L'Erreur boréale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Erreur boréale est un film documentaire québécois réalisé par Richard Desjardins et Robert Monderie, sorti en 1999.

Les réalisateurs ont construit ce film comme un pamphlet pour dénoncer les atteintes à l'environnement que représente la destruction du patrimoine forestier du Québec, stigmatisant notamment les coupes à blanc pratiquées sur de vastes étendues de la forêt boréale.[1]

Synopsis[modifier | modifier le code]

La forêt a toujours été une source de matière première considérée tellement riche qu'elle en est quasi-inépuisable. Alors que le discours officiel assure que le patrimoine forestier demeurera, malgré l'industrialisation, la population ignore les effets néfastes de la coupe à blanc sur de grandes étendues du territoire québécois.

Richard Desjardins donne sa vision de la situation sur l'exploitation erratique et abusive de la forêt boréale québécoise et questionne la responsabilité citoyenne face à la destruction de l'environnement. Il est très sûr de ses propos.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Contexte[modifier | modifier le code]

Richard Desjardins a vu son désir de défendre les forêts boréales de l'Abitibi-Témiscamingue, alors que des coupes à blanc avaient lieu derrière le camp de son père[2].

Répercussions[modifier | modifier le code]

À la suite du documentaire, Richard Desjardins a lancé une pétition pour réclamer une enquête publique et indépendante sur la gestion de la forêt publique québécoise[3]. Avec l'écologiste Henri Jacob, il a aussi fondé l'organisme l'Action boréale[2], pour promouvoir la protection de la forêt boréale[4].

Après avoir répliqué, pendant plusieurs années, que le documentaire de Desjardins était alarmiste et défendu les compagnies forestières et la politique de reforestation, le gouvernement a reconnu en partie le bien-fondé du documentaire et l'importance d'une gestion plus responsable des forêts. Le , à la suite du rapport Coulombe, le projet de loi no 71 modifie la Loi sur les forêts[5].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Normand Provencher, « Péril en la forêt », Le Soleil,‎ , C5
  2. a et b « Devant l'inertie du gouvernement Richard Desjardins ne baisse pas les bras », Le Quotidien,‎ , p. 6
  3. Jean Guénette, « Richard Desjardins en quête d'appuis dans la Matapédia », La Presse,‎ , A23
  4. « En bref - Dix ans d'Action boréale », sur Le Devoir (consulté le )
  5. Report des plans généraux d'aménagement forestier (PGAF) et baisse de l'attribution de la matière ligneuse

Liens externes[modifier | modifier le code]