L'affaire est dans le sac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis L'Affaire est dans le sac)
Aller à : navigation, rechercher
L'affaire est dans le sac
Réalisation Pierre
Scénario Jacques Prévert
Acteurs principaux
Sociétés de production Pathé Distribution
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 55 minutes
Sortie 1932

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L’affaire est dans le sac est un film français des frères Pierre et Jacques Prévert sorti en 1932.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le chapelier Benjamin Déboisé projette d'enlever le fils du roi du buvard, le milliardaire Hollister. Il monte le coup avec son commis et un jeune homme dont la fille de Hollister est amoureuse. Le coup réussit mais les ravisseurs découvrent qu'ils se sont trompés et ont en réalité enlevé le milliardaire lui-même…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

La première projection a lieu au Magic-Convention, et provoque un scandale: les Croix-de-Feu sifflent le film, et menacent d'incendier l'écran[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

« Le tournage, qui se déroule en huit jours seulement - le budget est limité - se fait dans l'ambiance des tréteaux du groupe de choc Prémices [futur groupe Octobre] et la plupart de ses membres y participent. Lou Bonin, qui se fait à présent appeler Tchimoukow […] arrange d'anciens décors […] le film est fort mal accueilli. Les plus horrifiés, rapportera Brunius, étaient les Croix-de-feu et les Francistes. »

« L’humour cocasse et dévastateur de L’affaire est dans le sac fut globalement plus apprécié et reconnu les années passant qu’au moment de sa sortie. Jacques Prévert se souvient que « les spectateurs n'ont pas cassé les fauteuils, mais c'était tout juste ». Pour Jacques Prévert, que l'on voit traverser quelques séquences du film en joueur de flûte, ce film a une importance particulière : « D'ailleurs si j'avais à choisir, c’est encore le film que je préfère de tous ceux que j'ai faits comme scénariste et avec mon frère comme metteur en scène ». »

Carole Aurouet, Le Cinéma dessiné de Jacques Prévert, Textuel, 2012

  • Jean-Pierre Pagliano, "Le Cinéma des frères Prévert", France Culture (Mardis du cinéma), 4 juillet 1989.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la censure au cinéma, Jean-Luc Douin, Presses Universitaires de France, 1998, p. 10

Voir aussi[modifier | modifier le code]