L'Aleph

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aleph.
L'Aleph
Auteur Jorge Luis Borges
Pays Argentine
Genre Nouvelles fantastiques
Version originale
Langue Espagnol
Titre El Aleph
Éditeur Emecé Editores
Date de parution 1949/1952
Version française
Traducteur Roger Caillois, René L.-F. Durand
Éditeur Gallimard
Date de parution 1966
ISBN 2-07-029666-0

L'Aleph (en espagnol : El Aleph) est un recueil de dix-sept nouvelles écrit par Jorge Luis Borges, éditées séparément entre 1944 et 1952 dans différents périodiques de Buenos Aires. Le titre du livre est celui de la dernière nouvelle.

On retrouve dans ce livre les thèmes de prédilection de Borges : les nombreuses références littéraires (parfois volontairement fantaisistes), la métaphysique, les labyrinthes, l'infini. Plusieurs nouvelles ont pour sujet la mort ou l'immortalité. Plusieurs ont pour cadre l'Antiquité gréco-latine ou l'Orient médiéval.

Éditions[modifier | modifier le code]

Les nouvelles de ce recueil ont été écrites (en espagnol) et publiées sur un intervalle de presque dix ans. Le recueil lui-même a connu plusieurs éditions différentes. La première, en 1949, ne comportait pas Abenhacan el Bokhari mort dans son labyrinthe, Les deux rois et les deux labyrinthes, L'attente, et L'homme sur le seuil, incorporées en 1952.

En français, Roger Caillois a traduit et publié quatre d'entre elles en 1953 dans un petit volume, intitulé Labyrinthes : L'immortel, Histoire du guerrier et de la captive, L'écriture du dieu, et La quête d'Averroès. Il justifie ce choix par une « inspiration commune » et présente ainsi ces quatre nouvelles[1] :

« Les présents récits placent dans des symétries abstraites presque vertigineuses, des images à la fois antinomiques et interchangeables de la mort et de l'immortalité, de la barbarie et de la civilisation, du Tout et de la partie.
Par là, ils illustrent la préoccupation essentielle d'un écrivain obsédé par les rapports du fini et de l'infini. »

Il traduisit et publia trois autres contes en 1957 : La demeure d'Astérion, Abenhacan el Bokhari mort dans son labyrinthe, et Les deux rois et les deux labyrinthes.

Les dix nouvelles restantes furent traduites pour la première édition complète en français, en 1966, par René L.-F. Durand.

Les nouvelles[modifier | modifier le code]

L'immortel[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Los Anales de Buenos Aires, vol. 2, no 12, février 1947, sous le titre les immortels.
  • Titre original : Los inmortales

Le mort[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 145, novembre 1946.
  • Titre original : El muerto

Les théologiens[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Los Anales de Buenos Aires, vol. 2, no 14, avril 1947.
  • Titre original : Los teólogos

Histoire du guerrier et de la captive[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 175, mai 1949.
  • Titre original : Historia del guerrero y la cautiva

Biographie de Tadeo Isidoro Cruz[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 122, décembre 1944.
  • Titre original : Biografía de Tadeo Isidoro Cruz (1829-1874)

Emma Zunz[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 167, septembre 1948.
  • Titre original : Emma Zunz

La demeure d'Astérion[modifier | modifier le code]

La demeure d'Astérion ? (vue du palais de Cnossos)
  • Première parution : revue Los Anales de Buenos Aires, vol. 2, no 15-16, mai 1947.
  • Titre original : La casa de Asterión

Astérion, personnage solitaire et innocent, décrit sa demeure et sa vie, faite de jeux et de rêveries, mais aussi d'ennui ; à la fin de la nouvelle, Thésée le tue. C'est le mythe du Minotaure, mais du point de vue du monstre.

Cette nouvelle a été inspirée à Borges par une toile de George Frederic Watts[2].

La construction de la nouvelle est progressive. Borges laisse des indices qui, peu à peu, laissent entrevoir la réalité de ce personnage. Pour le lecteur dubitatif ou qui n'aurait pas compris, la fin est abrupte :

« Le soleil du matin resplendissait sur l'épée de bronze, où il n'y avait déjà plus trace de sang. “Le croiras-tu Ariane ? dit Thésée, le Minotaure s'est à peine défendu.” »

Ce paragraphe est le seul dont le narrateur ne soit pas Astérion.

