L'Arabe du futur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Arabe du futur
Série
Image illustrative de l’article L'Arabe du futur

Auteur Riad Sattouf
Genre(s) bande dessinée autobiographique

Thèmes L'enfance de Riad Sattouf
Personnages principaux Riad Sattouf, sa famille, son entourage
Lieu de l’action Bretagne, Libye, Ter Maaleh, Homs...
Époque de l’action 1978-1994

Pays France
Langue originale Français
Autres titres Une jeunesse au Moyen-Orient
Éditeur Allary Éditions
Première publication
Nb. d’albums 5
Grand prix RTL de la bande dessinée 2014
Fauve d'or : prix du meilleur album 2015

L'Arabe du futur est une série de bande dessinée autobiographique de Riad Sattouf créée en 2014 et publiée par Allary Éditions. Cinq tomes sont sortis.

Contenu[modifier | modifier le code]

L'Arabe du futur relate l'enfance de l'auteur en Libye puis en Syrie, deux pays alors marqués par l'idéologie du socialisme arabe[1]. Il raconte son vécu dans le village rural de Ter Maaleh, notamment sa vie d'écolier, et la pression des traditions familiales.

Dans le premier tome, Riad décrit la rencontre de ses parents et leur installation en Libye puis au village de Ter Maaleh en Syrie. Il pose les bases des thématiques principales de la série: l'image du père, le contexte géopolitique au Moyen-Orient de l'époque et le contraste entre les cultures et traditions européennes et orientales.

Dans le deuxième tome, il raconte particulièrement les conditions de sa vie d'écolier dans son village syrien avec le déroulement des cours, les relations entre les enfants, la place de la religion et de la politique dans le système scolaire ainsi que la pression scolaire exercée par son père

Dans le 3e tome, Riad met l'accent sur les différences culturelles entre l'orient et l'occident: il évoque les évènements religieux comme Noël et le Ramadan, la question de la religion d'une façon générale (aussi bien Musulmane que Chrétienne) et le contexte de sa circoncision[2].

Dans le quatrième tome, il raconte principalement son adolescence au cap Fréhel avec sa mère et ses frères, alors que son père, de plus en plus religieux, raciste et négationniste vit seul en Arabie saoudite[3]. Ce tome marque la césure définitive entre le père et le reste de la famille (chose qui avait déjà été préparée dans les tomes précédents), notamment en raison des divergences de pensées et de modes de vie qui qui les opposent.

Le cinquième tome relate la vie de sa famille après l'enlèvement de Fadi, son plus jeune frère, par son père. Riad raconte le déchirement entre sa vie "d'adolescent" englobant ses questionnements sur son avenir, son cercle social et sa découverte du sentiment amoureux, et sa vie de famille marquée par l'enlèvement de Fadi, les moyens mis en œuvre pour le retrouver et l'image du père salie.

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

  1. Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984), (ISBN 978-2-370-73014-5)
  2. Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985), (ISBN 978-2-370-73054-1)
  3. Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987), (ISBN 978-2-370-73094-7)
  4. Une jeunesse au Moyen-Orient (1987-1992), (ISBN 978-2-370-73125-8)
  5. Une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994), (ISBN 978-2-370-73352-8)

Réalisation[modifier | modifier le code]

Riad Sattouf en 2017.

Même si la Syrie l'a longtemps inspiré dans son œuvre, c'est le déclenchement de la guerre civile syrienne qui pousse Riad Sattouf à concrétiser son projet[4],[5]. Depuis l'échec commercial de son film Jacky au royaume des filles, il s'isole pour travailler cette histoire familiale qui lui tient à cœur et qu'il a du mal à raconter[6].

Il se base principalement sur ses souvenirs, et cela explique les références régulières aux odeurs et le point de vue enfantin[5].

La couleur dominante des illustrations varie en fonction du lieu de l'action : bleu pour la France, rose pour la Syrie et le Liban, jaune pour la Libye, vert clair pour Jersey, rouge pour la fiction, l'imaginaire ou les éléments violents. D'après Riad Sattouf, ce code couleur « s'est imposé assez facilement [...] ce sont les couleurs de l'émotion »[4].

Fin 2018, Riad Sattouf annonce que la série compterait finalement six volumes[7].

Réception critique[modifier | modifier le code]

À sa sortie, le premier tome connait un succès critique[8]. Il remporte différents prix, dont le Fauve d'or d’Angoulême[9].

En , peu de temps après la sortie du tome 2, qualifié d'« excellente autobiographie » par Le Figaro, le volume est déjà annoncé comme un succès de librairie avec 75 000 exemplaires mis en place[10],[11].

À la sortie du tome 3 en 2016, les deux premiers tomes se sont écoulés à plus d'un million d'exemplaires (700 000 en France[2]) et ont été traduits dans dix-sept langues[12].

