L'Adroit (patrouilleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouchard
Image illustrative de l’article L'Adroit (patrouilleur)
P725 L'Adroit sous couleurs françaises à Singapour en 2013
Autres noms L'Adroit (2011-2018)
Type patrouilleur
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Flag of Argentina.svg Marine argentine
Commanditaire DCNS
Constructeur DCNS (Lorient)
Lancement
Mise en service
Statut : rendu à DCNS
: vendu à l'Argentine
Équipage
Équipage 30 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots + 29 passagers
Caractéristiques techniques
Longueur 87 mètres
Maître-bau 13 mètres
Tirant d'eau 3,3 mètres
Déplacement 1 450 tonnes
Propulsion 2 moteurs Diesel semi-rapides Anglo Belgian Corporation V12 de 2,8 MW chacun
Puissance Total 5,6 MW
Vitesse 21 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement Ensign of France.svg Marine nationale : 1 canon de 20 mm OTO Melara ; 2 mitrailleuses de 12,7 mm
Flag of Argentina.svg Marine argentine : 1 canon télé-opéré de 30 mm
Électronique 1 centrale de navigation inertielle SIGMA 40
1 système de combat DCNS Polaris
1 radar de navigation Terma A/S bande I Scanter 2001
1 conduite de tir optronique Flir Systems Talon
1 système d'écoute de communications Thales Altesse et Vigile LW
1 centrale inertielle Sagem SIGMA 40D
1 système de leurres Lacroix Defense & Security Sylena
1 système de veille infrarouge Sagem EOMS NG
1 système d'aide à l'appontage LinkSrechts
Liaison 11
Rayon d'action 8 000 milles à 12 nœuds
Aéronefs 1 hélicoptère de 5 tonnes stocké en hangar ; possibilité de soutien d'un hélicoptère de 10 tonnes ; un drone Camcopter S-100 [1],[2].
Carrière
Pavillon Argentine
Port d'attache Toulon
Indicatif

L'Adroit, renommé Bouchard lors de son entrée en service dans la marine argentine en 2019, est un patrouilleur hauturier de la famille Gowind (type OPV 90) spécialement conçu par DCNS[3], pour mener à bien des missions de sauvegarde maritime. Il dispose d’un large champ d’actions grâce à un ensemble de moyens de prévention et d'action nécessaires aux tâches de surveillance et de police en mer : embarcations rapides pour commandos, hélicoptère d'assaut ou de transport, drones de surveillance, intercepteurs de guerre électronique, portes de bordée, moyens de communication haut débit et sécurisés ou encore aides au commandement.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mis à disposition par DCNS à la Marine nationale pour une durée de trois ans, L'Adroit a quitté son port base varois en pour conduire ses premières missions de police des pêches et de sécurité maritime. Il a notamment été déployé pour mener l'opération Thon Rouge impliquant le contrôle des navires de pêche disposant d’un quota de pêche au thon rouge pour l'année 2012. La mise à disposition par DCNS devait se terminer en [4] mais a été prolongée jusqu'à l'été 2015[5],[6] puis jusqu'à l'été 2016[7] et encore une nouvelle fois jusqu'à l'été 2017[8]. La prolongation continue encore en 2018[9] mais le , le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian annonce que l'Argentine va acquérir 4 corvettes OPV 90 classe Gowind[10], trois à construire à Lorient, la quatrième étant L’Adroit. Le navire est restitué à Naval Group le [11]. Suite à un contrat signé avec la Marine argentine le [12], le navire est vendu. Il est indiqué que dans le contrat que trois autres OPV 90 seront construits, ils auront une structure renforcée pour la navigation dans les mers australes.

L’Adroit bénéficie avant son départ vers l'Amérique du Sud le d'un important arrêt technique sur le site de Toulon[13], qui comprend notamment le changement des lignes d’arbres et du réducteur, ainsi que le carénage de la coque et la mise aux couleurs de son nouveau propriétaire. Le canon de 30 mm sera installé en Argentine[14]

Innovations clefs[modifier | modifier le code]

Le pont passerelle panoramique (360°) et la mâture intégrée permettent à l'équipage de L'Adroit de recueillir des informations fiables. Les superstructures réduites du navire libèrent un espace important pour la mise en œuvre de l'aviation embarquée (hélicoptère, drones aériens) et pour le lancement ou la récupération d’embarcations d’intervention (RHIB ou drones de surface). Les missions de L'Adroit sont orchestrées par le système de combat POLARIS[15]. Celui-ci fournit des informations précieuses et précises sur l'environnement du navire, émanant des différents capteurs, de senseurs déportés et d’autres navires intégrés au sein du réseau de surveillance. Le système de mission peut également inclure MATRICS[16], un système de surveillance maritime capable de détecter automatiquement des trajectoires maritimes suspectes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Navigation[modifier | modifier le code]

La frégate Adroit est équipée de deux centrales de navigation inertielle SIGMA 40 créées par Sagem. Grâce à leur technologie Gyrolaser (Ring Laser Gyro), ces centrales inertielles offrent un très haut degré de précision et démultiplient l'efficacité des capteurs, des armements comme des moyens d'autodéfense du bâtiment[17].

Missions actuelles et émergentes[modifier | modifier le code]

L'OPV Gowind L'Adroit est un outil moderne pour faire face à l’augmentation constante des risques et pratiques illicites en mer. Surveillance de zone, lutte contre la piraterie et le terrorisme, police des pêches, lutte contre le narcotrafic, préservation de l’environnement, aide humanitaire, recherche et sauvetage en mer… L’Adroit est un patrouilleur hauturier plein de ressources capable de conduire un large spectre d’activités en zones littorales et en hautes mers.

