L'Ailefroide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ailefroide (hameau).
Ailefroide
Vue de l'Ailefroide avec le glacier Noir en bas.
Vue de l'Ailefroide avec le glacier Noir en bas.
Géographie
Altitude 3 954 m
Massif Massif des Écrins (Alpes)
Coordonnées 44° 53′ 06″ nord, 6° 21′ 24″ est
Administration
Pays Drapeau de la France France
Régions Auvergne-Rhône-Alpes
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Départements Isère
Hautes-Alpes
Ascension
Première William Auguste Coolidge avec Christian et Ulrich Almer et Christian Gertsch le
Voie la plus facile Versant sud par le refuge du Sélé

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Ailefroide

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Ailefroide

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Ailefroide
Vue du glacier de l’Ailefroide, en train de se détacher en 2012.

L'Ailefroide est un ensemble de sommets du massif des Écrins qui culmine à 3 954 mètres, entre les départements des Hautes-Alpes et de l'Isère. Il est situé à l'extrémité ouest de l'alignement Pelvoux - Pic Sans Nom - Ailefroide, qui constitue une des plus remarquables « trilogies » du massif des Écrins. On distingue notamment l'Ailefroide Occidentale le point culminant, l'Ailefroide Centrale (3 927 mètres), la Pointe Fourastier (3 907 mètres) et l'Ailefroide Orientale (3 847 mètres).

Ailefroide est également le nom d'un hameau de la commune de Pelvoux au pied du sommet, sur son versant est. Ce village, situé au fond de la vallée de Vallouise et essentiellement composé d'un camping et il est un lieu réputé pour l'alpinisme et l'escalade.

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Ascensions[modifier | modifier le code]

Voies d'ascension[modifier | modifier le code]

L'Ailefroide comporte trois grandes faces : le versant Sud, ne présentant pas beaucoup de voies d'ascension, une face NW principalement rocheuse et une face NE avec un glacier suspendu et de nombreuses goulottes. La montagne est également connue pour ses traversées d'arêtes. Les itinéraires remarquables sont[1] :

  • voie Normale de la pointe Occidentale par le versant Sud (ou arête SE) ;
  • voie Normale de la pointe Orientale par l'arête S ;
  • traversée des Arêtes (AD) ;
  • voie Devies-Gervasutti (ED-), comparable à la Walker aux Grandes Jorasses ; Christophe Moulin en a fait la première hivernale en solitaire en décembre 1992 ;
  • voie Fourastier (TD), voie mixte ;
  • arête de Coste Rouge (D) ;
  • voie des plaques (ED), une des voies les plus dures des Écrins ;
  • goulotte Pschitt.

La face nord a été descendue à ski le 20 mai 2009 par Hervé Dégonon[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Labande, Guide du Haut-Dauphiné : Massif des Écrins, t. 2 : Partie est : Écrins, Ailefroide, Pelvoux, Roche Faurio, Combeynot, Agneaux, Clouzis, Éditions de l'envol,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. camptocamp, Topo d'alpinisme
  2. Montagnes Magazine n°350, janvier 2010, page 60