L'Arbre aux corbeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Arbre aux corbeaux
Auteur Lemony Snicket
Titre The Vile Village
Traducteur Rose-Marie Vassalo
Éditeur Nathan
Date de parution 2001
Série Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire
Chronologie
Précédent Ascenseur pour la peur Panique à la clinique Suivant

L’Arbre aux corbeaux (The Vile Village) est le septième tome de la série Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire de Lemony Snicket.

Résumé[modifier | modifier le code]

Monsieur Poe (banquier chargé de l'argent des orphelins Baudelaire) ne trouve plus de tuteurs pour les jeunes Baudelaire... Mais il y a encore un espoir; une nouvelle formule s'offre à certaines villes ou villages : "Il faut tout un village pour élever un enfant". Les orphelins ont la possibilité de choisir un village. Un de la liste les intrigue, il porte le nom de V.D.C. (S.N.P.V. en français), lettres mystérieuses (cf. Piège au collège). Les enfants se rendent dans ce village qui n'est autre que la Villeneuve-des-Corbeaux(Société-des-noirs-protégés-de-la-volière) . Là-bas, la ville est réglementée par des millions de lois sans logique.

Hector, "l'homme à tout faire" du village, est chargé d'héberger les orphelins chez lui, faute de volontaires. Violette l'aide à réparer une "maison volante" (projet d'Hector qui veut les aider à s'évader pour retrouver leur amis les orphelins Beauxdraps). Mais, un jour, un homme nommé Jacques Snicket dit avoir des informations sur les parents des orphelins. Jacques (qui porte un tatouage sur la cheville gauche, le même que le comte Olaf, et a les sourcils soudés en un seul) est arrêté à la place de ce dernier, recherché par la police par de nombreux crimes. Le lendemain, Jacques est assassiné en prison (très probablement par le comte Olaf). Le détective Dupin (qui est en fait le comte Olaf) arrête les enfants avec des preuves inventées de toutes pièces (un ruban, un verres de lunette et des traces de dents sur le cadavre). Une fois en prison, Hector donne aux orphelins un des fameux poèmes d'Isadora leur révélant qu'ils sont enfermés à la fontaine (explication : la première lettre de chaque vers donne un des lettres du mot, ce qu'on appelle un acrostiche). Mais à la fin, les Beauxdraps réussissent à s'échapper dans la maison-volante d'Hector... sans les Baudelaire. Que vont devenir les baudelaire?

Ce septième tome marque une frontière entre la première partie de la vie des orphelins et la deuxième. Dans la première partie de leur vie, ils se voient confiés à divers parents éloignés tandis que dans la seconde partie, ils deviennent des «criminels» recherchés par la loi et décident de ne plus avoir de tuteurs.

Anecdote[modifier | modifier le code]

- À la fin des livres, il y a toujours une illustration qui nous laisse un indices sur la suite des évènements. Dans ce septième tome, on peut remarquer un journal (Le petit pointilleux) avec en gros titre La dernière chance, un petit magasin retrouvé au début du huitième tome.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]