L'Enlèvement des Sabines (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enlèvement des Sabines (homonymie).
L'Enlèvement des Sabines
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Sabines par David (1799)

Titre original Il ratto delle Sabine
Réalisation Richard Pottier
Scénario Carlo Infascelli
Edoardo Anton
Acteurs principaux
Sociétés de production Compagnie Française de Production Internationale
FICIT
Dubrava Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Genre Péplum
Mythologie romaine
Durée 99 min
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Enlèvement des Sabines (en italien : Il ratto delle Sabine) est un film d'aventure franco-italo-yougoslave réalisé par Richard Pottier et sorti en 1961.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Afin d’assurer leur descendance, les Romains, peuple alors constitué d'esclaves en fuite, de criminels et autres dissidents, se rendent chez leurs voisins les Sabins pour leur demander des femmes, mais ceux-ci refusent devant leur aspect peu ragoûtant. Offensés, les Romains décident alors d'employer la ruse. Ils projettent d'enlever les Sabines au cours d'une fête où ils sont conviés après avoir enivré les Sabins avec le vin qu'ils leur auront offert. À la fête, Romulus, roi des Romains, tombe amoureux de la belle vestale Réa, fille du roi des Sabins. Lorsque ces derniers sont suffisamment enivrés, les Romains s'enfuient comme prévu avec leurs femmes. Une fois rendues à Rome, les Sabines apprécient les avantages de la situation et demandent à choisir leurs époux. Seule, Réa s'échappe pour regagner son royaume et relate à son père la conduite respectueuse qu'ont eue les Romains. Le roi veut néanmoins délivrer les Sabines et se rend à Rome avec ses troupes, bien décidé à livrer bataille. Quand les Sabins arrivent devant Rome, le premier enfant né de l’union d'un Romain et d'une Sabine vient au monde et l'affrontement se mue en alliance…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Mylène Demongeot lors du tournage du film.

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Mylène Demongeot[4] : « Je tourne avec Richard Pottier (le metteur en scène de Caroline chérie) un péplum sympa. Vedette homme, un certain Roger Moore (qui sort tout juste d'Ivanhoé à la télé). Jean Marais viendra nous faire un dieu de l'Olympe avec Rosanna Schiaffino, sa déesse, mais surtout je ferai la connaissance d'un petit homme insolent, amer et drôle, qui se ronge les ongles et n'arrête pas de faire des bêtises... Mon futur grand ami, Francis Blanche. »

Tournage[modifier | modifier le code]

Mylène Demongeot[4] : « C'est à mon tour. Le plan est simple : je fuis au galop pour tenter de rejoindre mon bien-aimé à travers la forêt. Le metteur en scène me donne ses dernières instructions. [...]
— Tu vois là, le petit sentier tout droit sur lequel tu vas galoper ? Nous, avec la voiture travelling, nous partirons avant toi sur la petite route parallèle et, à mon signal, tu démarres au galop, nous te précèderons et tu t'arrêtes au bout du chemin, ça devrait aller (une centaine de mètres à parcourir). [...] La voiture travelling se met en route avec un bruit que mon cheval ne supporte apparemment pas du tout. Le voilà qui part au triple galop, avant même que la voiture soit arrivée sur place... Comme je ne suis pas une grande et experte cavalière, je fais une bêtise, m'a-t-on expliqué plus tard. Je tire sur le mors pour essayer d'arrêter le cheval... Rien à faire, bien au contraire. Il s'appuie dessus et nous voilà partis tous deux, à fond de train sur le fameux petit chemin ! [...] Je me demande comment j'arrive à garder mon équilibre... Les branches me griffent le visage... Je lâche les rênes, je lâche tout et j'entoure le cou de mon cheval en me cachant la figure dans sa crinière... [...] Je ne sais pas combien de temps nous avons galopé comme ça... [...] L'équipe du tournage nous retrouvera entiers, perdus... mais bien vivants. Mon cheval, lui, est parfaitement calmé. Moi, moins. Le plan se fera avec une doublure et, depuis, je ne suis pas à l'aise avec les chevaux. Ils le sentent bien, ces amours, puisque, dès que je m'approche, ils se mettent à ruer ! »

Thèmes et contexte[modifier | modifier le code]

Ce péplum atteint son but sans lésiner sur les moyens. Cette imposante coproduction bénéficie du concours des stars européennes de l'époque : le Britannique Roger Moore en roi des Romains, Mylène Demongeot en princesse Sabine (et son double en brune, l'Italienne Rosanna Schiaffino en déesse Vénus), Jean Marais en dieu Mars et Francis Blanche dans un numéro hilarant de Romain bigleux. Les dialogues français piquants sont dus à la plume du dramaturge Marc-Gilbert Sauvajon, ce qui donne un ton d'« enlèvement de comédie » au film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Unifrance.
  2. a et b Ciné-ressources (Cinémathèque française).
  3. CNC Distributeurs.
  4. a et b Extraits de ses mémoires : Tiroirs secrets, éditions Le Pré aux clercs, Paris, 2001 (ISBN 2842281314).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]