L'Art des putains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Art des putains
Auteur Nicolás Fernández de Moratín
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre littérature érotique
Version originale
Langue Espagnol
Titre Arte de las putas
Date de parution 1898
ISBN 84-96290-07-7
Version française
Traducteur Frédéric Prot
Éditeur Dilecta
Date de parution 2008
ISBN 978-2-916275-37-6

L'Art des putains (en espagnol : Arte de las putas) est un poème de Nicolás Fernández de Moratín, classifié dans la littérature érotique et qui a circulé exclusivement de façon clandestine jusqu'à plus d'un siècle après son écriture[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Composé au début des années 1770, il est publié de façon posthume bien plus tard, en 1898, à cause de la censure imposée par l'Inquisition espagnole, qui l'avait inclus comme livre interdit dans l'édition de 1790 de l’Index librorum prohibitorum[2],[1]. Cela n'a pas empêché le poème d'être prisé par les cercles littéraires de l'époque.

L'auteur était un poète reconnu, qui s'était formé à la cour de par son père, garde des bijoux de la reine Élisabeth Farnèse. Il a également été professeur à l'Université de Valladolid.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le poème est composé de quatre chants et de 475 vers.

Ce n'est pas une œuvre érotique classique : il s'agit d'une image caustique et sarcastiques du milieu. C'est un recueil d'anecdotes qui raconte les péripéties des travailleuses de nuit dans la Madrid bourbonne. Le poème est généralement relié à d'autres œuvres du même genre comme El jardín de Venus, de Félix María Samaniego, pour le thème abordé.

Moratín y décrit avec précision le travail des femmes qui se consacrent à la prostitution en adoptant des postures féminines et en apportant des témoignages qui permettent de reconstruire de façon exemplaire la situation des femmes dans l'Espagne de l'époque. Malgré cela, l'œuvre reste empreinte de la misogynie caractéristique de ce temps.

Influence[modifier | modifier le code]

La Balançoire et La Novillada de Francisco de Goya pourraient représenter un passage écrit par Nicolás Fernández de Moratín, dans ce poème :

Huya el diestro costumbre tan maldita
dé siempre el hurgonazo de pasada
a Cándido incitando, el gran torero
qué, por la pronta, es limpia su estocada

— Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas (II, 135-138)

« 

Fuyez de cette bonne habitude si maudite
donnez toujours un coup de râble en passant
en incitant Candide, le grand torero
dont, tout d'un coup, l'estocade est propre

 »

Éditions[modifier | modifier le code]

En espagnol
  • (es) Nicolás Fernández de Moratín, Arte de las putas, Madrid, Linkgua ediciones, (ISBN 84-96290-07-7)
En français
  • Nicolás Fernández de Moratín (trad. Frédéric Prot), L'Art des putains, Dilecta, (ISBN 978-2-916275-37-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Joaquín Álvarez Barrientos et María José Rodríguez Sánchez de León, Diccionario de Literatura Popular Española, Salamanque, Ediciones Colegio de España, (ISBN 8486408679)
  • (es) Cristina Segura, Nicolás Fernández de Moratín y El arte de las putas, Madrid, Narcea, (ISBN 84-277-1368-1)
  • (es) Agustín Rubin de Ceballos et Consejo de la Inquisición, Indice ultimo de los libros prohibidos y mandados expurgar : para todos los reynos y señorios del catolico rey de las Españas, el señor Don Carlos IV. Contiene en resumen todos los libros puestos en el Indice expurgatorio del año 1747, y en los edictos posteriores, asta fin de diciembre de 1789, Imprenta de Don Antonio de Sancha, , 305 p. (lire en ligne)