L'Espoir du condamné à mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Espoir du condamné à mort
Artiste
Date
Type
peinture non figurative
Dimensions (H × L)
270 × 355 cm
Localisation

L'Espoir du condamné à mort est un ensemble de trois toiles de Joan Miró, terminé le . C'est le dernier triptyque d'une série commencée par le peintre en 1961 avec le Triptyque Bleu I, Bleu II, Bleu III.

Contexte[modifier | modifier le code]

Selon le peintre,

« [ce tableau] est une terrible prophétie. Je l'ai terminé sans le savoir, le jour-même où ils ont garroté ce pauvre jeune nationaliste catalan Salvador Puig i Antich[1]. »

Jacques Dupin affirme : « l'horreur ressentie par tout un peuple de la mise à mort, par le supplice du garrot, du jeune anarchiste Salvador Puig i Antich est à l'origine du dernier triptyque de Miró[2]. »

Inspiré ou non par cette horrible exécution, le triptyque reflète en tout cas les angoisses du peintre dans un contexte politique dont il souffre beaucoup malgré son activité créatrice :

« On aurait tort cependant de prendre cette toile comme le résumé du calvaire d'Antich, ou de croire Miró uniquement préoccupé de combattre les injustices d'un régime pourrissant. Simplement, quarante ans après ses premières colères devant la bêtise qui parfois ronge le monde, le Catalan est encore capable de crier, à travers sa peinture, son dégoût. Et de l'exposer à Barcelone[3]. »

Description[modifier | modifier le code]

Sur fond blanc gris L'Espoir du condamné à mort I présente une ligne, irrégulièrement circulaire interrompue dans le bas. « Sa mort. Une ligne qui allait s'interrompre » confie le peintre à Georges Raillard[3]. La ligne évoque le profil d'un visage, avec une tache rouge qui passe au bleu dans L'Espoir du condamné à mort II. Cette tache qui était extérieure à la ligne dans L'Espoir I, entre à l'intérieur de la ligne noire dans le II. Elle disparaît presque complètement dans L'Espoir III, réduite à un simple point, remplacée par une tache jaune lumineuse à l'intérieur d'une ligne noire limitée à un simple crochet[2].

Miró a choisi de s'éloigner de son langage plastique habituel pour essayer de grosses lignes créées d'un seul geste[4] « dessiné avec un pinceau en un instant » pour aboutir à « la liberté[5] ». La ligne est ouverte, telle une question sans réponse, et elle se réduit au fur et à mesure des trois peintures, comme la vie et l'espoir du condamné[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Dupin, Miró, Paris, Flammarion, (1re éd. 1961), 479 p. (ISBN 2-08-011744-0)
  • Joan Miró, Écrits et entretiens, Paris, Daniel Lelong,
  • Jean- Louis Prat, Joan Miró, rétrospective de l'œuvre peint, Saint-Paul (Alpes-Maritimes), Fondation Maeght, (ISBN 9782900923016).
  • (en) Margit Rowell, Joan Miró, selected writings and interviews, Boston, J.K.Hall et Da Capo press, , 356 p. (ISBN 0306804859)
    L'ouvrage regroupe les lettres de Miró avec ses amis et les écrits des amis de Miró sur le peintre, ainsi que leur correspondance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miró et Lelong 1995, p. 323, entretien avec Santiago Amón pour El País Semanal, Madrid,
  2. a et b Dupin 1993, p. 320
  3. a et b Prat 1990, p. 174
  4. Jacques Dupin, Miró, Paris, Flammarion, 1993 (1re éd. 1961).
  5. Joan Miró, 1893-1993, Fundació Joan Miró, 1993.
  6. Joan Miró, Rétrospective de l’œuvre peint, Fondation Maeght, 1990.