Aller au contenu

L'Enfant Perdu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Enfant Perdu
Phare de l’Enfant Perdu par Louis Figuier
Phare de l’Enfant Perdu par Louis Figuier
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel îlets de Rémire
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 5° 02′ 32″ N, 52° 21′ 14″ O
Superficie 0,033 2 km2
Géologie Îles continentales
Administration
Régions d'outre-mer Guyane
Département d'outre-mer Guyane
Commune Cayenne
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC-3
Géolocalisation sur la carte : Amérique du Sud
(Voir situation sur carte : Amérique du Sud)
L'Enfant Perdu
L'Enfant Perdu
Géolocalisation sur la carte : Guyane
(Voir situation sur carte : Guyane)
L'Enfant Perdu
L'Enfant Perdu
Île en France

L'Enfant Perdu est un Îlot de Guyane (France), rattaché à l'archipel des îlets de Rémire. Il appartient administrativement à la commune de Cayenne.

Géographie

[modifier | modifier le code]

L'îlot est situé à 12 km au nord de Cayenne. Au XVIIIe siècle, lorsqu'ils voulaient entrer dans le port de Cayenne, les navires devaient mouiller entre Le Malingre (un des îlots de Rémire), et l'Enfant Perdu, pour attendre la marée haute[1],[2],[3].

L'ethnie Djuka est installée en grande partie sur le territoire du Surinam mais une centaine des membres est aussi localisée en Guyane entre Boniville, l'Enfant Perdu, Loka et Assici[4].

La légende raconte que les îlots Le Père et La Mère se promenaient avec leurs deux filles (Les Mamelles), leur fils et leur serviteur (Le Malingre) quand ils furent surpris par un raz-de-marée qui les fit tous s'échouer dans l'embouchure du Mahury à l'exception de leur fils. Celui-ci dériva alors au large de Cayenne. L'île prit alors le nom de l'Enfant Perdu[5].

Il y a sur l'îlot un phare[6]. À l'époque du bagne, des prisonniers y étaient laissés pour en alimenter le feu pendant la nuit[7]. Un jour, l'administration pénitentiaire les oublia. Le phare resta éteint et personne ne s'en aperçut. Affamés, les hommes construisirent un radeau de bois et rejoignirent le rivage. Arrivés à Cayenne, ils furent capturés. On les condamna pour évasion[8]...

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Jacques Nicolas Bellin, Description géographique de la Guyane, 1763, p. 277-278
  2. Louis Figuier, Les merveilles de la science, ou Description populaire des inventions modernes, vol. 4, 1870, p. 500 (Lire en ligne)
  3. Phil, « Le phare de l'Enfant perdu, au large de Cayenne », sur Marie-Odile et Philippe (consulté le )
  4. Pierre Dupont-Gonin, La Guyane française: Le pays; les hommes; ses problèmes et son avenir, Droz, 1970, p. 66
  5. Frédéric Bouyer, La Guyane française : notes et souvenirs d'un voyage exécuté en 1862-1863, 1867, p. 86-89
  6. Léon Rivière, La Guyane française en 1865: aperçu géographique, 1866, p. 19
  7. Bulletin officiel de la Guyane française, 1865, p. 392
  8. Ian Hamel, Les Guyanais, Français en sursis ?, 1979, p. 40

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Léon Renard, Les phares, 1867, p. 185-187 (Lire en ligne) (avec historique de la construction du phare)
  • Albert Bordeaux, La Guyane inconnue: voyage à l'intérieur de la Guyane Française, Plon-Nourrit, 1906, p. 10
  • Bernard Montabo, Le grand livre de l'histoire de la Guyane: De 1848 à nos jours, 2004, p. 487
  • Jack Le Roux, La Guyane, le bagne: un siècle de presse illustrée de 1840 à 1940, Valhermeil, 2006, p. 94

Liens externes

[modifier | modifier le code]