L'Anomalie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Anomalie
Auteur Hervé Le Tellier
Pays France
Genre roman
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Date de parution
Nombre de pages 336
ISBN 978-2-0728-9509-8

L'Anomalie est un roman d'Hervé Le Tellier publié le aux éditions Gallimard et ayant reçu le prix Goncourt la même année.

Hervé Le Tellier, en mars 2020.

Historique[modifier | modifier le code]

À sa sortie, le roman a été sélectionné pour les Prix Goncourt, Prix Renaudot, Prix Médicis, Prix Décembre, Prix du roman Fnac et Prix Wepler[1]. Il obtient le Prix Goncourt le .

Résumé[modifier | modifier le code]

Ce roman oulipien est structuré autour de trois parties, Aussi noir que le ciel, La vie est un songe dit-on, et La chanson du néant, trois extraits de poèmes de Raymond Queneau. Il pose, in fine, plusieurs questions sur la réalité du monde et la fiction.

Style[modifier | modifier le code]

Organisé comme un roman de romans, L'Anomalie commence par la présentation de plusieurs personnages, en autant de chapitres écrits selon les codes stylistiques de différents genres, du thriller au roman psychologique, de la littérature blanche au récit introspectif. Le lecteur comprend rapidement qu'un événement, « l'anomalie » d'un vol Paris-New York en , est le lien entre tous ces personnages.

Le Tellier est inspiré par « une science-fiction postmoderne, tendance « cyberpunk »[2]. Son écriture est aussi influencée par celle des séries télévisées[2]. Le roman est rempli d'allusions littéraires[3].

Le Tellier lui-même décrit son roman comme un « scoubidou »[4].

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

Par ordre d'apparition dans le roman.

Blake[modifier | modifier le code]

Tueur à gages, français, menant une double vie.

Victor Miesel[modifier | modifier le code]

Écrivain sans succès qui se suicide avant de publier son dernier roman : L'Anomalie, qui devient un livre culte. Le personnage serait inspiré de deux écrivains morts, dont Edouard Levé, et deux écrivains vivants, amis de Le Tellier[5]. Hervé Le Tellier publie son portrait, illustré par Frédéric Rébéna, dans Libération, le 4 août 2021[6].

Lucie Bogaert[modifier | modifier le code]

Monteuse dans le cinéma, française. Sa relation avec André, architecte de trente ans son aîné, est dysfonctionnelle.

David Markle[modifier | modifier le code]

Pilote de ligne américain atteint d'un cancer du pancréas, détecté trop tard.

Sophia Kleffman[modifier | modifier le code]

Fillette de 7 ans, fille d'un soldat américain servant en Afghanistan et en Irak.

Joanna Woods[modifier | modifier le code]

Avocate américaine noire défendant une grande firme pharmaceutique.

Slimboy[modifier | modifier le code]

Chanteur nigérian homosexuel, las de vivre dans le mensonge.

Adrian Miller[modifier | modifier le code]

Mathématicien probabiliste, enseignant à Princeton, américain.

Meredith Harper[modifier | modifier le code]

Mathématicienne topologiste, enseignante à Princeton, britannique.

Jamy Pudlowski[modifier | modifier le code]

Officier du FBI, responsable des "Opérations psychologiques", PsyOp.

André Vannier[modifier | modifier le code]

Architecte français, dirigeant de Vannier & Edelman. Son couple avec Lucie, qui a trente ans de moins que lui, est menacé.

Le mystère final[modifier | modifier le code]

La page finale du roman est en forme de calligramme[7]. La dernière phrase laisse au lecteur un travail d’interprétation. Les lettres, en nombre croissant, disparaissent de la page tandis que la largeur des lignes diminue jusqu’à ne plus comporter qu’un seul caractère. C’est une invitation à restituer un texte absent. Les premiers mots se laissent aisément deviner : « et la tasse à café rouge de mar e I y da la ma de ctor » peut se lire « et la tasse à café rouge de marque Illy dans la main de Victor Miesel » la phrase suivante pourrait être : « et le diamant noir sur la bague d'Anne Vasseur ».

La suite est plus ardue. On y relève entre autres la suite de lettres u.l.c.é.r.a.t.i.o.n.s., un clin d’œil évident à la plaquette Ulcérations de Georges Perec, qui fut en 1974 la première publication de La Bibliothèque oulipienne. Quant aux trois dernières lettres, on peut les lire comme formant à la verticale le mot « fin ». Les cinq précédentes libèrent un autre sens encore, « sable fin », qui évoque la granularité du temps. Mais si ces dernières lignes en forme de sablier donnent une clé du roman, c'est une clé volontairement incomplète. Lors d'une table-ronde tenue le 14 mai 2021 à la Maison de la Poésie (Paris), Hervé Le Tellier et neuf des traducteurs de L'Anomalie ont longuement évoqué cette dernière page[8]. Tout en confirmant l'existence d'un texte sous-jacent, l'auteur se refuse à le faire connaître, préférant laisser aux lecteurs et aux traducteurs le soin de reconstituer celui-ci.

Tirage et traductions[modifier | modifier le code]

Le , le roman atteint un tirage de 820 000 exemplaires[5]. Au cours d’un « café littéraire » organisé par le Centre littéraire Escales des Lettres le 16 avril 2021, en ligne, Hervé Le Tellier annonce que l'adaptation du roman en série télévisée est en cours[9]. Le , le tirage d'un million d'exemplaires est déclaré par les éditions Gallimard et GfK; ce chiffre constitue un seuil rarement atteint pour un roman lauréat du Goncourt[10].

Selon Challenges, trente-sept traductions étaient en cours de réalisation en [11].

Autour de l'Anomalie[modifier | modifier le code]

L'écrivain Pascal Fioretto a pastiché ce roman dans L’Anomalie du train 006, paru chez Herodios, en [12],[13]. Hervé Le Tellier en a écrit la préface[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site des éditions Gallimard
  2. a et b A. Geille, Autant en emporte le temps, Atlantico.fr (4 octobre 2020).
  3. C. Bini, L’Anomalie : Peut-on défaire et améliorer ce qui a été raté?, La règle du jeu (19 août 2020).
  4. P. Petit, Hervé Le Tellier obtient le Goncourt 2020 pour "L'Anomalie", fusion de tous les romans de genre, France culture (30 novembre 2020).
  5. a et b Claire Devarrieux, « Goncourt de la fusée éditoriale : L'Anomalie, un tirage à 820 000 exemplaires », Libération, 11 janvier 2021.
  6. L’oulipien Victor Miesel, par Hervé Le Tellier [1]
  7. L. Houot, Prix Goncourt 2020 : L'Anomalie de Hervé Le Tellier, un roman « oulipien » rythmé comme une série télé, franceinfo (30 novembre 2020).
  8. https://www.maisondelapoesieparis.com/videos-youtube (entre la 24e et la 34e minute de l'enregistrement vidéo).
  9. https://www.escalesdeslettres.com/copie-de-caf%C3%A9s-litt%C3%A9raires (à partir de 1h30' de l'enregistrement vidéo).
  10. Dahlia Girgis, « Un tirage total d'un million d'exemplaires pour L'Anomalie », Livres Hebdo, 7 mai 2021.
  11. Gilles Fontaine, « Comment le Goncourt 2020, L'Anomalie, est devenu un phénomène de librairie », Challenges,‎ (lire en ligne).
  12. lamachinealire.com
  13. lalibrairie.com
  14. « Pascal Fioretto pastiche l'Anomalie d'Hervé Le Tellier », sur Livres Hebdo (consulté le ).