L'Allée de Middelharnis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'Allée de Middelharnis
Meindert Hobbema 001.jpg
Artiste
Date
Matériau
Dimensions (H × L)
103,5 × 141 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Collection
N° d’inventaire
NG830Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

L'Allée de Middelharnis (ou L'Avenue à Middelharnis) est un tableau hollandais de Meindert Hobbema de l'âge d'or de la peinture néerlandaise, datant de 1689 et maintenant exposé à la National Gallery de Londres. L'œuvre est peinte à l'huile sur toile et mesure 103,5 × 141 cm. Elle montre une route menant au village de Middelharnis sur l'île de Goeree-Overflakkee dans le delta de la Meuse au sud de la Hollande, aux Pays-Bas.

Cette peinture est l’une des peintures de paysage néerlandaises les plus connues[1] et considérée comme l’œuvre la plus célèbre de Hobbema [2]. L'historien de l'art Cornelis Hofstede de Groot affirmait que c’était « le plus beau tableau, après Le Syndic de la guilde des drapiers de Rembrandt, peint en Hollande »[3].

La composition inhabituellement symétrique et frontale de la peinture semble traduire très précisément ce que voyait Hobbema[4] ; les aulnes le long de la route ont été plantés en 1664[4]. Le tableau est signé et daté à droite : M: hobbema / f 1689[5], soit plus de vingt ans après que Hobbema eut largement abandonné la peinture après son embauche à Amsterdam en tant que jaugeur juré de vins et d'huiles[6].

Description[modifier | modifier le code]

Le village est vu du sud-est. La route s'appelait Boomgaardweg, mais c'est maintenant Steene Weg. Le sommet du clocher a été reconstruit et la flèche a été enlevée par les Français en 1811 pour constituer une station de sémaphore reliant La Haye à Paris. La tour la plus petite à droite de l'église, entre les arbres, est la mairie construite en 1639 et la grange à droite a survécu jusqu'aux années 1870[5].

Le village se trouve sur le bord de l'île et était un port de pêche; des mâts de navires et une balise avec un trépied peuvent être vus au loin à droite de l'avenue, sur la plage en face du Haringvliet. C’était alors un canal d’eau salée, mais il a été barré et transformé en un lac d’eau douce à l’époque moderne. L'île s'est détachée du continent lorsque le Haringvliet s'est formé à la suite de deux inondations majeures. La première a eu lieu en 1216. Elle a franchi les dunes de Voorne et créé une crique d’eau salée profonde. Lors des crues de Sainte-Élisabeth en 1421, cette crique se raccordait à la Merwede et devenait un important estuaire des fleuves Rhin et Meuse.

La composition centralisée conduit l'œil du spectateur le long de la route, et les arbres minces très hauts coupés unissent le ciel et la terre. La tête du gentilhomme avec son chien est au même niveau que le point de fuite de la perspective. Il est un chasseur, avec un fusil en bandoulière et avec une sacoche[7].

Près d'un siècle après avoir été peint, le tableau était toujours sur l'île, dans une collection située à Sommelsdijk, suggérant qu'il avait été commandé par un mécène local[8]. Après la mort du collectionneur en 1782, il est acheté par le conseil municipal de Middelharnis et accroché à la mairie jusqu’en 1822. Il est ensuite échangé contre une copie et une autre peinture de paysage. Il fait ensuite l'objet de commerce, augmentant ainsi rapidement sa valeur, avant d'aboutir à Édimbourg en Écosse en 1826[9].

En 1829, l'œuvre est vendue aux enchères à Edimbourg pour 195 guinées, puis transportée à Londres et nettoyée. Le prix atteint ensuite 800 £ et, en 1834, elle faisait partie de la collection de Robert Peel qui possédait une importante sélection de peintures néerlandaises. En mars 1871, le tableau fait son entrée à la National Gallery avec l'achat de soixante-dix-sept tableaux et dix-huit dessins de la collection Peel.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chefs-d'œuvre de la peinture au J. Paul Getty Museum, éd. Denise Allen, 2003, Getty Publications, (ISBN 0892367105).
  • Langmuir, Erica, Guide complémentaire de la National Gallery, édition révisée de 1997, National Gallery, London, (ISBN 185709218X).
  • Levey, Michael, Collection de la Galerie nationale, 1987, Publications de la Galerie nationale, (ISBN 0947645349).
  • Lloyd, Christopher, Enchanting the Eye, Peintures hollandaises de l'âge d'or, 2004, Publications de la collection royale, (ISBN 1902163907).
  • Lörzing, Han, La nature du paysage: une quête personnelle, 2001, 010 Éditeurs, 2001, (ISBN 9064504083).
  • Loughman, John, Hobbema, Meindert dans Grove Art Online, Oxford Art Online, Oxford University Press.
  • MacLaren, Neil, Christopher Brown révisé, The Dutch School, 1600-1800, Volume I, 1991, National Gallery Catalogs, National Gallery, Londres, (ISBN 0947645-99-3).
  • Reitlinger, Gerald, L'économie du goût, Vol I: La hausse et la baisse des prix de l'image de 1760 à 1960, 1961, Barrie and Rockliffe, Londres.
  • Slive, Seymour, Peinture hollandaise, 1600-1800, Yale Up, 1995, (ISBN 0300074514).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Langmuir, p. 205
  2. Lörzing, p. 42
  3. Lloyd, p. 77
  4. a et b Levey, p. 151
  5. a et b MacLaren, p. 177
  6. MacLaren, p. 175
  7. Langmuir, p. 205-206
  8. MacLaren, p. 178. L'endroit où il a été peint est une autre question. On pense que Hobbema peignait normalement ses œuvres dans son studio à Amsterdam, en utilisant des dessins faits sur place.
  9. MacLaren, p. 178