L'Autorité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Autorité (homonymie).

L'Autorité
Image illustrative de l’article L'Autorité
L’Autorité et son directeur, Cassagnac (carte postale de 1902).

Pays France
Langue français
Périodicité quotidien
Genre Presse politique
Prix au numéro 15 puis 5 centimes
Diffusion 25 000 ex. (1898)
Fondateur Paul de Cassagnac
Date de fondation
Date du dernier numéro
Ville d’édition Paris

ISSN 1255-9830

L’Autorité est un journal politique français, de tendance bonapartiste, qui a paru entre 1886 et 1914.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 28 novembre 1885, Albert de Loqueyssie, nouveau propriétaire du Pays, congédie le rédacteur en chef de ce journal, l'homme politique et polémiste bonapartiste Paul de Cassagnac[1]. Cette rupture couvait depuis le passage du Pays entre le mains de Loqueyssie, ce dernier étant un « jérômiste », c'est-à-dire un bonapartiste de gauche, tandis que Cassagnac est un partisan du bonapartisme autoritaire alors incarné par le prince Victor[2].

Le 25 février suivant, Cassagnac est rejoint par plusieurs rédacteurs du Pays (dont Albert Rogat, Paul de Léoni et A. Deflou) pour lancer un nouveau quotidien intitulé L’Autorité. Il en assure la direction politique et en rédige les éditoriaux. La devise du journal, affichée en sous-titre, « Pour Dieu, pour la France ! »[3], fait écho au catholicisme ardent de Cassagnac[4]. Ses bureaux sont tout d'abord installés au no 10 de la rue du Faubourg-Montmartre[5].

Face au bonapartisme « victorien » intransigeant prôné par Le Pays sous la direction de Robert Mitchell[6], L’Autorité développe le « solutionnisme », concept politique inventé par Cassagnac, consistant en une politique antirépublicaine d'union des droites ouverte aussi bien aux royalistes qu'aux déçus du régime en place et dépassant la question dynastique[7] (d'où le surnom de « n'importequisme » qui lui a été donné)[4].

Avec son rival, Le Petit Caporal, L’Autorité est l'un des derniers journaux bonapartistes influents à l'échelle nationale[8]. Grâce à la personnalité de son directeur, son tirage est de 25 000 exemplaires en 1898[3].

Au cours de l'affaire Dreyfus, le journal exprime aussi bien les doutes précoces de Cassagnac quant à la culpabilité du capitaine que la défiance de l'éditorialiste à l'encontre des dreyfusards[9].

Après la mort de Cassagnac, le titre survit sous la direction de ses fils, Paul-Julien et Guy de Cassagnac, jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale[10].

Une relance du titre est tentée, mais de manière non durable, en 1928-1929[10].

Collaborateurs notables[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mermet (1886), p. 111-112.
  2. Le Matin, 14 mai 1885, p. 1.
  3. a et b Joly (2008), p. 226.
  4. a et b Joly (2005), p. 91.
  5. a b c d e f et g Mermet (1887), p. 107.
  6. Joly (2008), p. 223.
  7. Le XIXe siècle, 20 février 1886, p. 2-3.
  8. Joly (2005), p. 18.
  9. Bertrand Joly, Histoire politique de l'affaire Dreyfus, Paris, Fayard, 2014, p. 222 et 304.
  10. a b et c Notice du catalogue de la BNF (consultée le 2 avril 2018).
  11. Le Gaulois, 20 août 1890, p. 3.
  12. Joly (2005), p. 123.
  13. a b c d e et f Gil Blas, 4 février 1904, p. 1.
  14. L'Action française, 27 janvier 1924, p. 1.
  15. Joly (2005), p. 246.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul de Cassagnac, Pour Dieu, pour la France !, Paris, 1905, 8 volumes (recueils d'articles parus dans Le Pays et L'Autorité) :
  • Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, Honoré Champion, 2005, p. 18.
  • Bertrand Joly, Nationalistes et conservateurs en France (1885-1902), Paris, Les Indes savantes, 2008, p. 225-226.
  • Émile Mermet, Annuaire de la presse française, Paris, 1886, p. 111-112.
  • Émile Mermet, Annuaire de la presse française, Paris, 1887, p. 107.

Liens externes[modifier | modifier le code]