L'Assommoir (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assommoir (homonymie).

L’Assommoir
Image illustrative de l’article L'Assommoir (journal)
La manchette premier numéro de mars 1978.

Pays France
Langue français
Périodicité revue trimestrielle
Genre presse libertaire
Date de fondation mars 1978
Date du dernier numéro juillet 1985
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Roger Langlais
Bernard Pécheur
ISSN 0181-9062

L’Assommoir est une revue publiée à Paris de mars 1978[1] à juillet 1985[2],[3],[4],[5].

Publications[modifier | modifier le code]

L'animateur du collectif de rédaction est Roger Langlais, puis Bernard Pécheur[4],[6], Jaime Semprun collabore à la revue[7],[8].

Sept numéros sont publiés entre 1978 et 1985 :

  1. La France stalinienne, mars 1978, 104 pages[9],[10]
  2. Le Futur accompli, octobre 1978, 111 pages[11],[12],[13]
  3. Des progrès de l'action directe, avril 1979, 100 pages[14]
  4. Considérations sur l’état actuel de la Pologne, janvier 1981[n 1],[8],[15]
  5. La Nuit de la métamorphose, mai 1982
  6. Un millésime révélateur. Rebuts et immondices déversés sur George Orwell et « 1984 », décembre 1984
  7. Les Habits neufs de la pensée. Nécrose des idéologies et métastases de la modernité, juillet 1985.

Les deux premiers numéros sont publiés aux Éditions Plasma fondées, en 1972, par Pierre Drachline[16],[5]

Quoique malmené dès le premier numéro de la revue, Claude Roy écrivit en 1981 dans Le Nouvel Observateur : « Depuis la disparition de L’Internationale situationniste, L’Assommoir est la plus intelligente des revues radicales et la plus radicale des revues intelligentes. »[réf. souhaitée]

Éditions de l’Assommoir[modifier | modifier le code]

Les Éditions de l’Assommoir publient, en mars 1980, un pamphlet antinucléaire collectif et anonyme[17], La Nucléarisation du monde[n 2], que Jaime Semprun fait rééditer sous son seul nom aux éditions Gérard Lebovici/Champ Libre en 1986, après la catastrophe de Tchernobyl (1986), puis aux Éditions Ivrea en 2008[18],[19],[20],[21],[22],[23].