En 2012, il participe aux essais en mer du système SAVAS[18] de détection des vagues scélérates[19].

Du au , le bâtiment a réalisé sa première mission longue durée. Parti de Toulon, il a rejoint les eaux somaliennes, en empruntant notamment le canal de Suez. Son équipage a ainsi pu valider l'emploi de son hélicoptère sans pilote Camcopter S-100. Il a intégré lors de cette mission la Task Force 150. Les marins français ont également validé l'emploi de l'embarcation légère Zodiac ZH935, le successeur des célèbres ETRACO[20].

Mission Atalanta 2015[modifier | modifier le code]

En , l'Adroit participe à la mission Atalanta dans l'océan Indien[21]. Le , il évacue 63 personnes du Yémen et les a transféré sur le Dixmude en partance pour Djibouti, à la suite du conflit au Yémen[22]. Le , il escorte deux boutres remplis de réfugiés djiboutiens fuyant le Yémen[23].

Marque distinctive[modifier | modifier le code]

Le , la fourragère aux couleurs de la croix de guerre 1914-1918 avec olive aux couleurs de la croix de guerre 1939-1945 lui est remise par reprise des traditions du torpilleur L'Adroit cité à trois reprises à l'ordre de l'armée de mer lors de la Seconde Guerre mondiale. De ce fait l'Adroit arbore au mat de beaupré une marque distinctive à la place du pavillon national.

Vente à l'Argentine : Bouchard[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'un contrat signé avec l'Argentine en , L'Adroit a été cédé pour un montant d’environ 300 millions d’euros. L’Adroit bénéficie avant son transfert à la marine argentine d’un important arrêt technique, qui comprend notamment le changement des lignes d’arbres et du réducteur, ainsi que le carénage de la coque et la mise aux couleurs de son nouveau propriétaire, dont il intègre aussi certains équipements spécifiques. Viendront ensuite les essais à quai et à la mer, puis le transfert de pavillon effectué à Toulon avant le départ du navire, renommé Bouchard (75) en l'honneur de Hippolyte de Bouchard, pour son pays d’adoption. La formation du futur équipage devrait être assurée par Naval Group[24]. Il sort de cale sèche le [25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Andrea Blama, « CAMCOPTER S-100 Integration into DCNS New Class of Offshore Patrol Vessel », sur schiebel.net, Schiebel, (consulté le 21 juin 2011)
  2. (fr) « Essais drones sur L’Adroit », sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense français, (consulté le 14 novembre 2011)
  3. (en) Pierre Tran, « DCNS To Finance OPV, Offer It to French Navy », sur defensenews.com, Defense News, (consulté le 17 juin 2011)
  4. http://www.opex360.com/2014/06/20/la-marine-nationale-ne-gardera-pas-le-patrouilleur-hauturier-ladroit/
  5. http://www.opex360.com/2014/10/28/finalement-la-marine-nationale-va-garder-le-patrouilleur-hauturier-adroit-plus-longtemps-que-prevu/
  6. « L'Adroit rempile pour six mois », sur blogspot.com (consulté le 6 octobre 2020).
  7. « La Marine nationale rempile pour un an avec L’Adroit » (consulté le 10 juillet 2015)
  8. « La Marine nationale rempile pour un an avec L’Adroit », (consulté le 6 septembre 2016)
  9. « Nouvelle prolongation pour L’Adroit au sein de la marine française », sur Mer et Marine, (consulté le 6 octobre 2020).
  10. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/04/06/l-adroit-et-trois-opv-de-kership-vendus-a-l-argentine-19238.html
  11. « Naval Group reprend possession de L'Adroit », sur Mer et Marine, (consulté le 6 octobre 2020).
  12. « OPV argentins : le contrat de vente est signé », sur Mer et Marine, (consulté le 6 octobre 2020).
  13. « Naval Group lance la réalisation des 4 patrouilleurs », sur Ouest-France, (consulté le 15 février 2019).
  14. Vincent Groizeleau, « L’ex-OPV L’Adroit a fait ses adieux à Toulon », sur Mer et Marine, (consulté le 16 janvier 2020).
  15. Système de combat POLARIS.
  16. Système de sécurité MATRICS.
  17. « Sagem met à disposition des équipements pour l'OPV Gowind », Mer et Marine,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2016)
  18. Système de prévision et d’alerte contre les risques de vagues extrêmes et scélérates SAVaS.
  19. Nicolas Vanel, « Navigation : l'arme française contre les « vagues scélérates », Metro, 29 novembre 2012, p.14.
  20. « Retour sur le premier grand déploiement de L’Adroit », sur Mer et Marine, (consulté le 6 octobre 2020).
  21. « Le PH L’Adroit entre en Atalanta », sur blog.com, RP Defense, (consulté le 6 octobre 2020).
  22. http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2015/04/05/apres-le-dixmude-l-adroit-et-l-aconit-evacuent-des-francais-13835.html
  23. https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites/yemen-les-refugies-djiboutiens-escortes-par-le-patrouilleur-l-adroit
  24. « OPV argentins : le contrat de vente est signé », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  25. Vincent Groizeleau, « L’ex-Adroit sort de cale sèche aux couleurs de la marine argentine », (consulté le 2 octobre 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]