L'Allemagne disparaît

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Allemagne disparaît
Image illustrative de l’article L'Allemagne disparaît

Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Éditeur Deutsche Verlags-Anstalt
Date de parution 2010
ISBN 978-3-421-04430-3

L'Allemagne disparaît (titre original : Deutschland schafft sich ab) est le titre d'un livre de Thilo Sarrazin publié en 2010. Sarrazin traite des effets sur l'Allemagne qui, à son avis, résulteront de la combinaison de la baisse de la natalité, d'une classe inférieure croissante et de l'immigration en provenance de pays principalement musulmans. Le livre a déjà attiré l'attention des médias dans la période précédant sa publication, Der Spiegel et le Bild-Zeitung ont publié des extraits à l'avance.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Selon John Judis (en), Sarrazin plaide en faveur de la restriction de l'immigration musulmane en Allemagne au motif que les musulmans qui ont immigré en Allemagne en provenance de Turquie et d'autres pays musulmans n'ont pas réussi à s'intégrer dans la société allemande, vivent culturellement séparés dans des quartiers majoritairement musulmans et que les deux tiers des immigrés musulmans d'Allemagne vivent de l'aide sociale[1].

Sarrazin soutient l'idée que si l'immigration se poursuivait, l'Allemagne deviendrait, avec le temps, un pays majoritairement musulman[1].

Réception[modifier | modifier le code]

Le livre a suscité un vif débat[2]. Necla Kelek, sociologue d'origine turque, estime que les idées de Sarrazin sur l'éducation et l'immigration devraient être débattues sans le condamner mais que l'élite politique refuse d'engager le dialogue[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b John Judis, The Nationalist Revival; Trade Immigration, and the Revolt Against Gobalization, Columbia Global Reports, , 157 p. (ISBN 978-0-9997454-0-3), p. 99
  2. Don Snyder, « Anti-Muslim Book in Germany Continues to Tap Into Seething Anger Over Country's Minorities », Fox News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (de) NECLA KELEK, « A strike for liberation », Frankfurter Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Die Thesen von Thilo Sarrazin zu Bildung und Zuwanderung sollte man diskutieren, nicht den Autor verteufeln. Aber die politische Klasse, der seine Kritik gilt, verweigert sich der Debatte, argumentiert die Soziologin Necla Kelek. »