement de ce dernier couple est une des manifestations du totalitarisme[2].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Nédoncelle, « Julien Freund, L'essence du politique, 1965 », Revue des Sciences Religieuses, vol. 41, no 2,‎ , p. 184–185 (lire en ligne, consulté le )
  2. a b et c Jean-Michel Le Bot, « Julien Freund et L’Essence du politique. Une lecture « médiationniste » », tetralogiques.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Franck Juguet, « Nicolas Machiavel et le politique », sur La cybernétique, science du contrôle et de l’information (consulté le )
  4. Julien Damon, 100 penseurs de la société, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2-13-065220-5, lire en ligne)
  5. Claude Gousse, « Julien Freund, L'essence du politique, coll. «Philosophie politique », Éditions Sirey, 1965 », Sociologie du travail, vol. 8, no 2,‎ , p. 212–214 (lire en ligne, consulté le )
  6. Sylvain Laurens et Alain Bihr, « L’extrême droite à l’université : le cas Julien Freund », Agone,‎ 2014/2 (n° 54), p. 16 à 26 (lire en ligne)
  7. « Julien Freund et l’essence du politique par Georges FELTIN-TRACOL – Europemaxima », sur www.europemaxima.com (consulté le )