L'autre mort[modifier | modifier le code]

  • Première parution : journal La nación, 9 janvier 1949.
  • Titre original : La otra muerte

Deutsches Requiem[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 136, février 1946.
  • Titre original : Deutsches Requiem

La quête d'Averroès[modifier | modifier le code]

Averroès pensant
  • Première parution : revue Sur, no 152, juin 1947.
  • Titre original : La busca de Averroes

Cette nouvelle raconte les difficultés rencontrées par Averroès, lors de sa traduction de La Poétique d'Aristote. En effet, les concepts de comédie et tragédie, tout comme le théâtre sont inconnus aux Arabes de cette époque. Par une mise en abyme caractéristique de son style, Borges établit, à la fin du conte, le parallèle entre les difficultés d'Averroès et les siennes : il lui faut, en effet, comprendre le mode de pensée du savant arabe pour écrire cette histoire.

« Je compris qu'Averroès s'efforçant de s'imaginer ce qu'est un drame, sans soupçonner ce qu'est un théâtre, n'était pas plus absurde que moi m'efforçant d'imaginer Averroès […]. Je compris […] que, pour rédiger ce conte, je devais devenir cet homme et que, pour devenir cet homme, je devais écrire ce conte, et ainsi de suite à l'infini. »

Le Zahir[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Los Anales de Buenos Aires, vol. 2, no 17, juillet 1947.
  • Titre original : El Zahir

L'écriture du dieu[modifier | modifier le code]

Guerrier-jaguar aztèque
  • Première parution : revue Sur, no 172, février 1949.
  • Titre original : La escritura del Dios

Abenhacan el Bokhari mort dans son labyrinthe[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 202, août 1951.
  • Titre original : Abenjacán el Bojarí, muerto en su laberinto

Les deux rois et les deux labyrinthes[modifier | modifier le code]

  • Première parution : journal El Hogar, 16 juin 1939.
  • Titre original : Leyenda arábiga (Historia de los dos reyes y los dos laberintos, como nota de Burton)

Les deux rois et les deux labyrinthes prend la forme d’un conte oriental, dans le style des Mille et une Nuits, une œuvre que Borges relisait inlassablement. Le roi de Babylone a fait construire un labyrinthe si complexe que même les plus sages de ses sujets s’y perdent. Un jour, un roi arabe lui rend visite. Pour se moquer de lui, le roi de Babylone le fait pénétrer dans le labyrinthe où il erre désespérément, jusqu’à la tombée de la nuit. Il ne trouve la sortie qu’en implorant le secours divin. Rentré en Arabie, il décide de se venger, rassemble ses armées et ravage les royaumes de Babylone. Il capture le roi, l’attache au dos d’un chameau, l’emmène dans le désert et lui dit : « à Babylone tu as voulu me perdre dans un labyrinthe de bronze aux innombrables escaliers, murs et portes. Maintenant, le Tout-Puissant a voulu que je te montre le mien, où il n’y a ni escaliers à gravir, ni portes à forcer, ni murs qui empêchent de passer[3]. » Puis il l'abandonne, le laissant mourir de soif.

Ce conte est paru pour la première fois le 16 juin 1939 dans El Hogar, immédiatement après la recension que Borges consacre au roman de Joyce Finnegans Wake. Selon Vincent Message, « ce conte fait partie intégrante de la critique de Finnegans Wake. Il est une véritable parabole opposant Borges et Joyce, soit deux pratiques de la littérature[4]. » Le roi de Babylone serait un avatar de Joyce, qui construit une œuvre extrêmement complexe, proche de l’illisible. Le roi des Arabes, lui, ne serait autre que Borges lui-même : même si ses œuvres sont tout aussi labyrinthiques, il cherche de son propre aveu à leur donner la « complexité modeste et secrète[5] » du désert.

L'attente[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 186, mars 1950.
  • Titre original : La espera

L'homme sur le seuil[modifier | modifier le code]

  • Première parution : journal La nación, 20 avril 1952.
  • Titre original : El hombre en el umbral

L'aleph[modifier | modifier le code]

  • Première parution : revue Sur, no 131, septembre 1945.
  • Titre original : El aleph

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrían Huici, El mito clásico en la obra de Jorge Luis Borges : el laberinto, Ediciones Alfar, 1998.
  • Vincent Message, « Les deux rois et les deux labyrinthes : J. L. Borges, J. Joyce et l’idée d’efficacité romanesque » in Littérature no 153, mars 2009, p. 3-18, consultable en ligne[1].

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'Aleph, collection “L'imaginaire”, op. cit., p. 10
  2. Site de la Tate Gallery
  3. Borges, Œuvres complètes I, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 644
  4. Vincent Message, « Les deux rois et les deux labyrinthes : J. L. Borges, J. Joyce et l’idée d’efficacité romanesque » in Littérature no 153 – mars 2009, p. 14
  5. Borges, Œuvres complètes II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 66