L'Art de la joie (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Art de la joie
Auteur Goliarda Sapienza
Genre Autobiographie imaginaire
Version originale
Langue Italien
Titre L'arte della gioia
Date de parution 1998
Version française
Traducteur Nathalie Castagné
Éditeur Viviane Hamy
Date de parution 2005
Nombre de pages 636
ISBN 2-8785-8214-4

L'Art de la joie (italien : L'arte della gioia) est un roman de Goliarda Sapienza, écrit entre 1967 et 1976.

Le livre est resté longtemps inédit jusqu'à la mort de l'auteure jusqu'à ce que la première partie soit publiée, en 1994 et l'édition posthume complète, en 1998 par les éditions Stampa Alternativa et diffusé plus largement après sa publication en Allemagne, en Espagne et en France[1].

Genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le roman tourne autour du personnage de Modesta : une jeune femme qui analyse le monde qui l'entoure (même étant petite) et pense beaucoup, mélange de sensualité et d'intelligence, dont le caractère est façonné par l’histoire de la Sicile et par ses aventures affectives, mais qui est protégée par un talisman intérieur à toute épreuve : « l'art de la joie ». Modesta traverse l'histoire du vingtième siècle dans ce milieu anarcho-socialiste.

Le récit[modifier | modifier le code]

Modesta est née le dans une maison pauvre d’un pays encore plus pauvre, mais prédestinée à rayonner bien au-delà des limites de son village et de son pays. Jeune fille, elle est envoyée dans un couvent et, à la suite de la mort de sa protectrice mère supérieure, elle se retrouve dans un palais noble où son intelligence lui permet de s'introduire dans la maison et la famille en faisant un mariage aristocratique arrangé. Cela ne l'empêche pas de continuer à séduire les hommes et les femmes de tous milieux : un ami généreux, une mère aimante, un amant sensuel.

Modesta est une femme qui transgresse toutes les règles afin de goûter au véritable plaisir spirituel et charnel.

Critique[modifier | modifier le code]

« Le regard d'un conteur merveilleux dans ses débordements parfois passionnés, parfois rationnels, la révélation d'un écrivain sans tempérament équivalent »

— René de Ceccatty, « Le Monde Des Livres »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]