L'Ascension (version pour orchestre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Ascension du Christ de Garofalo, v.1510

L'Ascension est une œuvre pour orchestre d'Olivier Messiaen écrite en 1932 et 1933. Elle précède une autre version écrite pour l'orgue[1].

Elle a pour sous-titre : Quatre méditations symphoniques pour orchestre. Il s'agit de quatre méditations sur des textes sacrés dont, selon Claude Rostand, le compositeur semblait préférer la présentation symphonique[2].

Faisant autrefois partie des collections Aristophil, le manuscrit autographe de L'Ascension fut préempté par la Bibliothèque nationale de France lors d'une des ventes aux enchères de la société, le [3].

Création[modifier | modifier le code]

L'œuvre a été créée à la Salle Rameau, Paris, le par Robert Siohan[4].

Durée[modifier | modifier le code]

30 minutes environ

Effectif de l'orchestre[modifier | modifier le code]

  • Bois : 3 flûtes, 2 hautbois, 1 cor anglais, 2 clarinettes la, 1 clarinette basse, 3 bassons

(les clarinettes jouent également les clarinettes en si♭)

  • Cuivres : 4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, 1 tuba
  • Percussions : 2 percussions

(timbales, triangle, cymbales, tambour de basque, grosse caisse)

  • Cordes frottées : 16 premiers violons, 16 seconds violons, 14 altos, 12 violoncelles, 10 contrebasses

Les mouvements[modifier | modifier le code]

  • Majesté du Christ demandant sa gloire à son Père

Choral de cuivres et bois. « Père, l'heure est venue, glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie » (Évangile selon Saint-Jean, chap.17, verset 1). Cette page majestueuse est confiée, dans la version symphonique, aux seuls instruments à vent[2].

  • Alléluias sereins d'une âme qui désire le ciel

En exergue, l'oraison de la messe de l'Ascension : « O Dieu, nous croyons que votre Fils unique est monté au ciel, accordez-nous d'y habiter nous-mêmes en esprit ». L'écriture est assez différente dans les deux versions : à l'orchestre, Messiaen enrichit la texture du morceau et adopte des combinaisons instrumentales somptueuses[2].

  • Alléluia sur la trompette, alléluia sur la cymbale

« Le Seigneur est monté au son de la trompette...Nations, frappez toutes des mains; célébrez Dieu par des cris d'allégresse » (Psaume 46). La troisième pièce est tout à fait différente dans les versions pour l'orgue et pour orchestre. Dans celle-ci l'auteur a composé une sorte de scherzo simple, lumineux et joyeux[2].

  • Prière du Christ montant vers son père

Choral de cordes.« Père, ...j'ai manifesté ton nom aux hommes...Voici que je ne suis plus dans le monde; mais eux sont dans le monde, et moi je viens à toi»(Évangile selon Saint-Jean, chapitre 17, versets 1,6,11). C'est une pièce d'une douce et profonde solemnité que Messiaen a rendue, à l'orchestre, en des combinaisons confiées aux seules cordes, les premiers violons ayant la sourdine[5].

Discographie[modifier | modifier le code]

Orchestre Philharmonique de l'ORTF, dir. Marius Constant

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liste des œuvres d'Olivier Messiaen

Liens externes[modifier | modifier le code]

fiche médiathèque de l'ircam

Notes[modifier | modifier le code]

  1. voir l'Ascension (version pour orgue)
  2. a b c et d Claude Rostand, Olivier Messiaen, Paris, Ventadour, , 47 p., p. 28
  3. https://www.francemusique.fr/actualite-musicale/ventes-aristophil-dutilleux-sauve-mozart-boude-63347
  4. Hill & Simeone (2005), p. 53
  5. Claude Rostand, Olivier Messiaen, Paris, Ventadour, , 47 p., p. 29