En France, une critique d'un universitaire publiée sur Orient XXI déplore que l’œuvre puisse renforcer certains stéréotypes concernant les Arabes[13], ce à quoi Sattouf répond qu'il caricature dans la même mesure les Français[14],[2]. Un journaliste du New Yorker, dans un portrait consacré à Riad Sattouf, affirme toutefois que L'Arabe du futur est un livre très populaire chez les Syriens expatriés. Subhi Hadidi, un journaliste de gauche et d'opposition au régime syrien, affirme que Sattouf est « juste et fidèle à ce qu'il voit. Il n'embellit pas le réel ». Le poète syrien Adonis, pour sa part, dit que Sattouf « montre les choses telles qu'elles sont ». Le journaliste rencontre également plusieurs intellectuels algériens qui sont frappés par la ressemblance entre l'enfance de Sattouf et la leur dans l'Algérie de Boumédiène[5].

La réception critique dans le monde est excellente[15] : le tome 2 est élu « roman graphique du mois » par le journal anglais The Guardian[16] et le New York Times le qualifie d'« artistiquement exceptionnel »[17].

Dans la revue Caractère, la journaliste Isabelle Calvo-Duval rapporte qu'en 2015, les deux premiers tomes de la série se sont écoulés à 343 300 exemplaires, ce qui en fait les troisième et quatrième ouvrages les plus vendus de l'année (après Le Papyrus de César et Bienvenue en adolescence !)[18].

En 2018, selon RTL[19], les ventes pour les trois premiers volumes représentent plus d'un million et demi d'exemplaires et les traductions existent dans vingt-deux langues, mais pas en arabe.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4

Traductions[modifier | modifier le code]

Le tome 2 mentionnait des éditions en 15 langues : français, allemand, anglais, brésilien, catalan, coréen, danois, espagnol, finnois, italien, néerlandais, norvégien, polonais, portugais et suédois.

Le tome 3 ajoute 6 langues aux précitées : américain, croate, grec, russe, slovène et tchèque.

Le tome 4 ajoute à ces 21 langues le roumain et le serbe, mais ne mentionne plus le grec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Filiu, « L'Arabe du futur : Riad Sattouf raconte la Syrie et la Libye de son enfance », Rue89,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Jean-Pierre Filiu, « L'Arabe du futur arrive à maturité », sur Libération, (consulté en )
  3. « Riad Sattouf : «Avec L'Arabe du futur 4, je me suis libéré de mon secret de famille» », sur FIGARO, (consulté le )
  4. a et b Vincent Brunner, « Riad Sattouf, la mémoire vive de «L'Arabe du futur» », sur Slate, (consulté le )
  5. a b et c (en) Adam Shatz, « Drawing Blood », sur The New Yorker, (consulté le )
  6. « Riad Sattouf: avec L'Arabe du futur 4 "'je ne paie plus l'ISF qui n'existe plus" », sur Challenges (consulté le )
  7. « "L’Arabe du futur" pourrait compter six tomes », sur Tout en BD,
  8. « La bédéthèque idéale : les 10 meilleures BD de l’année 2014 », article Télérama du 22/12/2014.
  9. a et b Frédéric Potet, « Riad Sattouf remporte le Fauve d'or à Angoulême pour « L’Arabe du futur » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  10. Aurélia Vertaldi, « L'Arabe du futur 2 : déjà un succès en librairies », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  11. Julia Dumont, « L’Arabe du futur 2 : l’enfance syrienne de Riad Sattouf séduit les lecteurs », sur france24.com, (consulté le ).
  12. Stéphane Jarno, « L'Arabe du futur vole de succès en succès », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Laurent Bonnefoy, « L'Arabe du futur ou la force des préjugés - Une bande dessinée marquée par les stéréotypes », Orient XXI.info,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. (en-GB) Olivia Snaije, « Riad Sattouf draws on multicultural past for The Arab of the Future », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  15. « THE ARAB OF THE FUTURE – Riad Sattouf », sur www.tworoadsbooks.com (consulté le )
  16. (en-GB) Rachel Cooke, « The Arab of the Future 2 – terrifying school days in Syria », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  17. Jennifer Senior, « Review: In ‘The Arab of the Future 2,’ Back to Syria in 1984 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  18. Isabelle Calvo-Duval, « Autour de la bande dessinée », Caractère,‎
  19. Arnaud Mulpas, Nassim Aziki et Riad Sattouf, « Riad Sattouf présente L'Arabe du futur 4 sur RTL », RTL,‎ (lire en ligne)
  20. a et b Cyril Coantiec, « Riad Sattouf remporte le grand prix RTL de la BD 2014 », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  21. Les 5 finalistes, site de la Fnac.
  22. « L'Arabe du futur de Riad Sattouf remporte le Los Angeles Times Book Prize », sur L'Obs (consulté le )
  23. « Los Angeles Times | Festival of Books », sur Festival of Books (consulté le )
  24. (no) Lauréats du prix Sproing.
  25. (en) Japan Media Arts Festival Archive, « Manga Division | 2020 [23rd] », sur Japan Media Arts Festival Archive (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]