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une affiche est insérée dans ce numéro, Avis sur la révolution sociale en Pologne et les moyens de lui venir en aide, éditée à Paris par le Comité pour la liquidation sociale, datée du 20 décembre 1981, lire en ligne.
  2. Le titre complet est « La Nucléarisation du monde : présente-t-elle pour l'économie et pour l'État tous les avantages que l'on peut légitimement en attendre ? a-t-elle sur la vie sociale et la santé des populations d'aussi néfastes effets que veulent nous le faire croire ses détracteurs ? une réponse à ces questions », sans nom d'auteur, Paris, Éditions de l'Assommoir, 1980, voir Sudoc, (notice BnF no FRBNF34666819), (OCLC 461649681).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La France stalinienne, L’Assommoir, mars 1978, n°1 », Charles Jacquier, Apprendre le travail, Agone, n°46, 2011, note 3.
  2. Bibliographie lacunaire de la revue l'Assommoir sur L'Alamblog.
  3. Institut international d'histoire sociale (Amsterdam) : L'assommoir : revue trimestrielle.
  4. a et b Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Lausanne) : L'Assommoir [texte imprimé / Roger Langlais - Paris (France)].
  5. a et b Bibliothèque associative de Malakoff, L’Assommoir.
  6. « L 'Assommoir [...] une revue dirigée par Roger Langlais », Jean-François Martos, Guy Debord, Correspondance avec Guy Debord, Le Fin Mot de l'histoire, 1998, page 259.
  7. « Né en 1947, Jaime Semprun [...] a collaboré à la revue L'Assommoir », Sylvie Prioul, Décès de Jaime Semprun à 63 ans, L'Obs, 12 août 2010, lire en ligne.
  8. a et b « Ta critique de la brochure de Jaime Semprun (« Considérations sur l’état actuel de la Pologne », L’Assommoir, n°4, janvier 1981) est très juste », Lettre de Guy Debord à Jaap Kloosterman, 12 mai 1981.
  9. En bibliographie, Le Nouvel Observateur évoque « la prodigieuse anthologie du numéro spécial de « l'Assommoir » sur la France stalinienne (Plasma) », Le Nouvel Observateur, 1er décembre 1980, page 29.
  10. « L'Assommoir, qui vient également de naître, donne à son premier numéro la forme d’un brûlot. Il s’agit d'une anthologie de textes communistes, intitulée « La France stalinienne » [...] (Ed. Plasma, 41, rue Saint-Honoré, 75801 Paris) », L'Assommoir, in Le Monde des livres, Le Monde, 10 mars 1978, page 20.
  11. Clotilde Viannay, W - Le Futur accompli, Palais de Tokyo, 2011, réappropriation de la revue radicale L'Assommoir, Le Futur accompli (octobre 1978), voir en ligne.
  12. Centre International de Recherches sur l'Anarchisme (Marseille) : L'Assommoir sur la page Éditions Plasma.
  13. Alain Vuillemin, Le Dictateur ou le Dieu truqué: dans les romans français et anglais, 1918-1984, Méridiens Klincksieck, 1989, page 317.
  14. « L'Assommoir n°3. Dans ce numéro, on discutera les textes « théoriques » des dinamiteros très distingués de ce brûlot [...] Beau style, grand chic radical, et le dandysme de la provocation. Ce que l'on ne discutera sûrement pas, depuis leur réjouissant numéro 1 consacré à « la France stalinienne », c'est le choix féroce de leurs collaborateurs involontaires. Leur anthologie permanente des bêtises dans le vent et des idées reçues (mais pas par eux) vaut à elle seule le détour hors des chemins battus par les revues "convenables" », Patrick Loriot, Le Nouvel observateur, 19 novembre 1979, lire en ligne.
  15. « Lire le numéro 4 de la revue « l'Assommoir » [...] intitulé « Considérations sur l'état actuel de la Pologne ». C'est pas mal expliqué et raconté comment le peuple polonais fait sa révolution contre “l'internationalisme du capital, avec sa division mondiale du travail, le seul but affirmé par les dirigeants polonais étant désormais de faire travailler les prolétaires sous la menace des chars russes pour rembourser les crédits américains, allemands ou français”. », Delfeil de Ton, Le Nouvel observateur, 30 mars-5 avril 1981.
  16. , Vincent Roy, « Pierre Drachline - Écrivain et éditeur », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  17. Jean-Patrick Manchette, Les yeux de la momie : chroniques de cinéma, Payot & Rivages, 1997, page 184, note 1.
  18. Jaime Semprun, La nucléarisation du monde, Gérard Lebovici, 1986, page 6 ; Éditions Ivrea, 2008, (ISBN 2-85184-172-6)..
  19. Jean-Michel Vernochet, Jaime Semprun, La nucléarisation du monde, Politique étrangère, n°1, 1987, pp. 197-198, lire en ligne.
  20. Éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, Communiqué, 9 août 2010, lire en ligne.
  21. (en) « La Nucléarisation du monde, Éditions de l'Assommoir, 1980 ; Éditions Gérard Lebovici/Champ Libre, 1986 reedited after Chernóbil », Libcom : Jaime Semprún has died.
  22. « Paru en mars 1980, aux Éditions de L'Assommoir, il sera repris aux futures Éditions Gérard Lebovici en 1986 », Guy Debord, Correspondance, volume 6, janvier 1979 - décembre 1987, Librairie Arthème Fayard, 2006, (ISBN 978-2-213-64566-7), page 117, note 84.
  23. (en) « Here I take up a reflection developed in Jaime Semprun's fascinating work, La nucléarisation du monde (Paris: Gérard Lebovici, 1986) », Cécile Asanuma-Brice, From Atomic Fission to Splitting Areas of Expertise : When Politics Prevails Over Scientific Proof, in Christophe Thouny, Mitsuhiro Yoshimoto (dir.), Planetary Atmospheres and Urban Society After Fukushima, Palgrave Macmillan, 2017, lire en ligne.